Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les vagues, les amours, c'est pareil...
Centquatre  (Paris)  octobre 2018

Spectacle solo conçu et interprété par Marie Vialle d'après un texte de David Foster Wallace.

Comédienne rompue à l'art théâtral, qu'elle exerce depuis vingt ans avec les plus grands et sans rechigner sur les expériences, Marie Vialle fait désormais usage de la scène comme d'un "chez elle".

A l'instar de Jacques Gamblin, cet autre habitué des seuls en scène discursifs au Rond-Point, elle s'empare de la scène pour papoter avec le public, raconter un peu sa vie, danser, chanter et tout cela sans oublier qu'elle est en représentation, qu'elle travaille et doit donner aux gens quelque chose de consistant.

Ici, avec "Les vagues, les amours, c'est pareil", spectacle qui peut aussi s'appeler "C'est de l'eau", elle a décidé d'éclairer, de donner à voir à ceux qui ne le connaissent pas, la belle et éphémère figure de l'américain David Foster Wallace.

Ce météore de l'écriture a laissé quelques romans et s'est suicidé. Depuis, comme d'autres avant lui, sa légende ne cesse de se construire, nourrie de tout ce que draine la mort volontaire et précoce de quelqu'un de différent, qui aurait pu porter un message essentiel, qu'on essaie depuis son geste définitif de reconstituer. Comme pour chaque suicidé de la société, son œuvre future est rêvée, fantasmée, déduite des bribes éparses d'une œuvre qu'on devine majeure malgré sa maigreur.

Marie Vialle a fait de "C'est de l'eau", le discours de fin d'études qu'il a prononcé lors de la remise des diplômes du Kenyon College, en 2005, l'alpha et l'oméga de David Foster Wallace. Elle l'interprète avec une certaine gravité primesautière, consciente qu'on tient là les prémisses d'un vrai littérateur.

Ce "commencement speech" est un exercice éprouvé aux Etats-Unis. En général, ces discours sont brillants et superficiels et permettent aux meilleurs élèves d'emporter facilement les applaudissements de leurs camarades de promotion. Mais David Foster Wallace ne respecte pas les usages : son discours est profond, empreint d'une solennité triste qui cadre mal avec un jour de remise de diplômes.

Marie Vialle, qui a enquêté très sérieusement sur ce qu'être étudiant en lettres veut dire outre-Atlantique, démontre qu'avec ce morceau d'éloquence David Foster Wallace scelle déjà son destin tragique. Ayant choisi une forme libre, elle évite tout pathos.

Comme dans des spectacles précédents écrits avec Pascal Quignard, elle a endossé une grande et belle robe de princesse, cette fois-ci de couleur orange, conçue par sa scénographe Chantal de La Coste. Au fur et à mesure du déroulement de son spectacle, la robe redevient petite jupe toute simple.

Marie Vialle a la modestie de se retransformer en Cendrillon, de finir par une anecdote personnelle et chaleureuse, mais au fond d'elle-même, elle sait - elle doit savoir - qu'elle a contribué à rendre un peu plus belle la légende en train de grandir de David Foster Wallace promis à de grosses biographies et à de beaux biopics.

Sur une scène où elle peut parfois se cacher derrière un rideau de lamelles argentées, Marie Vialle dessine avec la légèreté d'une ballerine le portrait d'un encore inconnu de presque tous qui pourrait bien devenir un essentiel du siècle nouveau. Une fois encore, elle a réussi son coup, avec une habileté naïve qui cache un grand professionnalisme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 Avril 2019 :Paques au balcon, la culture dans le salon

Certes il n'y a plus de saison, le climat se réchauffe, les gens se tuent pour des histoires vieilles comme le monde et globalement, tout fout le camp. Ce n'est pas une raison pour se morfondre. Allons de l'avant et régalons nous de musique, cinéma, théâtre, bouquins, expos... Voici notre sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Jay Jay Johanson autour de son nouvel album "Kings Cross"
"A heartbeat away from the northeast" de Feu Robertson
"The grim reaper" de Harold Martinez
"Suspiros de Espana" de Quatuor Opus 333
"Grieg : Piano, Orchestral & Vocal Works, Chamber Music" par Divers artistes
"Cyclotron #3", tour d'horizon du label Partycul System qui fête ses 20 ans
"Ose Bashung" de Dirty Old Band
"1958" de Blick Bassy
Brune en concert au FGO Barbara
"Outsider" de Chine Laroche
"Dance EP" de Duke of Paris
et toujours :
"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Amour et Psyché" au Théâtre 71 à Malakoff
"La Cagnotte" au Théâtre Le Lucernaire
"Dom Juan" au Théâtre Le Ranelagh
"La démocratie de la peur" au Théâtre Aleph
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"Berlin en Seine" au Théâtre Essaion
"Anatomie de la joie" au Théâtre Essaion
des reprises:
"Une vie de pianiste" au Studio Hébertot
"La Logique des femmes" au Théâtre des Variétés
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Hey ! Modern Art et Pop Culture #4" à la Halle Saint-Pierre
"Chicago Foyer d'Art brut" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Un tramway à Jérusalem" de Amos Gitaï
"Aujourd'hui, rien" de Christophe Pellet
"Disperata" de Edoardo Winspeare
Ciné en bref avec :
"Le Vent de la liberté" de Michael Herbig
"Boy erased" de Joel Edgerton
"Blanche comme Neige" de Anne Fontaine
"Dumbo" de Tim Burton
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Allons nous sortir de l'histoire ?" de Jacques Julliard
"Comment faire mentir les cartes" de Mark Monmonier
"Les âmes englouties" de Susanne Jansson
"Presidio" de Randy Kennedy
"Silens moon" de Pierre Cendors
"Sombre avec moi" de Chris Brookmyre
"Un fruit amer" de Nicolas Koch
"Un siècle américain, tome 3 : Notre âge d'or" de Jane Smiley
et toujours :
"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=