Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Picasso. Chefs-d’œuvre !
Musée National Picasso  (Paris)  Du 4 septembre 2018 au 13 janvier 2019

Avec "Picasso - Chefs d'oeuvre !", le Musée national Picasso présente une exposition ambitieuse et didactique dès lors que son propos s'articule autour de la notion contingente et polysémique de chef d'oeuvre certes appliquée à Picasso mais néanmoins appréhendée de manière synthétique.

Une notion dont les commissaires Emilie Bouvard et Coline Zellal, conservatrices audit musée, donnent une pertinente définition mais qui rend néanmoins compte de la difficulté de l'entreprise plastique et la construction sociale, culturelle et médiatique" qu'elles appliquent à l'oeuvre de Picasso.

A travers une sélection d'oeuvres picassiennes maîtresses, dont certaines présentées pour la première fois à Paris, dispensées dans un parcours chrono-thématique, la monstration vise, à proposer, appuyés de nombreux documents d'archives, un décryptage du processus créatif de l'artiste et une nouvelle lecture de la création picassienne au regard de sa réception critique.

Picasso, de l'oeuvre au chef d'oeuvre

Dès sa jeunesse, Picasso ambitionne de devenir le génie du 20 ème siècle et ce non dans une reconnaissance post-mortem mais immédiate et met tous les atouts de son côté pour accéder à la notoriété et à cette reconnaissance de son vivant. Outre une production prolifique, voire stahkanoviste, Picasso ne se cantonne pas sa vie artistique et acquiert une bonne connaissance des entités et processus dont dépend la catégorisation en chef d'oeuvre.

En 1897, encore élève à l'Ecole des Beaux-Arts de Barcelone, il sait que le premier pas consiste en ce 19ème siècle où règne l'académisme, en la reconnaissance par l'Académie royale de peinture et de sculpture du statut d'artiste pouvant ensuite postuler dans les Salons officiels et acquérir une visibilité "estampillée".

Ainsi réalise-t-il un un tableau dans le style du réalisme social, "Science et Charité", qui reçoit la validation institutionnelle puis remporte la médaille d'or de l'Exposition provinciale de Malaga.

Ensuite, pour soutenir ses ambitions modernistes, il conquiert les marchands d'art influents qui contribuent largement par leur goût et leur politique d'achat à la diffusion des oeuvres auprès du public et surtout des collectionneurs privés.

Ainsi Ambroise Vollard qui, fin limier, organise en 1901 la première exposition parisienne de Pablo Picasso et achète acquiert toute la production de la "période bleue" ou Paul Rosenberg, principal marchand de Picasso notamment à l'international avec sa galerie newyorkaise, qui apprécie la figure de l'Arlequin que va décliner Picasso en 1923.("Arlequin au miroir" - "Arlequin assis" - "Le peintre Salvado en arlequin").

Tout comme le thème également classique de l'Histoire de l'Art, celui de de la baigneuse qui se concrétise en 1937 dans les monumentales naïades marmoréennes exceptionnellement réunies ("Grande baigneuse au livre" - "La Baignade" - "Femme assise sur la plage").

Ces séries emblématiques remettent en question le chef d'oeuvre oeuvre unique et génèrent le concept d'"ensemble faisant chef-d'oeuvre".

L'autre acteur important au début du 20ème sont les institutions muséales mais il s'avère plus difficile d'influer sur les choix d'acquisitions des directeurs, choix subjectif résultant souvent d'un conservatisme consensuel et d'une frilosité à l'égard des mouvements novateurs.

Toutefois, "Les demoiselles d'Avignon" seront érigées en chef d'oeuvre de la modernité lors de leur entrée dans les collections du Museum of Modern Art de New York en 1939, toile évoquée que par les dessins préparatoires et la sidérante transposition tapissière de Jacqueline de La Baume-Dürrbach que le peintre, non sans ironie, a salué comme "mieux que l'original", qui, à l'instar du tirage en bronze de la sculpture du "Le Faucheur" dont l'original est en plâtre, interpelle sur la problématique de la reproduction des oeuvres

Pour répondre à la question de la multiplicité résultant des moyens d'expression artistique telle la lithographie, qui permet la large diffusion d'une oeuvre originale, l'exposition présente quelques unes des magnifique planches réalisées par Picasso pour le recueil de poèmes "Le Chant des morts" de Pierre Reverdy considéré comme un chef d'oeuvre du livre illustrée.

Même pour Picasso, la reconnaissance peut être tardive tel pour ses sculptures lors d'une présentation inédite en 1966 dans un "Hommage à Pablo Picasso" organisé au Grand palais et au Petit Palais par l'historien d'art Jean Leymarie.

Ce qui permet d'aborder l'impact des historiens d'art et des critiques d'art sur la qualification de chef d'oeuvre, des "professionnels" dont s'est entouré Picasso tel son compatriote le poète et écrivain Josep Palau i Fabre, biographe hagiographique auquel est consacré une section dans l'exposition.

Une exposition dense en 15 stations qui présente également le collage restauré "Les Femmes à leur toilette" opéré en 1937 à fin de carton de tapisserie, qui met en scène les "trois femmes" de Picasso à cette époque, et dans un accrochage façon "pêle-mêle" quelques toiles tardives figurant dans l'exposition posthume "Picasso 1970-1972" au Palais des Papes à Avignon.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée National Picasso

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation du Musée National Picasso


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=