Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Jeu de l'Amour et du Hasard
Théâtre de l'Aquarium  (Paris)  septembre 2018

Comédie de Marivaux, mise en scène de Benoît Lambert, avec Robert Angebaud, Rosalie Comby, Etienne Grebot, Edith Mailaender, Malo Martin et Martin Sève (en alternance) et Antoine Vincenot.

Dans "Le Jeu de l'Amour et du Hasard", Marivaux use d'un motif récurrent de la comédie classique, celui du mariage arrangé, qu'il décline toutefois de manière singulière en plaçant l'intrigue sous le signe d'un paternalisme libéral goguenard et du travestissement.

Car ledit mariage entre gens de condition à une proposition laissée à l'appréciation des intéressés qui, méfiants, décident chacun d'interchanger leur situation avec celle de leur domestique chargé de leur représentation officielle.

Deux sentences proverbiales et une locution shakespearienne - "L'habit ne fait pas le moine", "Qui se ressemble s'assemble" et "Tout est bien qui finit bien" - résument les postulats et le dénouement d'une partition avec laquelle Marivaux joue un double, sinon un triple jeu.

Outre la satire sociale, le divertissement, sous couvert de progressisme, conforte l'ordre social établi en illustrant le déterminisme de classe et le caractère illusoire de l'ascension sociale, en son temps, et par le mariage, de ce qui deviendra une pratique bourgeoise au 19ème siècle.

De surcroît, Marivaux, fin stratège, pipe les dés au soutien de sa démonstration avec un double travestissement qui met donc en présence des duos socialement appariés ce qui laisse augurer d'un dénouement dans lequel le hasard n'existe que dans le titre de l'opus.

Dans la proposition de Benoît Lambert, l'accoutrement et les manières des valets travestis s'avèrent peu susceptibles de conforter l’inversion des rôles, cependant soutenue par le langage que l'auteur leur prête, ce qui nove la comédie en farce sous réserve de considérer fidèle la charge caricaturale au point de générer la méprise générale.

Sous sa direction, les comédiens officient en costumes, confectionnés par Violaine L.Chartier, placés sous le signe du "mix and match" - austère livrée noire pour les faux serviteurs, pourpoints d'époque pour les maîtres de maison et tenues contemporaines clinquantes pour les faux maîtres arborant le maquillage visage blanc-pommettes pastillées de rose du 17ème siècle - dans un vrai décor de théâtre n'ayant d'autre fonction qu'illustrative.

Antoine Franchet a conçu de manière brillante un chromo de fastueuse demeure péri-urbaine d'un maître de maison de belles naissance et fortune de surcroît esprit éclairé, façon "dehors-dedans" et de plain-pied avec la salle, avec côté jardin, naturellement, un parc boisé avec une folie en fond de scène et même un daim qui vient s'y aventurer, et, côté cour, sans transition architecturale autre qu'un banc, une collection de tables de salle à manger vintage qui se susbtituent aux vitrines des cabinets de curiosités.

Au jeu, des comédiens chevronnés, Robert Angebaud en pater familias goguenard et Etienne Grebot en inquiétant frère presque sadien, et de jeunes pousses issues de la promotion 2017 de l’École régionale d’Acteurs de Cannes et Marseille : Rosalie Comby en Lisette gourde, Malo Martin en Arlequin commedia dell'arte, Edith Mailaender en Sylvia frénétique et Antoine Vincenot en placide Dorante.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=