Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean Cohen-Solal
Captain Tarthopom - Flûtes Libres  (Souffle Continu Records)  août 2018

A chaque nouvelle réédition du Label Souffle Continu Records, l'émerveillement s'anime immanquablement. En effet, à la magie de l’éventuelle découverte ou de la redécouverte d'un trésor au fond des archives s'ajoute la saveur délicieuse de l'histoire qui entoure une œuvre rare mais toujours passionnante.

Déflorer ici l'histoire de ces deux rééditions vous ôterait une part de la joie qu'offre la lecture du livret exhaustif et bien documenté fourni avec les disques de Jean Cohen-Solal. Au-delà de l'histoire de cette réapparition, le livret rappelle que Solal, né en 1946 en Algérie, débarque en France dix ans plus tard. Il se décide à apprendre la flûte traversière, instrument qui va rapidement connaître un regain d'intérêt dans le monde du jazz avec Dolphy, Kirk pour les plus connus, mais va également connaître une passion chez les amateurs de rock, par le truchement de l'instrument échevelé de Ian Anderson.

Solal va, avec son frère, apprendre pendant des heures la maîtrise de son instrument, alors que son grand frère intègre le Groupe de Recherches Musicales. S’en suit une période de vaches maigres, durant laquelle il va tout de même croiser la route de Bayle, Ferrari, ou Parmegiani. Il va faire connaissance avec Jacques Rouxel, qui vient de demander à Robert, son frère, de travailler sur son nouveau dessin animé, Les Shadoks (il deviendra la voix des Shadoks.) Cette collaboration se poursuivra jusqu'au début des années 2000. Il va ensuite être engagé par Pathé pour travailler sur différents projets et il finira par enregistrer ses propres compositions.

La suite est à découvrir dans le fameux livret. Ce sont donc deux albums fantastiques que Souffle Continu réédite ici. Captain Tarthopom regorge de références autant que de qualités. A la hâte et sur le vif, on peut croiser Jethro Tull, des fanfares fantasques ou les Pink Floyd. Mais il faut absolument éviter le name dropping un peu fainéant concernant cet album. La symphonie de poche qui s'offre à nous comme une fleur s'ouvre de mille pétales, vaut bien plus qu'un simple comparatif. La fantaisie qui débute le disque et qui se termine au chant de gallinacés donne le ton et ouvre la route à un jazz rock tout en variations prog rock.

La force des grands est de pouvoir mêler sans complexe les multiples références sans jamais s'y arrêter vraiment, évitant ainsi de figer la source tout en saisissant l'essence des musiques en quelques secondes. Cette boîte à idées folles ne cesse de varier les plaisirs, groovant ainsi dans un tangage moelleux au cours du "Ab Hoc Et Ab Hac" qui doit autant au rock psyché des années 70 qu'au jazz décalé de Roland Kirk, avant que ne sonne un prélude Bach revisité aux sons des flûtes enchanteresses. Cette valse permanente d'influences effleurées qui jamais n’alourdissent la musique finit par nous conduire jusqu'aux Pink Floyd, avec pour référence le grand final de Saucerful Of Secrets.

Après avoir fait preuve d'une subtile virtuosité avec son instrument de prédilection, Solal joue de l'orgue avec majesté. Entre hommage et parodie, les "Mémoires d'un ventricule" s'envolent littéralement avant que "Fossette Surprise" ne termine sur une touche lumineuse et joyeuse. On songe alors à une sorte de troubadour en pattes d'éléphant, une plongée dans l'espace médiéval en spoutnik acidulé.

Un véritable voyage psychédélique que prolonge Flûtes Libres tout en proposant des contours plus exotiques. En effet, Solal s'exprime au sein d'une formation beaucoup plus resserrée. Gravitant autour de sa flûte, sitar et tabla recentrent le propos, rendant l'ensemble un peu plus minimaliste et obsédant. Si l'introduction rappelle à nouveau Jethro Tull, rapidement le ton change. Les contours semblent improviser des solo et des ritournelles sans fin fixées de façon obsessionnelle. Là encore, il est impossible de cibler un nom sur un style. Jazz rock, psyché, ou pop, les lignes de basse par exemple soutiennent un propos typiquement années 70, face aux arrangements de sitar et de tabla nettement plus intemporels.

La musique de Solal progresse alors vers une langueur savoureuse et enveloppée d'un onirisme doux et apaisant, passant par des couleurs pastorales imagées, et toute cette contreculture qui animait cet underground français passionnant, que l’on attend toujours de redécouvrir. Cette réjouissante suite de pastilles colorées transpire la joie et la légèreté, s'octroyant ainsi le luxe d'être une musique savante qui ne se prend jamais au sérieux.

Par ailleurs, rien ne reste jamais immobile et tout emprunte sans cesse de nouvelles voies à l'image de "Quelqu'un", longue plage de plus de quinze minutes, où les sonorités apparaissent par vagues successives, au gré d'une forme d'expression libre, mais plus inquiétante que sur les ambiances jusqu'ici proposées. Prouvant ainsi son étonnante diversité, la musique de Jean Cohen-Solal est à découvrir ou à redécouvrir, et le label de Souffle Continu prouve une fois de plus que le patrimoine français regorge de merveilles évanouies qu'il ne tient qu'à nous de réanimer !

 

En savoir plus :
Le Soundcloud de Jean Cohen-Solal
Le Facebook de Jean Cohen-Solal


Jack Line         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=