Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moronga
Horacio Castellanos Moya  (Editions Métailié)  août 2018

La rentrée littéraire aux éditions Métailié continue avec mon deuxième livre lu, après celui de Mick Kitson. Nous sortons des montagnes et forêts écossaises pour suivre Horacio Castellanos Moya vers les Etats-Unis. Horacio Castellanos Moya est né en Honduras, a grandi et fait ses études au Salvador avant de s’exiler à partir de 1979 dans de nombreux pays comme le Mexique, le Canada, le Japon, l’Espagne ou encore l’Allemagne. Il enseigne aujourd’hui à l’université de l’Iowa. Il a déjà écrit de nombreux romans qui lui ont valu de nombreux prix, une reconnaissance internationale mais aussi de nombreuses menaces de mort.

Son dernier livre, Moronga, nous plonge au cœur de l’immigration latinos aux Etats-Unis. "Moronga" est un terme polysémique espagnol signifiant dans certains cas le boudin noir et d’en d’autres le sexe masculin. Mais Moronga ici, c’est surtout le surnom donné à un caïd de la mafia salvadorienne que l’un des deux personnages principaux devra abattre.

Le livre est construit en trois parties, autour de deux principaux personnages, José Zeledon et Erasmo Aragon dont les deux premières vont nous raconter leur histoire, l’une après l’autre avant une troisième beaucoup plus courte qui sert d’épilogue.

José Zeledon est un ex militaire salvadorien qui, après douze ans de guerre civile, débarque à Merlow City, une ennuyeuse ville-campus du Wisconsin pour refaire sa vie. Enchaînant les petits boulots, chauffeur de bus ou de taxi, surveillant à l’université, il est toujours en relation avec un ancien militaire, prêt à se lancer dans l’exécution d’un ancien ennemi commun qui s’est aussi exilé aux Etats-Unis.

Erasmo Aragon est un obsédé sexuel, un  médiocre professeur d’espagnol à l’université Merlow City. Lui aussi ancienne victime de la guerre, paranoïaque et aigri, il décide de partir à Washington pour tenter de résoudre l’énigme de la mort du grand poète Salvadorien Roque Dalton (soupçonné d’être un agent de la CIA, il a été assassiné par ses camarades).

Dans chacune des deux parties, on apprend de nombreuses informations sur chacun des personnages et on suit leur quotidien déprimant avec des retours sur leur histoire passée. Les deux personnages ont des points communs, ce sont des survivants de guerres qui les hantent toujours, des solitaires qui ont de grandes difficultés à s’adapter dans un pays d’accueil puritain obsédé par la surveillance et les armes. Leurs destinées vont se rencontrer à la fin du roman.

Les deux premières parties, relativement longues, prennent tout leur sens à l’aune de la troisième, l’épilogue, rédigé sous la forme d’un rapport de police, d’une violence extrême, concernant une fusillade et témoignant de l’intrication des deux personnages.

Avec Moronga, Horacio Castellanos Moya nous montre l’étendue de ses qualités d’écriture. Il nous offre un premier portrait attachant avec le personnage de José Zeledon et des passages beaucoup plus "enlevés" lorsqu’il nous raconte les frasques sexuelles d’Erasmo Aragon. Il manie l’humour à froid et la mauvaise foi avec talent pour nous dresser un portrait au vitriol des Etats-Unis, un pays gangrené par la violence, qui a des responsabilités importantes dans les conflits qui ont eu lieu en Amérique centrale.

Moronga est donc un livre noir, dans la continuité des livres précédents de l’auteur, poursuivant son œuvre autour de la violence qui ronge ses personnages comme un poison lent jusque dans l’exil.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "La mémoire tyrannique" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Horacio Castellanos Moya


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=