Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce BlauBird
Rising, la fin de la tristesse  (Elles & O / Differ-Ant)  septembre 2018

Un oiseau bleu prend son envol, tel une rampante chenille accède à la grâce d’un papillon, Laure et Olivier Slabiak sont BlauBird, entre lyrisme et trip-folk réconfortante, l’album s’intitule (à point nommé) Rising, la fin de la tristesse.

Les accords ont la grâce fragile d’une valse improvisée sur un champ de ruines, les rythmes sont les battements du temps au-delà des larmes, de ce temps qui passe et affine les rudes contours tristesse en un vague à l’âme et des souvenirs tendres. En français souvent, en anglais parfois, en yiddish un peu. Intense.

A toi l’affligé, toi dont les revers accablent l’existence, dont les tristes imprévus pavent le chemin, à toi l’accablé de chagrin, voit BlauBird faire scintiller les flots de ton âme éplorée, écoute sa voix murmurer la douceur de la mélancolie et transfigurer ta peine en myriades de souvenirs enchantés. La nostalgie habite chaque titre de l’album, inclinant l’auditeur vers le cristal des pensées errantes. Onirique.

Bouleversante complainte à ce qui n’est pas "et toi tu n’es pas là, parfois je crois je pleure j’aimerai que tu sois là, que tu sois tout à moi, que tu sois contre moi, j’aimerai être dans tes bras, mais toi tu n’es pas là, non toi tu n’es pas là, et je dois je dois faire sans toi" ("L’absence"), terrible ressenti que celui du rien qui fait mal.

On s’abandonne volontiers aux dix titres de l’album, dix mélopées dont une mise en musique de Victor Hugo "à l’heure où blanchit la campagne, je sais que tu m’attends" ("Demain, dès l’aube"). Rising est construit des brumes de rêves et de poussières de poésie, l’album annonce sans équivoque La fin de la tristesse, de ce qu’il reste quand le deuil est assimilé, quelques soupirs et ces silences lointains.

D’un romantisme drapé de deuil et d’espoir, BlauBird réussit à nous transposer dans un réel habité par les transformations des corps et des cœurs. Et non, l’album ne file pas le bourdon, il évade les pensées vers des infinis immobiles et donne de furieuses envies de pâtisseries régressives.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Laure Slabiak
Le Bandcamp de BlauBird
Le Soundcloud de BlauBird
Le Facebook de BlauBird


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=