Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Okko et les fantômes
Kitaro Kosaka  septembre 2018

Réalisé par Kitaro Kosaka. Japon. Animation. 1h35 (Sortie le 12 septembre 2018).

Il y a quelques semaines, on avait dit toute l'attention qu'il fallait accorder à "Silent Voice", le dessin animé japonais réalisé par Naoko Yamada, et qui avait pour originalité d'aborder des thèmes forts concernant les ados nippons comme le harcèlement scolaire, la question de la différence et celle également épineuse du suicide.

Avec "Okko et ses fantômes" de Kito Kosaka, la barre est aussi placée très haute puisque le film, première réalisation de celui qui fut le directeur de l'animation de Hayao Miyazaki sur son chef-d'oeuvre, "Le vent se lève", traite de la disparition d'êtres chers pendant l'enfance.

En l'occurrence, la petite Oriko Seki dite Okko, douze ans, a perdu dans un accident d'autos ses parents et se retrouve dans l'auberge thermale de sa grand-mère, un lieu aussi magnifique que désuet, où elle va devoir se reconstruire...

Et comme l'indique le titre du film, elle va le faire grâce à des fantômes, une triplette de petits êtres enfantins qu'elle est seule à pouvoir voir. Il y aura Uribo, un garçon de son âge, espiègle et farfelu ; Miyo, une fillette aux longs cheveux de sept ans et, clou de la troupe, un bébé diablotin aux cheveux blonds bouclés. Ils seront là à ses côtés pour qu'elle remonte la pente et prenne goût à sa nouvelle vie, où elle est sensée jouer les hôtesses pour les rares clients de l'auberge.

Mais, peu à peu, dans cet endroit où se côtoie le Japon ancestral et la modernité incarnée par un hôtel high tech ultra-luxueux, qui concurrence l'auberge de sa grand-mère, Okko aidée de ses fantômes se fera des amis parmi les clients de l'auberge. Et puis, surtout, elle affrontera son alter-ego et condisciple à l'école du village l'exubérante Matsuki, héritière du grand hôtel.

Affrontement relatif puisque les deux fillettes s'associeront dans une cérémonie shintoïste qui aura pour vertu de faire passer Okko dans une nouvelle dimension...

Mais on en dira pas davantage de cette œuvre magistrale qui explore diverses pistes sur la mort et comment l'apprivoiser dans ce monde panthéiste produit par une nature toujours intacte, loin de l'univers aseptisé et coupé de toute magie des mégalopoles.

Avant même de juger "Okko et ses fantômes" de Kito Kosaka, on sera d'emblée saisi par la beauté des décors, des couleurs, de l'animation en général. Rarement on aura vu travail plus fluide, plus porteur de ruptures de ton, mêlant avec aisance du fantastique et de la fantaisie.

Merveille pour les yeux, le film risque vite de les embuer tant il ne cherche jamais à éluder la question de la mort et fait revivre par des flash-back le drame qui a brisé la jeune existence d'Okko. Sans doute le film n'est-il pas destiné à des enfants trop jeunes et aura des effets bénéfiques sur ceux qui auront commencé l'école primaire.

Avec "Okko et ses fantômes" de Kito Kosaka, le cinéma d'animation japonais est à son zénith : qui pourrait fournir des images de cette qualité et créer en quelques minutes un univers cohérent, aussi bien pour les adultes que pour les enfants, qui ne s'épuise pas une fois la salle rallumée ?

Digne de ses maîtres Hayao Miyzaki et Isao Takahata, Kito Kosaka ne devrait pas en rester là.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=