Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Okko et les fantômes
Kitaro Kosaka  septembre 2018

Réalisé par Kitaro Kosaka. Japon. Animation. 1h35 (Sortie le 12 septembre 2018).

Il y a quelques semaines, on avait dit toute l'attention qu'il fallait accorder à "Silent Voice", le dessin animé japonais réalisé par Naoko Yamada, et qui avait pour originalité d'aborder des thèmes forts concernant les ados nippons comme le harcèlement scolaire, la question de la différence et celle également épineuse du suicide.

Avec "Okko et ses fantômes" de Kito Kosaka, la barre est aussi placée très haute puisque le film, première réalisation de celui qui fut le directeur de l'animation de Hayao Miyazaki sur son chef-d'oeuvre, "Le vent se lève", traite de la disparition d'êtres chers pendant l'enfance.

En l'occurrence, la petite Oriko Seki dite Okko, douze ans, a perdu dans un accident d'autos ses parents et se retrouve dans l'auberge thermale de sa grand-mère, un lieu aussi magnifique que désuet, où elle va devoir se reconstruire...

Et comme l'indique le titre du film, elle va le faire grâce à des fantômes, une triplette de petits êtres enfantins qu'elle est seule à pouvoir voir. Il y aura Uribo, un garçon de son âge, espiègle et farfelu ; Miyo, une fillette aux longs cheveux de sept ans et, clou de la troupe, un bébé diablotin aux cheveux blonds bouclés. Ils seront là à ses côtés pour qu'elle remonte la pente et prenne goût à sa nouvelle vie, où elle est sensée jouer les hôtesses pour les rares clients de l'auberge.

Mais, peu à peu, dans cet endroit où se côtoie le Japon ancestral et la modernité incarnée par un hôtel high tech ultra-luxueux, qui concurrence l'auberge de sa grand-mère, Okko aidée de ses fantômes se fera des amis parmi les clients de l'auberge. Et puis, surtout, elle affrontera son alter-ego et condisciple à l'école du village l'exubérante Matsuki, héritière du grand hôtel.

Affrontement relatif puisque les deux fillettes s'associeront dans une cérémonie shintoïste qui aura pour vertu de faire passer Okko dans une nouvelle dimension...

Mais on en dira pas davantage de cette œuvre magistrale qui explore diverses pistes sur la mort et comment l'apprivoiser dans ce monde panthéiste produit par une nature toujours intacte, loin de l'univers aseptisé et coupé de toute magie des mégalopoles.

Avant même de juger "Okko et ses fantômes" de Kito Kosaka, on sera d'emblée saisi par la beauté des décors, des couleurs, de l'animation en général. Rarement on aura vu travail plus fluide, plus porteur de ruptures de ton, mêlant avec aisance du fantastique et de la fantaisie.

Merveille pour les yeux, le film risque vite de les embuer tant il ne cherche jamais à éluder la question de la mort et fait revivre par des flash-back le drame qui a brisé la jeune existence d'Okko. Sans doute le film n'est-il pas destiné à des enfants trop jeunes et aura des effets bénéfiques sur ceux qui auront commencé l'école primaire.

Avec "Okko et ses fantômes" de Kito Kosaka, le cinéma d'animation japonais est à son zénith : qui pourrait fournir des images de cette qualité et créer en quelques minutes un univers cohérent, aussi bien pour les adultes que pour les enfants, qui ne s'épuise pas une fois la salle rallumée ?

Digne de ses maîtres Hayao Miyzaki et Isao Takahata, Kito Kosaka ne devrait pas en rester là.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=