Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les exilés meurent aussi d'amour
Abnousse Shalmani  (Editions Grasset)  août 2018

"Ma mère était une créature féerique qui possédait le don de rendre beau le laid. Par la grâce de la langue francaise, je l’avais métamorphosé en Alchimiste. C’était à ça que servaient les mots dans l’exil : combattre le réel et sauver ce qui restait de l’enchantement de l’enfance."

Ces superbes mots sont ceux d’Abnousse Shalmani, née à Téhéran, qui a dû s’exiler à Paris en 1985, suite à la révolution islamique qui a secoué son pays natal. Abnousse Shalmani, après un début de carrière dans le journalisme et le cinéma, est revenue à sa vraie passion, la littérature avec un premier livre remarqué publié chez Grasset, Khomeiny, Sade et moi. Elle revient aujourd’hui avec un nouveau roman, toujours chez Grasset, Les exilés meurent aussi d’amour.

L’ouvrage nous raconte l’histoire de Shirin, neuf ans, quand elle s’installe à Paris avec ses parents, au lendemain de la révolution islamique en Iran, pour y retrouver sa famille maternelle. Dans cette tribu de réfugiés communistes, le quotidien n’a plus grand chose à voir avec les fastes de Téhéran. Sbhirin découvre que les idéaux mentent et tuent ; elle tombe amoureuse d’un homme cynique ; s’inquiète de l’arrivée d’un petit frère œdipien et empoisonneur ; admire sa mère magicienne autant qu’elle méprise de se laisser humilier par ses redoutables sœurs ; tente de comprendre l’effacement de son père et se lie d’amitié avec une survivante de la Shoah pour qui seul le rire sauve de la folie des hommes.

Trois étapes de l’exil de Shirin sont racontées dans l’ouvrage : son enfance, l’adolescence et l’âge adulte. Elles évoquent au final son arrivée dans un pays qu’elle ne connaît pas, la découverte de ce pays puis son intégration.

En faisant le choix de traiter de l’exil sous la forme fictionnelle, et même si sa fiction se rapproche de son histoire personnelle, Abnousse Shalmani s’offre une liberté de ton qu’elle n’aurait pu avoir dans un récit autobiographique. Les personnages de son roman lui permettent alors de nous dépeindre magnifiquement les nuances de la société iranienne dans ce qu’elle peut avoir de plus sombre ou de merveilleux. Chaque personnage est une personne à part entière, discrète, simple, bienveillante, manipulatrice, aimante ou bien encore torturée. Et c’est autour de cette famille tourmentée que va se construire la jeune fille. Shirin est une enfant qui va avoir du mal à se faire une place, coincée entre deux cultures opposées, la culture iranienne et française.

Le livre évoque à merveille les poids des traditions iraniennes au travers des relations particulières existantes entre les différents membres de la famille de la petite. Il y a d’abord les relations entre les sœurs de sa mère, une mère qui se retrouve sous l’autorité de ses aînés. Il y aussi la relation particulière entretenue par ses parents, que Shirin nous décrit avec ses yeux d’enfants, relation quasi dénuée de contacts physiques et de gestes de tendresse, sans que pour autant elle soit dénuée de sentiments. Il y a enfin l’amour maternel qui se transmet en grande partie au travers de la cuisine, des plats que lui prépare sa maman qui font l’objet de superbes pages dans le livre. Enfin, il y a aussi la relation évoquée par l’enfant entre le grand-père et ses filles, relations qui semblent très particulières, semblant cacher de lourds secrets de famille.

Les exilés meurent aussi d’amour - je trouve le titre sublime - est un grand livre sur l’émanciation, au travers notamment de l’apprentissage de la langue française. On y voit une enfant s’intégrer, au fil de sa vie, en ne reniant jamais ses origines. Et c’est aussi un grand livre d’amour, dans tous les sens du terme, qu’il soit familial ou contrarié et maternel aussi. Enfin, c’est un beau livre sur l’Iran, ce pays que l’auteur nous dépeint en intégrant à son récit des contes persans qui font écho aux personnages du livre.

Abnousse Shalmani est donc un auteur que je viens de découvrir avec un immense plaisir. J’ai adoré son écriture, mélange d’humour et de cynisme. J’ai aimé le ton décalé utilisé, celui de l’enfant, souvent plein d’humour même face à des situations qui ne sont pas toujours drôles. L’écriture d’Abnousse Shalmani est aussi forte et intense, nous faisant passer avec talent du rire aux larmes. Ces personnages sont justes incroyables, parfaitement réalistes et la fin de l’ouvrage est d’une beauté sidérante.

Les exilés meurent aussi d’amour est donc un superbe livre que je vous invite fortement à découvrir.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 octobre 2018 : Réchauffement culturel

Pollution, pesticides, réchauffement climatique, guerres, brexit, cum-ex. A notre manière, chez Froggy's Delight, on essaie de lutter contre toute cette morosité avec notre petite sélection culturelle histoire de se réchauffer le coeur et les neurones. C'est parti :

Du côté de la musique :

"K A N A P S" de EuTéPé
"Radiate" de Jeanne Added
"Their Prime" de Jo Passed
"In our circle" de Rivulets
"Mount pleasant" de Smoove & Turrell
"Common wealth" de The 10:04s
"Schaum" de Unhappy birthday
Rencontre avec Vanessa Philippe, autour de son album "A l'abri du vent". le tout accompagné de la première partie de la session acoustique de Vanessa Philippe et Fredda
"Forces" de Arca
"Les portes du paradis" de Dani Terreur
"Par mon nom EP" de Nawel Ben Kraiem
"Enfant du vide" de Pandore
Compte rendu du festival Ellipse à Toulouse avec Derinëgolem - Drame - Zombie Zombie - Gareth Dickson - Petit fantôme - Franky Goes To Pointe à Pitre - Halo Maud - Moodoïd
et toujours :
"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Dom Juan ou Les Limbes de Molière" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Je parle à un homme qui ne reste pas en place" au Théâtre du Rond-Point
"Les vagues, les amours, c'est pareil..." au Centquatre
"L'Architecte et l'Empereur d'Assyrie" au Théâtre Darius Milhaud
"Jester Show" au Théâtre Les Déchargeurs
"Au nom du père, du verre... Et paf par terre !" à la Maison des Métallos
"Cyrano" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Je viens de nulle part et c'est loin de Paris" au Théâtre La Croisée des Chemins
"L'Apocalypse de Jean" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"C'est pourtant simple !" au Théâtre d'Edgar
"Une vie de pianiste" à la Comédie Bastille
les reprises :
"Au menu, amours de saison" au Théâtre de l'Epée de Bois
"La Cerisaie, variations chantées" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Popeck - Même pas mort !" au Théâtre L'Archipel
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre du Petit Montparnasse
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Transmission/Transgression - Maître et élèves dans l'atelier" au Musée Bourdelle
"Ossip Zadkine - L'instinct de la matière" au Musée Zadkine
"Zao Wou Ki - L'espace est silence" au Musée d'Art Moderne

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"People that are not me" de Hadas Ben Aroya
"La tendre indifférence du monde" de Adilkhan Yerzhanov
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Jean Moulin, l'affranchi" de Bénédicte Verguez Chaignon
"L"assassin de ma soeur" de Flynn Berry
"L'espace du rêve" de David Lynch & Kristine McKenna
"La chance de leur vie" de Agnès Desarthe
"Le douzième chapitre" de Jérôme Loubry
"Les fils de la poussière" de Arnaldur Indrioason

et toujours :
"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles

Froggeek's Delight :

"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
et toujours :
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=