Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Beach Boys, un été sans fin
Jean-Emmanuel Deluxe  (Atlantica Editions)  mai 2018

Cruel Summer

Le journaliste rouennais Jean-Emmanuel Deluxe (Rock & Folk, Citizen K, Schnock...), auteur de nombreux ouvrages fantasques et érudits autour de la pop (Les ovnis de la pop, Bubblegum & Sunshine Pop, Yé-Yé Girls of '60s French Pop) nous livre son dernier ouvrage Beach Boys, un été sans fin, aux éditions Atlantica, en cet été 2018. Témoignage tendre et passionné sur les légendaires California boys.

"Une histoire qui pourrait commencer ainsi : il était une fois, trois frères d’Hawthorne, triste banlieue résidentielle, qu’ils allaient quitter grâce à leurs voix angéliques et aux doigts d’or de frère Brian. Derrière les palmiers, les vagues et les planches de surf, la mort rôdait."

Préfacé par Sean O’Hagan (Microdisney, High Llamas) qui fut à deux doigts d’intégrer le groupe dans les années 80, Jean-Emmanuel Deluxe commence les présentations avec Murry Wilson, géniteur de la fratrie. Murry, musicien raté, n’est pas ce que le rêve américain pourrait appeler un daddy cool. Violent, autoritaire, despote. Un bon psy y trouverait à n’en pas douter les racines du mal dont Brian souffra toute sa vie. Murry rêvait d’un groupe country-folk, banjo et pendletones (chemises à carreaux rouges et noires des bûcherons) qui fut d’ailleurs sans que l’histoire s’en souvienne le premier nom du groupe. Mais les gamins de Californie rêvaient de plages, de filles, de roadsters et de surf culture.

Eté 63, premier single, A-side anodine ("409"). Mais par bonheur pour les 5 boys, les dj-s de l’époque prirent le temps d’écouter la face B "Surfin' USA". La légende démarre...

Le groupe se retrouve à la tête des charts, trustant les premières places et traverse une période de deux années autant marquées par le tourbillon de la gloire que par la boulimie de travail que s’impose Brian. En deux ans de temps (63-65), il composera et produira la bagatelle de huit albums, ce qui fera dire à sa femme Marylin que "Brian ne vivait plus dans la réalité mais dans un monde imaginaire", le génie commençant à montrer des signes comportementaux étranges.

Le grand tournant de la carrière du groupe survient avec l’enregistrement du légendaire Pet Sounds, monument monomaniaque de Brian qui lui permet d’être consacré par l’Histoire en tant que génie absolu et l’affranchit de ses frères et autres membres des Beach Boys. "Les autres Beach Boys sont devenus les jouets de Brian". L’ouragan sonore de Pet Sounds est tel qu’il fera dire à Mike Love "qui va écouter cette merde !".

On ne saura jamais si Pet Sounds est l’ultime digue à s’effondrer dans le cerveau torturé de Brian. Pet Sounds confirme à l’entourage de Brian qu’il ne va pas bien et qu’il n’ira plus jamais bien... Défoncé aux acides, boulimique, reclus chez lui, ne recevant ses rendez-vous que dans sa piscine, disparaissant des jours entiers, se sentant persécuté, envoûté et espionné par Phil Spector, il s’enfonce dans une paranoïa inexorable qui mettra autant sa vie en danger que sa musique et son génie. Seul Van Dyke Parks parviendra à retrouver la substance créatrice de Brian, avec l’arlésienne Smile en 66, abandonné par Capitol et qui verra finalement le jour lors d’un concert à Londres en 2004. Les deux hommes sont toujours proches à ce jour.

Passées les glorieuses 60’s, le groupe surfera sur les hauts et les creux de la vague, certains membres voulant insister dans la marque de fabrique sonore ayant fait leur gloire, tandis que Brian imperméable à toute forme de lucidité et de conformisme, préférant laisser son imaginaire s’envoler dans les limbes de ses inspirations et créations intimes géniales ou dispensables.

Jean-Emmanuel Deluxe a la bienveillance de ne pas s’attarder sur la période sordide que connut Brian avec le charlatan docteur Landy, épisode de la vie de Brian raconté dans le film de Bill Pohlad sorti en 2015.

Le groupe saluera une ultime fois son public en juin 80 à Knebworth, débranchant définitivement leurs micros lors d’un concert privé en 83 à la White House en l’honneur de Reagan (sic). La fin des années 80 se résumera en un affrontement musical entre les Beach Boys moins Brian avec le très médiocre "Kokomo", OST du film Cocktail et le Brian moins les autres Beach Boys sur le génial LP Love and Mercy, ce qui pourrait finalement résumer l’histoire interne du groupe.

Brian est en 2018 l’unique survivant de la fratrie, ce qu’aucun bookmaker n’aurait parié.

Telle fut la vie des Beach Boys, "un groupe qui avait plusieurs compositeurs exceptionnels hormis Brian, dont Carl et Dennis" dixit Sean O’Hagan.

Jean-Emmanuel Deluxe nous livre un témoignage passionnant et passionné sur la vie extraordinaire de ses cinq gamins finalement bien ordinaires, et nous invite à prolonger l’été sans fin.

"Même si Brian n’enregistra plus de chefs-d’œuvre, il nous reste suffisamment de merveilles, dont certaines sont encore oubliées sur des étagères pour illuminer toute une vie. Alos encore une fois merci, Carl, Dennis et Brian pour la musique".

 

En savoir plus :
Le Facebook de Jean-Emmanuel Deluxe


Sébastien Dupressoir         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=