Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Hop Pop Hop #3 (édition 2018) - vendredi 14
Sonny & the Sunsets - One sentence. Supervisor - Mister Milano - Laake - Baloji - Malik Djoudi - Aaron Cohen - Oktober Lieber - Ctrl-Z  (Orléans)  14 & 15 septembre 2018

L’été se termine en pente douce, on a rangé les maillots, plié les serviettes, les têtes blondes ont repris le chemin de l’école et les parents ont enfin retrouvé quelques heures de liberté chaque jour - pour aller bosser ou pour traverser la rue - bref, c’est le moment que les orléanais attendent comme les parisiens attendent Rock En Seine (enfin, je crois, en tout cas ils l’attendent) : Hop Pop Hop ! En seulement deux éditions, le festival s’est imposé comme l’évènement culturel de la rentrée grâce à une programmation intelligente et orientée vers les artistes émergents, une vraie proposition qui fait réagir le public.

Me voilà donc reparti à courir les rue pour aller du Jardin de l’Évêché au Centre Chorégraphique avant de filer à la scène nationale, à la salle de l’Institut ou au 108, et de refaire le chemin dans l’autre sens. Il va en falloir des barquettes de frites et du houblon pour compenser cette perte de calories.

Sonny & the Sunsets ouvrent la grande scène du Jardin de l’Évêché, une tâche difficile à 18h30 un vendredi. Le festival sera vite plein (et même plein à craquer le samedi), mais pour l’instant, l’assistance est clairsemée. Le groupe américain (San Francisco) propose une pop de surfeur jouée dans un garage, un son pas si clairement californien que ça mais franchement cool pour entrer en matière. Une bonne façon de prolonger l’été en se projetant les cheveux blonds dans le vent à l’arrière d’un pick-up. J’espère avoir l’occasion de les revoir un soir un peu plus tard, un peu plus chaud et un peu plus rempli pour mieux goûter l’énergie de leur musique.

Je file un peu avant la fin pour aller voir One sentence. Supervisor. Des suisses de Baden qui plantent un parasol sur scène, ça passe ou ça casse. Et là ça passe et ça passe même très haut. Si la jeunesse laisse encore transparaître quelques petits défauts (une voix qui prendra vite de l’assurance), leur plaisir d’envoyer de grosses guitares chargées d’effets est forcément communicatif.

Ils enchaînent les longues plages instrumentales, les envolées saturées, c’est du lourd mais ça décolle avec une facilité déconcertante. On en prend plein les oreilles et on en redemande. Du Madchester au bon chocolat des Alpes, c’est clairement la première sensation du cru 2018 (et je suis très fier d’avoir réussi à parler d’eux sans dire ni shoegaze ni kraut-rock).

C’est le premier jour et j’ai envie de tout voir, je pars donc un peu avant la fin pour profiter d’un trou entre 20h15 et 20h15. Mister Milano se produit à la Scène Nationale, en courant vite, j’arriverai bien à y passer 15 minutes. Ambiance tripante, synthés élégants, instrumentaux qui prennent à la tête et aux tripes, chorus qui passent d’un clavier à un autre, on sent une belle et forte complicité entre ces musiciens suisses (oui encore, mais italiens cette fois). Un peu de vintage à la mode, ou soupçon de kitsch pour lier le tout, superbe.

Et je repars en courant pour voir un petit bout de Laake qui remplace au pied levé Phœnician Drive, le groupe belge ayant déclaré forfait pour raison de santé. Un de mes regrets de ce week-end. Entre piano et machines, le producteur français fabrique des ambiances, avec classe et maîtrise. Je ne suis pas assez touché pour rester plus longtemps, mais les amateurs du genre se feront plaisir.

Je vais donc passer voir Baloji en attendant un des artistes que j’attends le plus. Première bonne surprise. J’aime tellement me faire embarquer par un groupe que je ne pensais pas aller voir. Baloji, son groupe c’est une énorme présence, un groove de folie, une grosse ambiance et une générosité incroyable. La chanteur fait le show et son style mélangeant musique africaine, rap, soul, funk, jazz, chanson saupoudré d’un zest d’électro fait mouche. Tout le monde danse, rit et rêve secrètement de se trouver une petite place dans leurs valises pour filer avec eux.

Mais le moment approche et je ne veux pas manquer le début : Malik Djoudi. Le nom tourne depuis quelques temps et le repérage dans l’antre de la Souterraine. Cette voix souvent haut perchée posée sur une musique électronique chaleureuse, sa mise à nue, l’émotion toujours à fleur de peau, une sincérité touchante, tout ici donne envie de hurler que nous aussi on est fragiles, que nous aussi on est prêt à assumer nos jolies faiblesses et même à danser dessus. Mais c’est quand même plus facile à faire quand on est porté par la musique de Malik Djoudi. Si vous n’avez pas encore écouté Un ou si vous n’avez pas encore pu le voir sur scène, foncez.

Parfois, la vie nous met face à des ruptures un peu violentes. J’avais très envie d’aller voir Aaron Cohen, mais je doute. Je file tout de même à la scène Nationale et comme je le redoutais, il va me falloir un peu de temps pour passer de l’univers onirique de Djoudi au rap sombre de l’américain. Une fois dedans, il est trop tard pour reculer, on est pris comme dans un tourbillon, un flow de mots qu’on prend en pleine gueule. Ça balance, ça retourne, difficile de lutter.

Et me voilà traînant hagard dans les rues d’Orléans, des rues qui ne voient pas souvent trainer des gens hagards. A la recherche d’une boisson fraîche, je rentre au 108 où Oktober Lieber va bientôt commencer. J’avais décidé de faire l’impasse sur ce concert, mais maintenant que je suis là… Je ne comprends pas tout de suite ce qui m’arrive. Un son monte, a-t-il un maître ? Il en a deux. Deux françaises qui soufflent une vague froide électronique, une lame de fond. Elles semblent dialoguer avec leurs machines au point qu’on ne sait pas toujours quelle part de liberté ont ces dernières. Deuxième bonne surprise inattendue.

Que j’aime ce festival. Je me laisse couler dans cette ambiance semi-apocalyptique d’une ère post-industrielle où on vivrait tous sous assistance respiratoire avec des lunettes de réalité virtuelle fabriquées par Monsanto et vendues au marché noir par des horticulteurs incapables de traverser une rue, au point d’oublier que j’avais prévu d’aller voir Ctrl-Z. Je pars en courant mais il est déjà trop tard. La queue bloque la rue et je renonce à essayer de traverser. Le remord me rend lourd, je préfère jeter l’éponge. Clap de fin pour cette première journée, j’ai 300 photos à dérusher, et probablement 293 photos à jeter. Au boulot !

PS : Merci à Jack Torrance pour la photo de Sonny & the Sunsets.

 

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Hop Pop Hop
Le Facebook du Festival Hop Pop Hop

Crédits photos : Alex BBH


Alex BBH         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=