Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dani Terreur
Les portes du Paradis  (A(t)home)  octobre 2018

Il a le cœur qui cavale et la dégaine d’un adolescent parfaitement conscient du pouvoir de séduction qui l’habite. Autodidacte, Dani Terreur irradie d’une nonchalance non feinte entre pop et électro sur Les portes du Paradis, son premier album.

"J’vois plus le monde, j’sens plus la terre, si j’m’écoute ce soir j’vais partir à l’envers" ("Les anonymes"), un rythme caribéen s’agrémente d’une basse nostalgique, comme un frisson sur une plage échauffée. Un minimoog et une guitare sont les éléments de base de ses compositions.

Créations plus personnelles que tout ce qu’il a pu faire dans ses anciens groupes, Dani Terreur plonge dans l’onirisme nécessaire à l’évasion. Les Portes du Paradis est un état second, un univers parallèle aux ingratitudes quotidiennes, où le beau côtoie le savoureux et le mérite n’est pas qu’un concept. Un paradis quoi…

"J’ai l’impression soleil levant collé sur la rétine, l’étoile s’écoule juste devant, dans le creux de la ville, j’ai l’odeur de la dernière danse, scotchée dans les narines" ("Etoile du Kashmir"). Spleen fragile et bulles sensibles, les airs sont limite aphrodisiaques, ils envoûtent littéralement les sens. Au même titre que certains souvenirs ont parfois le réalisme du présent, l’album se situe entre passé et présent, intemporel et futuriste, délicat et parfumé comme un salon de thé oriental.

Un duo avec Alice et Moi : "J’ai l’odeur de ta peau qui fait déborder mon cœur un peu trop" ("Bébé c’est l’enfer"), des accents asiatiques pour "un très beau souvenir, les larmes qui roulent sur les plis de ta bouche entrouverte, c’était une promesse d’avenir de venir t’embrasser" ("Un beau souvenir"), des tonalités boule à facette sur "L’aventure", faisant saccader les mandibules cervicales.

Musicien solaire et chanteur flamboyant, Dani Terreur est un souffle démoniaque flirtant méchamment avec les érotismes crépusculaires. Ça détache du marasme et ça détourne des auto-flagellations, Les Portes du Paradis a le psychédélisme des saints et l’électro des mécréants. Sucré-salé.

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de Dani Terreur
Le Soundcloud de Dani Terreur
Le Facebook de Dani Terreur


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=