Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce People that are not me
Hadas Ben Aroya  octobre 2018

Réalisé par Hadas Ben Aroya. Israel. Drame. 1h20 (Sortie le 24 octobre 2018). Avec Hadas Ben Aroya, Yonatan Bar-Or Netzern Charitt Netzer, Meir Toledan, Hagar Enosh et Eric Raphael.

Ni kippas ni Palestiniens dans "People that are not me" d'Hadas Ben Aroya qui réalise et interprète un film qui pourrait se passer partout dans le monde occidental, dans ces milieux moyens supérieurs qui se sauvent du monde qui les entoure en s'autocentrant sur le leur.

Quand on aura vu le film une dizaine de fois, on se posera peut-être enfin la question si le fait qu'il se passe en Israël, dans l'Israël bobo moderne et hors des tabous religieux, a ou non une importance.

A la première ou à la deuxième vision, on se contentera d'être heureux de revoir - enfin ! - un film généreusement générationnel, un film qui conte et raconte ces trentenaires qui n'ont pas encore franchi le pas vers le monde des adultes (boulot stable, enfants, vie confortable).

Il faut remonter aux années 1980 pour retrouver ce genre de films où le cinéaste avait l'ambition de décrire sa génération et la prétention que sa vie d'apprenti-cinéaste lui permettait de le faire.

C'était le temps de "Boy mets girl" de Leos Carax, "Nola Darling" de Spike Lee ou "Stranger than paradise" de Jim Jarmusch. On souhaite sincèrement à Hadas Ben Aroya d'être, comme les garçons cités, encore là trente ans bien sonnées après leur film de référence.

Sincèrement, on pense que "People that are not me" d'Hadas Ben Aroya est de cette trempe-là. Que ses petites histoires intimes ratées, que ses petits calculs et ses grands désirs vont rappeler des "choses" à de nombreuses jeunes femmes aux frigos pas terriblement attirants, aux dégoûts plus nombreux que leurs goûts, aux caractères indécis et à la sexualité pas très inspirée.

Qu'elles se reconnaîtront dans le portrait de Joy et, pareillement, que les garçons pas finauds, pas toujours blanc blanc question moralité, plutôt goujats par bêtise ou basse vengeance, s'apercevront que Hadas parle d'eux et qu'il serait quand même préférable qu'ils cessent de jouer les machos quand elle abat son jeu alors qu'ils ont des c?urs d'artichaut prêts à fondre devant son petit minois pas commun.

Mine de rien dans cette histoire apparemment minimaliste, Hadas croise beaucoup de monde et des tas de personnages qui représentent une infinité de variations issues de la même couche sociale mondialisée.

Si on ne fait pas attention, on pourra voir dans son film un éloge de la mollesse et de l'indécision généralisées d'une époque vide. En faisant plus attention à cette petite vie qu'elle décrit en la filmant comme elle pourrait tout autant la chanter ou la croquer, on comprendra qu'elle doit déployer une sacrée énergie pour ne pas rester éternellement au fond de sa couette.

"People that are not me" d'Hadas Ben Aroya convaincra aussi les parents des grands enfants de cette génération que leurs rejetons ont bien du mérite à se lever du bon pied. Car c'est bien beau de sortir du lit.. mais pour aller où ?

Ici chacun cherche son lit et c'est finalement cette quête éternelle que décrit avec un humour qui ne fera pas rire tout le monde la très attachante Hadas Ben Aroya, cousine pas si lointaine de Judd Apatow et de ses émules.

"People that are not me" est un film à découvrir avant les sociologues et ceux qui traquent les vrais films cultes.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=