Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ossip Zadkine - L'instinct de la matière
Musée Zadkine  (Paris)  Du 28 septembre 2018 au 10 février 2019

Après "Etre pierre", le Musée Zadkine poursuit son "exploration des matérialités créatrices" avec l'exposition "Ossip Zadkine - L'instinct de la matière" centrée sur le processus créatif du maître des lieux.

Les commissaires Noëlle Chabert, conservateur général du patrimoine, directrice du Musée Zadkine, et Jessica Castex, commissaire d’exposition au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, ont choisi un florilège de plus de cent pièces pour illustrer et démontrer son lien organique et son rapport instinctif à la matière qui le conduit à créer "la forme dans la forme".

Pour soutenir leur parcours en trois temps, aussi passionnant que didactique, elles indiquent avoir retenu comme lignes de force la vocation formelle de la matière et, presque paradoxalement, ses capacités métamorphiques par la sublimation du matériau brut par voie d'assemblage.

De plus, il permet d'aborder l'évolution plastique du primitivisme nourris d'archaïsmes à la sculpture moderne, qui pour Zadkine s'inscrit dans une approche spirituelle du monde qui appelle à l'harmonie de l'homme et de la nature, avec l'étape de la tentation cubiste.

Ossep Zadkine : "Du dialogue avec la matière naît le geste de l'homme"

La pratique de Zadkine ne s'inscrit pas dans une confrontation avec la matière mais, ressortant à la mancie, par son apprivoisement pour la guider, qu'il s'agisse de la sensualité du bois ou du monolithisme de la pierre, dans l'expression de son registre de prédilection du lyrisme plastique.

Tout commence avec la "matière-source". Les figures émergent de la pierre ("Léda", "Maternité", "Femme au violon").

Et se transmutent en torses-totems, qui ne sont pas sans évoquer la statuaire des Cyclades, les troncs ligneux ("Le Prophète", "Torse d'éphèbe", "Torse d'hermaphrodite") et les blocs de pierres ("La Porteuse d'eau", "Démeter ou Pomone","Torse violoncelle").

Ils voisinent avec "La Belle servante" représentative de l’influence de l’esthétique cubiste qui se retrouve dans des oeuvres telles que "Formes féminines" et "Formes et lumières" mais la première en grès noir recouvert de patine noir et la seconde en bronze poli en compagnie de la "Tête de femme" aux incrustations de marbre et rehauts de couleurs annoncent la période Art déco.

Les commissaires mettent en évidence le lien entretenu avec les arts décoratifs et le recours à l'ornement et à la couleur, notamment avec la pratique du bois doré, qui enrichissent ses oeuvres tel le "Fauve" reproduit sur l'affiche.

Prêtant attention, le visiteur pourra déceler les influences artistiques multiples de Zadkine depuis celles de son enfance russe avec l'imagerie des estampes populaires colorées gravées sur bois et les personnages de contes tel celui de "L'Oiseau de feu" et les rehauts dorés de l'art byzantin développé dans les icônes.

Enfin, l'exposition permet de découvrir et d'apprécier le rapport au dessin du sculpteur avec la judicieuse mise en résonance de la statuaire avec son oeuvre graphique, dessins à la plume, gouaches et aquarelles dont ceux présentés dans l'atelier aux côtés de la sublime et délicate "Jeune fille à l'oiseau" au visage concave et l'imposante '"Odalisque ou Bayadère".

De la matière brute de la "Tête héroïque" de 1909 aux "Sculptures pour l’architecture" de 1967 en passant par l’assemblage composite du "Sculpteur", l'exposition surprend et ravit.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Zadkine

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée Zadkine


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=