Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les vagues, les amours, c'est pareil...
Centquatre  (Paris)  octobre 2018

Spectacle solo conçu et interprété par Marie Vialle d'après un texte de David Foster Wallace.

Comédienne rompue à l'art théâtral, qu'elle exerce depuis vingt ans avec les plus grands et sans rechigner sur les expériences, Marie Vialle fait désormais usage de la scène comme d'un "chez elle".

A l'instar de Jacques Gamblin, cet autre habitué des seuls en scène discursifs au Rond-Point, elle s'empare de la scène pour papoter avec le public, raconter un peu sa vie, danser, chanter et tout cela sans oublier qu'elle est en représentation, qu'elle travaille et doit donner aux gens quelque chose de consistant.

Ici, avec "Les vagues, les amours, c'est pareil", spectacle qui peut aussi s'appeler "C'est de l'eau", elle a décidé d'éclairer, de donner à voir à ceux qui ne le connaissent pas, la belle et éphémère figure de l'américain David Foster Wallace.

Ce météore de l'écriture a laissé quelques romans et s'est suicidé. Depuis, comme d'autres avant lui, sa légende ne cesse de se construire, nourrie de tout ce que draine la mort volontaire et précoce de quelqu'un de différent, qui aurait pu porter un message essentiel, qu'on essaie depuis son geste définitif de reconstituer. Comme pour chaque suicidé de la société, son œuvre future est rêvée, fantasmée, déduite des bribes éparses d'une œuvre qu'on devine majeure malgré sa maigreur.

Marie Vialle a fait de "C'est de l'eau", le discours de fin d'études qu'il a prononcé lors de la remise des diplômes du Kenyon College, en 2005, l'alpha et l'oméga de David Foster Wallace. Elle l'interprète avec une certaine gravité primesautière, consciente qu'on tient là les prémisses d'un vrai littérateur.

Ce "commencement speech" est un exercice éprouvé aux Etats-Unis. En général, ces discours sont brillants et superficiels et permettent aux meilleurs élèves d'emporter facilement les applaudissements de leurs camarades de promotion. Mais David Foster Wallace ne respecte pas les usages : son discours est profond, empreint d'une solennité triste qui cadre mal avec un jour de remise de diplômes.

Marie Vialle, qui a enquêté très sérieusement sur ce qu'être étudiant en lettres veut dire outre-Atlantique, démontre qu'avec ce morceau d'éloquence David Foster Wallace scelle déjà son destin tragique. Ayant choisi une forme libre, elle évite tout pathos.

Comme dans des spectacles précédents écrits avec Pascal Quignard, elle a endossé une grande et belle robe de princesse, cette fois-ci de couleur orange, conçue par sa scénographe Chantal de La Coste. Au fur et à mesure du déroulement de son spectacle, la robe redevient petite jupe toute simple.

Marie Vialle a la modestie de se retransformer en Cendrillon, de finir par une anecdote personnelle et chaleureuse, mais au fond d'elle-même, elle sait - elle doit savoir - qu'elle a contribué à rendre un peu plus belle la légende en train de grandir de David Foster Wallace promis à de grosses biographies et à de beaux biopics.

Sur une scène où elle peut parfois se cacher derrière un rideau de lamelles argentées, Marie Vialle dessine avec la légèreté d'une ballerine le portrait d'un encore inconnu de presque tous qui pourrait bien devenir un essentiel du siècle nouveau. Une fois encore, elle a réussi son coup, avec une habileté naïve qui cache un grand professionnalisme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=