Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Ménagerie de verre
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  septembre 2018

Comédie dramatique de Tennessee Williams, mise en scène de Charlotte Rondelez, avec Cristiana Réali, Ophélia Kolb, Charles Templon et Félix Beaupérin.

Créée en 1944, alors que Tennessee Williams n'a que 33 ans, "La Ménagerie de verre" est son premier grand succès. Cette pièce autobiographique qui se passe à Saint-Louis, Missouri, là où a vécu Thomas Lanier dit Tennessee Williams est à l'image des principales œuvres de l'auteur du "Tramway nommé Désir".

Elle met en scène une famille fragile, avec un père absent, qui a disparu en laissant saisis de surprise sa femme et ses deux enfants. Chacun vit depuis comme il peut dans son monde, une cellule familiale aimante mais étriquée. Un monde familial étroit mais qui protège quand même d'une société dans laquelle chacun aura désormais du mal à se faire une place.

Pour que "La Ménagerie de verre" fonctionne, il faut que ces êtres un peu dépassés, déphasés, qui, confusément, sentent qu'ils doivent eux aussi partir pour se sauver d'un univers confiné et sans avenir, soient poussés à l'émotion, mais pas au pathétique.

C'est en cela que la mise en scène de Charlotte Rondelez est parfaite. Se reposant sur des acteurs de grande qualité, jouant à l'unisson la partition de la fêlure nostalgique, elle pose ce quatuor dans un intérieur que Jean-Michel Adam a su décorer comme le cocon étouffant qu'il se devait être, où la belle lumière de François Loiseau impose ses bougies quand les plombs sautent.

La scène principale de "La Ménagerie de verre" est celle où Tom, le fils (Charles Templon) ramène à dîner un camarade de travail, Jim (Félix Beaupérin) dans le but qu'il devienne un "galant" pour sa sœur Laura (Ophélia Kolb).

Il faut dire que leur mère, Amanda (Cristiana Reali), a tout fait pour cette rencontre. Elle qui a fait jadis un mauvais mariage n'a pour sa fille affreusement timide et boiteuse pas beaucoup d'ambition. Si elle pouvait épouser cet employé beau garçon et beau parleur, ce serait pour elle un miracle...

Evidemment, les choses ne se passeront pas comme prévu. Laura a la même fragilité que ces objets de verre qu'elle collectionne et qu'un rien, un souffle, peut briser, transformant une fière licorne en petit cheval commun comme les autres.

Cristiana Reali en impose en femme passée à côté de sa vie et s'étant, peu à peu, transformée en mère pélican ultra-possessive. Ophélia Kolb a la beauté de la disgrâce et sait que sa rencontre avec Jim sera la première et la dernière. Les deux garçons répondent à leur mélancolie presque fatale avec la politesse de ceux qui ont compris qu'ils n'ont de salut que dans la fuite. Ce repas ultime est déjà pour eux quelque chose de fantomatique qui justifiera entièrement leurs départs précipités.

Si quelqu'un croit datée cette "Ménagerie de verre" qu'il vienne voir comment, au contraire, Charlotte Rondelez en titre de quoi réveiller les beaux sentiments. Cette version simple et pleine de nuances touchera la plupart des spectateurs. Elle repose sur le charme et la justesse de personnages qu'on emporte avec soi, hors théâtre.

Sans cris ni grandiloquence, la prose de Tennessee vibre encore et comme jamais pour produire une oeuvre dont la puissance d'évocation elle aussi demeure intacte.

A ne pas rater si l'on aime être submergé par des larmes que l'on attendait pas.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=