Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Okko et les fantômes
Kitaro Kosaka  septembre 2018

Réalisé par Kitaro Kosaka. Japon. Animation. 1h35 (Sortie le 12 septembre 2018).

Il y a quelques semaines, on avait dit toute l'attention qu'il fallait accorder à "Silent Voice", le dessin animé japonais réalisé par Naoko Yamada, et qui avait pour originalité d'aborder des thèmes forts concernant les ados nippons comme le harcèlement scolaire, la question de la différence et celle également épineuse du suicide.

Avec "Okko et ses fantômes" de Kito Kosaka, la barre est aussi placée très haute puisque le film, première réalisation de celui qui fut le directeur de l'animation de Hayao Miyazaki sur son chef-d'oeuvre, "Le vent se lève", traite de la disparition d'êtres chers pendant l'enfance.

En l'occurrence, la petite Oriko Seki dite Okko, douze ans, a perdu dans un accident d'autos ses parents et se retrouve dans l'auberge thermale de sa grand-mère, un lieu aussi magnifique que désuet, où elle va devoir se reconstruire...

Et comme l'indique le titre du film, elle va le faire grâce à des fantômes, une triplette de petits êtres enfantins qu'elle est seule à pouvoir voir. Il y aura Uribo, un garçon de son âge, espiègle et farfelu ; Miyo, une fillette aux longs cheveux de sept ans et, clou de la troupe, un bébé diablotin aux cheveux blonds bouclés. Ils seront là à ses côtés pour qu'elle remonte la pente et prenne goût à sa nouvelle vie, où elle est sensée jouer les hôtesses pour les rares clients de l'auberge.

Mais, peu à peu, dans cet endroit où se côtoie le Japon ancestral et la modernité incarnée par un hôtel high tech ultra-luxueux, qui concurrence l'auberge de sa grand-mère, Okko aidée de ses fantômes se fera des amis parmi les clients de l'auberge. Et puis, surtout, elle affrontera son alter-ego et condisciple à l'école du village l'exubérante Matsuki, héritière du grand hôtel.

Affrontement relatif puisque les deux fillettes s'associeront dans une cérémonie shintoïste qui aura pour vertu de faire passer Okko dans une nouvelle dimension...

Mais on en dira pas davantage de cette œuvre magistrale qui explore diverses pistes sur la mort et comment l'apprivoiser dans ce monde panthéiste produit par une nature toujours intacte, loin de l'univers aseptisé et coupé de toute magie des mégalopoles.

Avant même de juger "Okko et ses fantômes" de Kito Kosaka, on sera d'emblée saisi par la beauté des décors, des couleurs, de l'animation en général. Rarement on aura vu travail plus fluide, plus porteur de ruptures de ton, mêlant avec aisance du fantastique et de la fantaisie.

Merveille pour les yeux, le film risque vite de les embuer tant il ne cherche jamais à éluder la question de la mort et fait revivre par des flash-back le drame qui a brisé la jeune existence d'Okko. Sans doute le film n'est-il pas destiné à des enfants trop jeunes et aura des effets bénéfiques sur ceux qui auront commencé l'école primaire.

Avec "Okko et ses fantômes" de Kito Kosaka, le cinéma d'animation japonais est à son zénith : qui pourrait fournir des images de cette qualité et créer en quelques minutes un univers cohérent, aussi bien pour les adultes que pour les enfants, qui ne s'épuise pas une fois la salle rallumée ?

Digne de ses maîtres Hayao Miyzaki et Isao Takahata, Kito Kosaka ne devrait pas en rester là.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=