Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Leave no trace
Debra Granik  septembre 2018

Réalisé par Debra Granik. Etats Unis. Drame. 1h49 (Sortie le 19 septembre 2018). Avec Thomasin Harcourt McKenzie, Ben Foster, Jeff Kober, Isaiah Ston, Dale Dickey, Ayanna Berkshire, Dana Millican, Michael J. Prosser et Art Hickman.

On cherche ici et là des traces du "grand cinéma américain" dans la production contemporaine. Paradoxalement, en empruntant des chemins pas très battus, "Leave no trace" de Debra Granik s'y ressource comme rarement film s'y est ressourcé.

On y retrouve les grands espaces, des héros solitaires, des personnages marginaux fuyant la société à la recherche d'une nouvelle communauté ou d'un nouveau paradis terrestre.

Debra Granik et sa co-scénariste Anne Rosselini ont adapté le roman de Peter Rock, "L'abandon", tiré lui-même d'une histoire vraie. Mais là où le roman nage en plein mystère, essaie d'introduire quelque chose de flou (voire de malsain) dans les rapports entre le père et la fille, le film, lui, revient à la simplicité et à la trivialité nécessaires aux grands récits.

On comprend sans avoir besoin de beaucoup d'explications que Will (Ben Foster) est un ancien militaire, un vétéran, cabossé par une des guerres sales dont les États-Unis ont désormais le secret (Afghanistan, Irak) et qu'il a entraîné Tom (Thomasin Harcourt McKenzie), sa fille, dans son refus de vivre "normalement".

C'est dans les bois, dans un parc national, qu'ils ont élu "domicile", changeant le plus souvent possible de cache pour éviter les gardes forestiers. "Leave no trace" de Debra Granik est le récit méticuleux de l'existence quotidienne de ces modernes robinsons. Presque documentaire et muet, cette première partie du film aurait pu le constituer entièrement, mais le film bifurque quand ils sont arrêtés... et condamnés à reprendre rang dans la société.

C'est le seul moment un peu théorique du film, car on se doute qu'ils n'aiment pas cette vie, cette resocialisation forcée et qu'ils vont repartir sur les routes. La deuxième partie du film est un questionnement plus douloureux : dissensions entre le père et la fille, interrogations sur leur avenir quand le père se blesse...

Rattrapés par la société, ces "Rambos" dignes du magnifique premier film de la série, celui de Ted Kotcheff, vont-ils craquer ? Vont-ils se résigner ?

Grâce à l'immense Ben Foster, qui fut un Lance Armstrong extraordinaire dans "The Program" de Stephen Frears, et à la jeune Thomasin Harcourt McKenzie, qui fait mieux que lui donner la réplique, on comprend parfaitement ce qui se passe en eux et l'on pense très fort aux personnages de John Ford, Frank Borzage ou William Wellman.

Comme ces maîtres du cinéma américain, Debra Granik sait parler des petites gens, qu'il s'agisse des marginaux côtoyés par les deux fuyards ou des "braves gens" qui font tout pour qu'ils se réinsèrent socialement.

Chacun, ici, a ses raisons et si, on ne voulait pas gâcher les bons sentiments qu'apportera ce film à ses spectateurs, on pourrait dire qu'il baigne dans le "trumpisme" puisque le héros a bien compris tout ce qu'il y a de pervers dans l'aide sociale et que sa fille aime beaucoup cette communauté d'hommes libres qui mettent leur liberté de petits-blancs au-dessus de tout le reste...

"Leave no trace" de Debra Granik est un film beau et rare. L'avenir dira s'il devient le grand film que l'on soupçonne qu'il soit.

Pour l'heure, il fait penser à certains Ford, et curieusement aux "Raisins de la colère" dont il pourrait être le remake inversé ou moderne. A l'ère où la lutte des classes est vaine, le personnage de Tom Joad ne s'est-il pas transformé en Will, l'homme seul dont la quête primale est le dernier avatar de l'homme qui ne veut pas se soumettre ?

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=