Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le bateau pour Lipaïa
Comédie Italienne  (Paris)  septembre 2018

Comédie dramatique de Alexeï Arbusov, mise en scène de Alain Prioult, avec Claire Guillon et François Guillot.

Pas la peine de ménager un faux suspense contenu dans un titre trompeur : Lydia et Rodion, respectivement patiente et médécin-chef du sanatorium de Riga, ne prendront jamais ensemble le bateau pour Lipaïa.

Mais ce qu'ils vont vivre pendant les trente et un jours de la villégiature de Lydia vaut largement un séjour à Lipaïa, puisqu'il s'agit ni plus ni moins que d'un "grand amour de vieillesse".

En frappant deux cœurs purs que les vicissitudes de l'existence n'ont pas vraiment rendu calculateurs, Cupidon a touché des jeunes gens déguisés en personnes du troisième âge.

Comme deux adolescents candides dans leur beauté naissante, ils ne savent pas quoi faire de ce sentiment amoureux qui les parcourt soudain. D'autant que Lydia doit rentrer à Moscou, qu'elle est mariée et qu'il n'y a aucune possibilité de transgresser l'ordre "naturel" des choses...

Pièce "soviétique", écrite par Alexeï Arbusov, "Le bateau pour Lipaïa" est fondée sur un argument très léger et pourrait très bien être signée par un grand faiseur anglo-saxon. Elle permet à deux grands acteurs de "faire un numéro inoubliable" et particulièrement à la comédienne qui incarne Lydia. C'est ainsi qu'en France le rôle fut créé par Edwige Feuillère et repris par Simone Valère et Geneviève Casile.

A la fois adaptatrice et actrice de cette nouvelle version, Claire Guillon joue parfois trop les modestes par rapport à cette généalogie. Elle a sans doute tort car, si elle n'a pas la "rouerie" d'une star de cinéma ou d'une ancienne sociétaire de la Comédie Française, elle a tous les atouts pour s'épanouir dans son personnage, et notamment celui de montrer un plaisir de tous les instants à jouer cette pièce qu'elle aime.

François Guillotte lui donne la réplique avec une conviction pleine de probité, mais lui aussi paraît parfois hésiter à en faire plus pour ne pas risquer d'en faire trop. Peut-être que dans quelques représentations, le couple aura gagné en aisance et donnera à partager toute l'émotion du texte.

Sans doute, aussi, ne sont-ils pas aidé par l'impossibilité de construire une atmosphère "russe" dans un théâtre coloré dédié à la commedia dell'arte. Il faut donc souligner le beau travail d'Alain Prioul qui fait fi de ces contraintes pour que l'oeuvre d'Arbusov ne souffre pas trop de ce contexte.

Il réussit à faire passer tout ce qu'il y a de tchékhovien dans "Le bateau pour Lipaïa". Curieusement, la référence n'est pas avec une œuvre dramatique, mais avec une nouvelle, la merveilleuse nouvelle intitulée "La dame au petit chien".

Impossible qu'Alexeï Arbusov n'y ait pas pensé et qu'il n'ait pas voulu donner à voir une version féminine de ce qui, adapté au cinéma par Nikita Mikhalkov sous le titre "Les Yeux noirs" permit à Marcello Mastroianni d'obtenir un de ses plus rôles tardifs.

Comédie douce-amère purement formelle, prétexte à beaux rôles, "Le bateau pour Lipaïa" est une belle machine théâtrale intemporelle. Il ne faut pas hésiter à la découvrir en gestation avec deux protagonistes concernés et talentueux.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=