Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laurent Saïet
The Call Of Lovecraft  (Trace Label)  juillet 2018

Membre de plusieurs groupes dans les années 80 & 90 (Begin Says, Zig Rag Orchestra…), Laurent Saïet fonde en 1994 le label Trace avec Patrick Müller et Guillaume Loizillon sur lequel il a édité jusqu’ici 5 albums en solo entrelaçant sa musique et le cinéma. Menant une carrière collaborative prolifique en parallèle, il sort ces jours-ci un sixième opus puissant et consistant.

Entre saveurs électroniques, senteurs organiques, ce disque aux textures aventureuses mélange les sonorités du saxo de Quentin Rollet, de la batterie de Jean-Noël Cognard et les nappes synthétiques, les guitares filandreuses et les boucles tendues de Laurent Saïet pour un disque aux allures Dark Ambiant mais qui emporte le tout grâce à un savant dosage d'organique et de machines angoissées.

Avec une pochette que l'on pourrait presque croire être une œuvre d'un Hans Ruedi Giger quelque peu apaisé, cette bande son pour film Alien s'avère bien plus lumineuse qu'il n'y paraît au premier abord. En effet, à l’heure de l’efficacité primaire, de la seconde accrocheuse, les ambiances sont ici progressives et complexes, enveloppant ainsi des motifs parfois limpides, à l’instar des interventions lumineuses de Quentin Rollet qui prouve une fois de plus combien ce caméléon est capable de se fondre et de se mouvoir dans des univers variés et riches de références.

Les sonorités électroniques et synthétiques qui placent l’ensemble de cet opus sur un plan de la Dark Ambiant offrent malgré tout une ouverture plus complexe avec des chemins qui naviguent et traversent sans cesse les couloirs labyrinthiques d’une musique en mouvement perpétuel. Laurent Saïet a la finesse de ne pas s’enfermer dans une forme monolithique qui pourrait lasser sur la longueur. Les différentes modulations se distillent donc au cœur d’une musique magnifique, froide et envoûtante, à la fois étouffante et lumineuse, avec des boucles martelées ajoutant ce sentiment de précipice que l’on scrute de loin, le voyant se profiler peu à peu.

Attachée à l’univers de Lovecraft, dont chaque titre est inspiré d’une manière ou d’une autre, la musique de Laurent Saïet développe une forme de cinématographie musicale oppressante qui parvient à se frayer des coursives vers des lumières mortifères et soyeuses à la fois. L’ajout d’éléments organiques organisés en réverbération profonde soulève une tonalité grave, incitant les forces telluriques créées de toutes pièces et pourtant pleines d’authenticité, à vibrer de toute part. Les entrelacs électroniques et les tournures horrifiques des matières sonores font peu à peu sombrer l’album dans une forme de catharsis contemplatif projetant l’auditeur dans une chute sans fin.

Malgré tout, la sensibilité des différents musiciens permet de ne pas rendre distante cette musique qui pourrait sembler froide au premier abord mais qui vous accueille de sa chaleur curieusement inhumaine.

 

En savoir plus :
Laurent Saïet sur le Bandcamp de Trace Label
Le Soundcloud de Laurent Saïet
Le Facebook de Laurent Saïet


Jack Line         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=