Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moronga
Horacio Castellanos Moya  (Editions Métailié)  août 2018

La rentrée littéraire aux éditions Métailié continue avec mon deuxième livre lu, après celui de Mick Kitson. Nous sortons des montagnes et forêts écossaises pour suivre Horacio Castellanos Moya vers les Etats-Unis. Horacio Castellanos Moya est né en Honduras, a grandi et fait ses études au Salvador avant de s’exiler à partir de 1979 dans de nombreux pays comme le Mexique, le Canada, le Japon, l’Espagne ou encore l’Allemagne. Il enseigne aujourd’hui à l’université de l’Iowa. Il a déjà écrit de nombreux romans qui lui ont valu de nombreux prix, une reconnaissance internationale mais aussi de nombreuses menaces de mort.

Son dernier livre, Moronga, nous plonge au cœur de l’immigration latinos aux Etats-Unis. "Moronga" est un terme polysémique espagnol signifiant dans certains cas le boudin noir et d’en d’autres le sexe masculin. Mais Moronga ici, c’est surtout le surnom donné à un caïd de la mafia salvadorienne que l’un des deux personnages principaux devra abattre.

Le livre est construit en trois parties, autour de deux principaux personnages, José Zeledon et Erasmo Aragon dont les deux premières vont nous raconter leur histoire, l’une après l’autre avant une troisième beaucoup plus courte qui sert d’épilogue.

José Zeledon est un ex militaire salvadorien qui, après douze ans de guerre civile, débarque à Merlow City, une ennuyeuse ville-campus du Wisconsin pour refaire sa vie. Enchaînant les petits boulots, chauffeur de bus ou de taxi, surveillant à l’université, il est toujours en relation avec un ancien militaire, prêt à se lancer dans l’exécution d’un ancien ennemi commun qui s’est aussi exilé aux Etats-Unis.

Erasmo Aragon est un obsédé sexuel, un  médiocre professeur d’espagnol à l’université Merlow City. Lui aussi ancienne victime de la guerre, paranoïaque et aigri, il décide de partir à Washington pour tenter de résoudre l’énigme de la mort du grand poète Salvadorien Roque Dalton (soupçonné d’être un agent de la CIA, il a été assassiné par ses camarades).

Dans chacune des deux parties, on apprend de nombreuses informations sur chacun des personnages et on suit leur quotidien déprimant avec des retours sur leur histoire passée. Les deux personnages ont des points communs, ce sont des survivants de guerres qui les hantent toujours, des solitaires qui ont de grandes difficultés à s’adapter dans un pays d’accueil puritain obsédé par la surveillance et les armes. Leurs destinées vont se rencontrer à la fin du roman.

Les deux premières parties, relativement longues, prennent tout leur sens à l’aune de la troisième, l’épilogue, rédigé sous la forme d’un rapport de police, d’une violence extrême, concernant une fusillade et témoignant de l’intrication des deux personnages.

Avec Moronga, Horacio Castellanos Moya nous montre l’étendue de ses qualités d’écriture. Il nous offre un premier portrait attachant avec le personnage de José Zeledon et des passages beaucoup plus "enlevés" lorsqu’il nous raconte les frasques sexuelles d’Erasmo Aragon. Il manie l’humour à froid et la mauvaise foi avec talent pour nous dresser un portrait au vitriol des Etats-Unis, un pays gangrené par la violence, qui a des responsabilités importantes dans les conflits qui ont eu lieu en Amérique centrale.

Moronga est donc un livre noir, dans la continuité des livres précédents de l’auteur, poursuivant son œuvre autour de la violence qui ronge ses personnages comme un poison lent jusque dans l’exil.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Horacio Castellanos Moya


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 décembre 2019 : Pas de retraite pour le Père Noël

Si vous voulez piocher dans notre sélection culturelle quelques cadeaux pour noël, c'est le moment. Vous pouvez même encore commander quelques tote bags en édition limitées Froggy's Delight ici : Envoi garanti avant noel ! En attendant c'est parti pour du théâtre, des disques, des films, des expos... et même un joli casque de réalité virtuelle à mettre sous le sapin.

Du côté de la musique :

"Amecian Utopia on Broadway" de David Byrne
"Le roi des ruines" de Andoni Iturrioz
Rencontre avec C GEM qui nous offre aussi une session avec son Red Moon Orchestra
"Street talk : Saxophone summit" de Dave Liebman, Joe Lovano et Greg Osby
"Single so over" de Kid Francescoli
"Brutal pop" de Sun
"Big bang" de Les Bons Becs
"Whosampled.com", mix numéro 6 de notre podcast Listen In Bed
"I don't know what i'm doing" de Molto Morbidi
"Aside" de My Imaginary Loves
"Hits hits hits hourra" de Marcel et son Orchestre
"Midnight colors" de Midnight Colors
Et pour finir, un petit tour aux aux 41eme Transmusicales de Rennes
et toujours :
"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Warm" au Théâtre du Rond-Point
"Les Chiens" au Théâtre La Flèche
"L'Entrée en résistance" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Pâtes à l'ail" au Théâtre La Scène Parisienne
"Comme des soeurs" au Théâtre La Scène Parisienne
"Une femme se déplace" au Théâtre des Abbesses
"La Valse d'Icare" au Théâtre Le Lucernaire
"Monsieur X" au Théâtre de l'Atelier
"Les Wriggles - Complètement Red" au Palace
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de la Tempête
"Camille contre Claudel" au Théâtre Lepic
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Chanson Plus Bifluorée - Spécial Fêtes" au Théâtre La Bruyère
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Sculptures infinies" aux Beaux-Arts

Cinéma avec :

"The Lighthouse" de Robert Eggers
et la chronique des films sortis en décembre

Lecture avec :

"La Wehrmacht, la fin d'un mythe" de Jean Lopez
"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'Amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=