Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tourcoing Jazz Festival #32 (édition 2018) - mercredi 17 octobre
André Manoukian Quartet - Vincent Peirani  (Théâtre municipal Raymond Devos, Tourcoing)  du 13 au 20 octobre 2018

L’originalité de Vincent Peirani apparaît dès les premiers titres : accompagné de son quintette "living being II" Emile Parisien, Julien Herné, Tony Paeleman et Yoann Serra accordéoniste, arrangeur musical et compositeur français, cette originalité vient des multiples résonances de sa musique, dont on perçoit les racines dans la musique classique, la chanson française, le tango, le métal rock, tout simplement le rock. C’est d’ailleurs par le rock que le musicien est venu au jazz. Il y a comme source d’influence importante le Grace de Jeff Buckley, que l’auteur place très haut dans son panthéon intime, jusqu’à reprendre (hélas pas à ce concert malgré nos attentes, déçues) le titre "Dream Brother" (un des meilleurs de Grace, évidemment), très forte reprise dont je parle pour faire entrevoir le savoir-faire du musicien : d’abord un air peu familier, du jazz lent voire dynamique a lieu, puis lentement viennent des notes nous amenant lentement à la cassure, nous conduisant subtilement au refrain, pour un surgissement euphorique.

Nombreuses furent ses reprises, personnelles, bien conduites, basées aussi sur le croisement des influences, le sens de la profondeur, la touche colorée, la ligne mélodique - claire ; et des associations étonnantes, comme cette adaptation de Purcell ("Cold Song", qui d’ordinaire est glaçante, est ici d’une belle chaleur oxymorique), ces deux titres de Led Zeppelin (les fans n’oublieront pas…) : "Stairway to heaven", (évidemment), et ce "Kashmir", dynamique, très rythmé mais libre, nous réjouissant au suprême, par sa démesure sereine, si je puis dire.

N’oublions pas les propres créations de Peirani, des titres de l’album studio Living Being II, bien sûr, mais aussi une écriture révélant un parcours musical personnel, une cohérence biographique (l’auteur nous donnant le contexte personnel de chaque morceau) : un répertoire varié, donc, éclectique, pouvant assurément contenter ceux qui n’ont pas une grande culture jazz - je n’écris pas cela comme une critique, c’est Peirani lui-même qui explique l’importance qu’il accorde à une musique simple, directement accessible au public : ce n’est pas chose aisée. Ne pas tomber dans le trop de simplicité (easy-listening) ni dans la trop grande complexité ou virtuosité harmoniques, être juste au milieu, la moyenne, l’équilibre, voilà la grandeur.

André Manoukian en deuxième partie nous a présenté son savoir-faire musical : élégance jazz, simplicité, légèreté, surtout une vivacité et une exubérance. Je ne reviens pas sur sa notoriété, tant musicale que culturelle, médiatique, radiophonique, même cinématographique… si ce n’est pour parler rapidement de la grande aisance, le franc-parler, l’humour avec lesquels Manoukian a introduit ses morceaux, parfois les anecdotes, longues mais toujours irrésistibles, nous renseignant sur la généalogie d’un morceau, ou l’histoire du jazz son charisme sur scène finit par emporter presque tous les suffrages.

"Presque" car c’est tout de même la musique qui nous intéresse ici ; ce qu’il fait passer par son jeu, qui est fait de souffle, de multiplicités, d’agencements harmoniques, d’un classicisme travaillé, mesuré. On sent avant tout la passion de Manoukian pour le jazz, quelque chose de viscéral (en soi), d’immuable, de durable assurément. C’est cette passion qui porte le groupe, dans un bel élan chaleureux, certes inégal (mais n’est-ce pas le propos du jazz, d’être inégal, dans un déséquilibre qui définit une force d’équilibre), mais d’une sincérité et une certaine discrétion dans le propos. Et aussi une générosité dans cette façon de tout donner au public, dans un geste de partage joyeux.

Excellente soirée au théâtre municipal de Raymond Devos, pour ce Tourcoing Jazz Festival, dont la programmation déçoit rarement.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Jokers de Vincent Peirani

En savoir plus :
Le site officiel du Tourcoing Jazz Festival
Le Facebook du Tourcoing Jazz Festival

Crédits photos : Cédric Chort (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=