Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Thomas Breinert
Thomas Breinert EP  (Autoproduit)  avril 2018

Thomas Breinert : le rock chic en toute intimité

Pour vous présenter Thomas Breinert, je vous dirais qu'il fait du "rock chic". Son univers musical est d'une élégance rare, même s'il aime les guitares saturées, il aime aussi qu'elles soient audibles. Il aime la puissance du rock autant que les mélodies suaves et envoûtantes. Lorsqu'il compose, c'est dans cette vaine-là qu'il s'inscrit, en ajoutant du violon, du piano, des instruments dits "classiques", pour ensuite texturer l'ensemble à l'aide des sons électro, parce que le projet initial est encré dans la modernité.

C'est à une collaboration réussie avec Romain Dudek qu'il doit l'évolution d'un son purement rock vers une ambiance qu'il rendra reconnaissable sur son premier E.P.

Après des mois de travail, l'idée était qu'il aille seul sur scène avec son looper. Mais être seul sur scène, ce n'est pas sa philosophie, il a besoin de partager l'espace et le temps avec des musiciens, au moins basse, guitare, batterie. L'équipe se compose alors de trois musiciens géniaux : JB Clet à la guitare, Loïc Kohler à la basse, et Olivier Robineau à la batterie. Si vous aimez le bon son, vous allez être servis.

Thomas Breinert n'est pas un débutant, cela fait plus de 25 ans qu'il vit en musique. Tour à tour bassiste puis chanteur dans les bars comme sur des petites scènes, il enchaîne des années fortes de souvenirs et d'amitiés musicales auprès de Vincent Delerm. Les deux amis d'enfance formaient le groupe Tristes Sires ; Thomas était à la basse, son ami Vincent à la batterie, et Vincent Delerm au chant, piano et la composition.

Il évoque toujours avec une émotion empreinte de nostalgie cette époque particulière de sa carrière. Les trois copains se retrouvaient le samedi pour répéter et créer dans un studio aménagé par le batteur, qu'ils avaient nommé "l'Asile". "On sentait qu'il y avait quelque chose d'évident dans ce qu'on faisait, on y croyait" nous confit-il. Puis les études, et surtout la vie les a éloigné sans faire de bruit. Vincent Delerm ensuite a fait son chemin, seul, avec ses textes et son piano.

Thomas Breinert est souvent comparé à Alain Bashung, Jacques Dutronc avec une pointe de Serge Gainsbourg. Le timbre de sa voix se prête à cette comparaison qu'il accepte timidement, un peu gêné. Il joue avec les mots, les images, dans ses textes toujours en français, vous invitant dans un voyage littéraire subtil, habitait par les côtés sombres de la féminité, et les amours indécis...

Il enrichit sa culture musicale avec son frangin sur le tourne-disque familial en écoutant Brassens, Brel, Ferrat, les chanteurs français à texte. Arrivent ensuite les vinyles de blues et de jazz de son père, et ceux plus classiques de sa mère. Il a été baigné dans la musique depuis toujours avec ses parents. Il n'a que 6 ans lorsqu'il assiste à son premier concert, en voyant Bill Deraim. "Je me dis ce qu'il fait là c'est génial ! C'est ça que je veux faire".

Plus tard, il découvre Scorpion, "une révélation". Viennent ensuite Motörhead, Metallica, ZZ Top… Des groupes plus marqués. Quand il rencontre Vincent Delerm, il découvre avec lui la cold wave anglaise, surtout The Cure… "Tous ces sons un peu froids du coup, très marqués années 80 qui, au départ, ne me plaisent pas mais j'y trouve quelque chose dans cette froideur".

Au moment où son chemin se sépare de celui de Vincent Delerm, il se détache de l'envie de vouloir percer dans la musique et devient chanteur-bassiste pour divers groupes de blues-rock.

En 1998, c'est l'album de Bashung, Fantaisie militaire, qu'il trouve incroyable. "Je pense que ce disque là m'a changé, a changé ma façon de voir, m'a plus marqué. L'influence, c'est vraiment Bashung. Mais je ne peux pas dire que ma musique ressemble beaucoup à Bashung, même dans ma façon de chanter, ça ne ressemble pas à Bashung". Et pourtant, quand on écoute Thomas Breinert chanter, on ne peut pas s'empêcher d'y penser.

Thomas vient de sortir son EP, sur lequel je vous mets au défit de ne pas retrouver sur le morceau "Imperator" la puissance musicale du célèbre morceau de U2, "Sunday Bloody Sunday". La partie instrumentale qu'ont réalisé ses trois musiciens est surprenante. Thomas Breinert et ses musiciens, c'est une équipe, une vraie amitié qui s'est créée, qui se sent sur scène, pour les plus chanceux qui pourront le voir.

A noter dès à présent la date du 22 novembre 2018 à La Boule Noire, à Paris. Amis parisiens et intra-muros, amis normands, allez soutenir Thomas Breinert à La Boule Noire, prenez le risque de découvrir et celui plus modéré d'y prendre beaucoup de plaisir. C'est un chanteur de rock tout en délicatesse, et gentillesse. Et si à la fin du concert, vous allez le voir pour le féliciter, le remercier, ne soyez pas étonné, car il sera fort possible que le plus timide ce ne soit pas vous.

Retrouvez Thomas Breinert
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Lupanar Chic de Thomas Breinert

En savoir plus :
Le site officiel de Thomas Breinert
Le Soundcloud de Thomas Breinert
Le Facebook de Thomas Breinert

Crédits photos : Bérengère Guillot


Bérengère Guillot         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Thomas Breinert (23 juin 2018)


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=