Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Amour est une fête
Cédric Anger  septembre 2018

Réalisé par Cédric Anger. France. Comédie. 1h59 (Sortie le 19 septembre 2018). Avec Guillaume Canet, Gilles Lellouche, Michel Fau, Camille Razat, Xavier Beauvois, Elisa Bachir Bey, Marilyn Jess, Josephine de la Baume et Quentin Dolmaire.

Décidément, en ce moment, le porno des années 1970-1980 a la côte. Alors qu’aux Etats-Unis, David Simon signe la série télévisée "The Deuce", qui explore la naissance de l’industrie pornographique, Yann Gonzalez proposait, il y a quelques mois, une vision assez psychédélique de ce monde avec "Un couteau dans le coeur". C’était une rêverie sanglante, exubérante et angoissante.

A partir du 19 septembre 2018, c’est au tour de Cédric Anger de revisiter cette période dans une fiction assez déjantée, "L’Amour est une fête".

L’amour, c’est quand l’autre est une fête, écrivait Roland Barthes dans les "Fragments d’un discours amoureux". Dans le film de Cédric Anger, la fête est partout. Visuellement, c’est une débauche de couleurs, de musiques, d’expériences à laquelle l’évocation des années 1980 est propice. Un monde de la nuit aux tons chauds, où les corps se dénudent sous des projecteurs rouges, où les néons de Pigalle percent la nuit pour donner naissance à un autre monde, un Paris de lumière qui émerge quand le soleil se couche.

Cette nuit est le royaume de Franck (Guillaume Canet) et Serge (Gilles Lellouche), tout en blond platine et rouflaquettes. Ils règnent sur le Mirodrome, une boutique et salle de strip où de longilignes créatures affolent les clients.

Avec eux, le champagne coule à flot, la cocaïne circule allègrement pendant les fêtes. Sauf que Franck et Serge sont deux flics infiltrés, cherchés d’enquêter sur le blanchiment de l’argent dans le milieu du porno. Un marché prospère, où fait son beurre l’inénarrable Maurice (Michel Fau), producteur de films pour adultes.

Sur cette vague trame policière, Cédric Anger rend hommage à ce monde où les corps librement exultent. Point de moralisme ici, point de portrait sinistre d’un monde souvent représenté comme crapoteux. Les filles et les patrons du Mirodrome sont décrits comme une grande famille, où l’on prend soin les uns des autres. Cette famille est d’ailleurs, pour Serge, infiniment plus séduisante que la sienne, dans un petit pavillon de banlieue gris, bien loin des folies éclatantes de la nuit.

Si Cédric Anger ne creuse pas les aspects les plus sombres de ses personnages - déprime et rage de Serge devant l’ennui de la vie de famille, addiction à la drogue de Franck- il excelle en revanche dans le registre comique, que ce soit pour une hilarante confrontation entre Serge le jouisseur et Franck le maniaque dans une voiture, dispute qui tourne à la scène de ménage, ou pour faire le portrait de ces excentriques cinéastes et producteurs qui ont fait les beaux jours du porno français.

Cette galerie de personnages joyeusement fêlés est sans doute la plus belle réussite de "L’Amour est une fête". Ainsi, ce cinéaste campé par Xavier Beauvois, grand pro du porno, désireux de réaliser un "Citizen Kane 2", ou ce producteur joueur de mastermind, sorte de gourou qui vit au milieu des bois entouré de trois belles actrices.

Et les femmes, dans tout cela ? Elles sont omniprésentes, tout en étant curieusement inexistantes. Mis à part le personnage de Caprice (Camille Razat), qui a le droit à un développement, toutes restent en retrait, de belles silhouettes très peu caractérisées, qui se plient aux instructions données par les hommes. Certes, "L’Amour est une fête" insiste sur le plaisir féminin, mais ce droit au plaisir ne suffit pas faire des femmes des personnages aussi mémorables que les personnages masculins.

Pour tous les personnages, faire l’amour, qu’il y ait ou non une caméra, est aussi naturel que respirer. Il n’y a jamais, chez les filles, de nostalgie d’une pureté perdue, de dégoût devant leur activité. Au contraire, le porno est à la fois un travail, dirigé par un metteur en scène avec sa vision, et une joie, où la jouissance est réelle.

On parle levrette, fellation et sodomie avec autant de simplicité que si l’ont commandait une tasse de thé ; toute une équipe est rassemblée pour donner naissance à un monde de fantasmes, où les actrices doivent penser à donner de la voix pour le perchman, où l’on se maquille et se costume.

Cédric Anger restitue pleinement à cette branche méprisée du cinéma son potentiel récréatif, son imaginaire, la vision de ceux qui le faisaient. Cet hommage tendre n’est pas sans nostalgie pour un cinéma qui, à l’heure de Youporn et des visionnages solitaires sur les écrans d’ordinateur, semble joyeux et bon enfant. Un monde qui devient même édénique et solaire, porté par la belle musique de Grégoire Hetzel.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=