Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sous les branches de l'udala
Chinelo Okparanta  (Editions Belfond)  août 2018

De retour au Nigéria, une semaine après y avoir déjà été avec le très beau La saison des fleurs de flamme, c’est fou comme la littérature peut nous faire voyager sans trop dépenser d’argent. Ici, c’est la plume de Chinelo Okparanta que je viens de découvrir, une jeune nigériane vivant aux Etats-Unis depuis ses dix ans qui vient, avec son premier roman, renforcer la jeune génération d’écrivains venus d’ailleurs.

Comme dans La saison des fleurs de flamme, c’est aussi autour d’une histoire d’amour interdite que tourne l’histoire de ce roman. L’histoire se passe en 1968 au Nigéria, pays à l’époque confronté à la terrible guerre du Biafra, restée dans toutes les mémoires. Des milliers de morts, des ethnies qui s’affrontaient et se déchiraient et une population qui sombra rapidement dans le désespoir et la pauvreté au cours de cette guerre civile.

Au cœur de cette violence inouïe et des nombreux massacres se trouve la jeune Ijeoma qui va tomber éperdument amoureuse d’Amina. Rapidement, leur relation va être découverte de leurs proches qui vont unanimement lui signaler que cet amour est criminel, interdit aux yeux de Dieu. Pour Ijeoma, un choix se dessine alors : se cacher et suivre ses désirs ou bien alors s’oublier et jouer le rôle que la société nigériane lui impose.

Alors comme pour La saison des fleurs de flamme qui traitait d’un amour interdit entre une vieille femme et un jeune brigand, Sous les branches de l’Upala nous dresse aussi un portrait sans concession de cette société nigériane cloisonné qui ne comprend la possibilité d’aimer une personne du même sexe et qui va encore plus loin puisque ce genre de relations est même pénalement interdite.

L’auteure, je trouve, contextualise bien l’époque racontée à partir de quelques chapitres historiques qui permettent au lecteur de bien comprendre ce pays sans qu’on ait l’impression de lire un livre d’histoire. L’histoire de la jeune fille, Ijeoma, elle, est superbe, faite d’abandon (sa mère) et de décès (son père), de rencontres importantes (Amina) et de difficultés.

Chinelo Okaparanta nous propose en fait avec son ouvrage plusieurs histoires dans l’histoire. On y trouve l’histoire d’une mère et de sa fille, compliquée, marquée par l’abandon puis les reproches. On y trouve aussi l’histoire de l’amour interdit entre deux jeunes femmes qui doivent se cacher des autres pour vivre leur amour et enfin l’histoire d’un pays autour de la guerre et de la religion.

Alors du coup que dire de plus sinon que j’ai beaucoup aimé cette lecture qui vient faire miroir à ma lecture précédente issue d’un autre auteur nigérian. Je suis passé par plusieurs sentiments à la lecture de cet ouvrage, entre révolte vis-à-vis du sort réservé aux homosexuels au Nigéria et espoirs quant au message d’amour délivré par l’auteure.

Sous les branches de l’udala est donc une charmante surprise pour cette rentrée littéraire des éditions Belfond qui confirme que le Nigéria, à défaut d’avoir une société ouverte sur le monde et ses évolutions commence à devenir un vivier d’écrivains talentueux.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Chinelo Okparanta
Le Facebook de Chinelo Okparanta


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=