Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Guantanamera
Tomas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio  octobre 2018

Réalisé par Tomas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio. République de Cuba/Allemagne/Espagne. comédie. 1h41 (Sortie version restaurée le 17 octobre 2018 - 1ère sortie 24 juillet 1966). Avec Jorge Perugorria, Mirta Ibarra, Carlos Cruz, Raul Eguren, Luis Alberto Garcia, Pedro Fernandez et Conchita Brando.

Quelle belle idée d'avoir voulu redonner vie à "Guantanamera" de Tomas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio ! Hymne à la musique, aux couleurs ensoleillés et à l'île de Cuba, ce film est un miracle.

Dernière réalisation de Tomas Gutierrez Alea, dit "Titon", le quasi papa du cinéma cubain, "Guantanamera" est comme "Fraise et chocolat" (1993) co-réalisé avec Juan Carlos Tabio.

Ce road-movie jouissif, qui suit les péripéties d'un corbillard qui doit traverser toute l'île pour que la morte atteigne sa dernière demeure, est prétexte aussi à raconter ce qui se passe à Cuba à une époque charnière, celle où l'URSS s'effondre et où l'île, après quarante ans de révolution et d'embargo américain, doit se débrouiller toute seule économiquement entre marché noir et pénuries.

Profitant d'une période de relative ouverture du régime, Tomas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio vont réaliser successivement deux films critiques, mais aussi pleins de charme et de vie. Après "Fraise et chocolat" qui aborde le sujet encore tabou de l'homosexualité, "Guantanamera" est un joyeux constat du "bordel ambiant" qui règne à Cuba, pris entre la bureaucratie castriste et le système D. généralisé.

Et c'est peu dire que les deux réalisateurs ont poussé le bouchon loin puisque le héros n'est autre qu'un apparatchik du régime, un peu en disgrâce, et qui, pour se refaire, décide d'inventer un moyen de transporter les morts d'un point à un autre de l'île, en faisant fi des pénuries d'essence. Il inventera, forcément, une usine à gaz... sans gaz, et fera tout au long du film l'illustration de ce qui arrive à un intellectuel devenu un bureaucrate.

Avec sa tête affublé d'une stalinienne moustache, Carlo Cruz est irrésistible. Tout comme sa femme, Georgina, interprétée par Mirta Ibarra, la plus grande actrice cubaine, qui en suivant le cercueil de sa tante, revit sa vie et comprend bien des choses...

Tout au long de ces aventures héroï-comiques d'un corbillard qui, on le verra, fera de nombreux petits, des personnages se croisent, des amitiés se nouent et les bananes et les poulets s'accumulent dans les coffres des voitures ou des camions.

On y parlera aussi de la mort, on en parlera même un peu comme d'un fruit comme chantait Brel. Il faut dire qu'il n'est ici nullement question de céder aux appels de la religion, la tatie de Georgina étant plutôt adepte d'un vaudou cubain fondé sur le culte yoruba lui aussi venu d'Afrique.

Là encore, l'oeuvre de "Titon" gagne en complexité. Ce n'est, on s'en rendra compte, pas simplement un film divertissant dans un contexte où il faut être cubain pour rire et chanter, mais aussi une réflexion sur les croyances, voire leur survie quand arrive le rouleau-compresseur d'une autre idéologie, celle-ci athée et prosélyte en athéisme.

Mais cela ne doit pas faire oublier que le film est infiniment amusant et qu'on suit avec un grand plaisir tous ses personnages qui se croisent et se décroisent sur les routes cahotiques et pleines de surprise d'un pays où chaque habitant serait un sujet de film tragi-comique.

Et puis, et quelque part surtout, "Guantanamera" de Tomas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio est l'occasion d'entendre, de réentendre et d'avoir en tête un bon moment la chanson éponyme, astucieusement réécrite pour mettre en relief les protagonistes. Elle est à l'unisson de cet éphémère moment d'euphorie collective cubaine que le cinéma, grâce à son vieux maître, a su saisir parfaitement.

Viva Cuba ! Viva Guantanamera !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=