Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Banquet
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  octobre 2018

Comédie burlesque écrite et mise en scène par Mathilda May, avec Sébastien Almar, Roxane Bret, Bernie Collins, Jérémie Covillaut, Lee Delong, Stéphanie Djoudi-Guiraudon, Arnaud Maillard, Françoise Miquelis, Ariane Mourier et Tristan Robin.

Les occasions de rire franchement sont si rares qu'il ne faut pas faire la fine bouche sur "Le Banquet" conçu et mis en scène par Mathilde May. Certes, ces convives à une noce où tout va vite déraper sont de joyeuses caricatures (la grosse dame, le petit monsieur) qui n'annoncent aucune critique sociale ni aucune étude des mœurs des "noces et banquets" d'aujourd'hui.

Ici, la convention règne gaiement en maître et le but n'est pas d'étudier la société moderne mais de déclencher l'hilarité avec un bellâtre à lunettes de soleil ou une mariée vraiment pas faite pour cette fonction qui, heureusement, n'occupe qu'un jour de la vie d'une jeune femme catholique ou conformiste.

Disciple lointaine, mais fervente, des "Branquignols" de Robert Dhéry, qu'elle mâtine avec les acquis de Jacques Tati et la subversion d'un Peter Sellers réservant sa dynamite à une "Party" mémorable, Mathilde May multiplie les figures de style comique. Comme dans ce genre de spectacle sans paroles, les personnages utilisent une espèce de sabir bâti sur les onomatopées avec des réminiscences d'accents divers et variés.

Si l'on n'aime pas le principe du gag redondant et étiré, "Le Banquet" irritera et n'attirera aucun rire. En revanche, seront clients de ce spectacle ceux qui, à la dixième fois, continueront de pouffer de rire en voyant tous les personnages glisser et se vautrer en tentant de franchir le petit monticule de moquette au-dessous de la table où les convives peuvent se servir boissons et mets.

Peut-être, malgré tout, aurait-il fallu couper quelques scènes qui se répètent (danses, séances vidéo ou diapo, discours en volapük) au profit de trouvailles plus incongrues comme cette scène torride de "burlesque" - au sens américain c'est-à-dire de "show olé olé" - les quatre convives féminines montrent d’affriolants sous-vêtements rouges.

Pareillement, pourquoi avoir soudain cédé au conformisme de morceaux tous chantés en anglais, alors qu'on aurait pu avoir des scènes plus croustillantes si Mathilda May avait déniché des pépites hawaïennes, moldaves ou autres ? On imagine qu'elle vise - à raison - le marché international avec ce "Banquet" compréhensible universellement.

Il faut dire qu'il est dans un bel écrin : du décor de Jacques Voizot aux lumières de Laurent Béal et aux costumes de Valérie Adda, tout est soigné, pensé théâtre et conçu pour éviter les temps morts et garder un bon rythme. Il faut aussi préciser que les comédiens choisis forment une troupe homogène, aguerrie aux gags et aux effets circassiens.

Pivot de ce mariage catastrophe, Ariane Mourier est une mariée souple qui se retrouve souvent les quatre fers en l'air et encaisse tout avec une vraie générosité comique. Son néo-mari, Tristan Robin, est un poncif sur pattes de l'époux faussement idéal. Son père, Bernie Collins, a une capacité phénoménale à s'empourprer pendant que Françoise Miquelis, la mère de la mariée, a la distinction déclinante à mesure que les verres s'enchaînent.

On soulignera spécialement les performances de Sébastien Almar, Roxane Bret, Jérémie Covillault, Stéphanie Djoudi-Guiraudon et d'Arnaud Maillard qui tiennent deux rôles entraînant des changements incessants de costume qui s'opèrent à la vitesse de l'éclair. Dans le rôle de la grosse dame au petit chien, Lee Delong est à l'unisson fantaisiste de cette brillante distribution qui permet à ce "Banquet" d'être un spectacle formellement réussi.

Une pure distraction qui fait passer très vite une heure quarante et qui fera moins traîner des pieds pour se rendre au prochain mariage où l'on sera convié.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=