Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dans la luge de Schopenhauer
Théâtre La Scala  (Paris)  novembre 2018

Comédie dramatique de Yasmina Reza, mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia, avec Yasmina Reza, Christèle Tual, Jérôme Deschamps et André Marcon.

En robe de chambre chez lui, un professeur de philosophie en dépression, spécialiste de Spinoza lâché par ses Maîtres, se rapproche de plus en plus de Schopenhauer...

Publié en 2005, "Dans la luge d'Arthur Schopenhauer", texte non spécifiquement destiné au théâtre, et que Frédéric Bélier-Garcia avait déjà créé une première fois à Théâtre Ouvert en 2006, rassemble quatre personnages : Ariel Chipman, le professeur de philosophie (André Marcon), sa femme Nadine (Yasmina Reza), l'ami Serge Othon Weil (Jérôme Deschamps) et la psychiatre (Christèle Tual).

Tour à tour, chacun viendra s'exprimer. Quatre visions différentes sous forme de monologues alternés où, à chaque fois, un autre personnage est présent dans une écoute totalement muette (mais non sans expression).

Dans un dispositif scénique trifrontal, le metteur en scène met les spectateurs autour et au plus près des comédiens, situés dans un lieu indéfinissable de terrasse surplombant la végétation élaboré par Jacques Gabel, comme un troisième regard qui viendrait juger les plaidoyers successifs.

Avec son style caractéristique décapant, Yasmina Reza s'attache à gratter le vernis des apparences. Elle écrit sur des petites choses qui détiennent de l'importance quant à ce qu'elles racontent des personnages (du port de la robe de chambre au bon usage de la dégustation des fraises, en passant par le choix d'une voiture entre Renault-Nissan ou Toyota...).

Dans la bouche de tels comédiens, ces parenthèses anecdotiques deviennent des moments jubilatoires. Et les réactions des "écoutants" valent également leur pesant d'or.

Ce quatuor dirigé avec précision par Frédéric Bélier-Garcia, avec une attention particulière portée à la gestuelle et le juste équilibre de cocasserie et de gravité, produit des face-à-face aussi réjouissants que surprenants.

Yasmina Reza dans des gestes à la fois amples et saccadés donne à Nadine Chipman un côté clownesque où elle excelle. Elle serait l'Auguste et Christèle Tual, le clown blanc. En pantalon et hauts talons, la psychiatre, d'une parfaite froideur jusqu'alors, perd soudain son flegme pour relater l'épisode d'une femme chargée de paquets la gênant dans la rue. Grandiose.

Jérôme Deschamps, le seul à n'avoir pas participé à la création en 2006, use de son efficace expressivité comme il le faisait lors de ses spectacles pour composer un Serge succulent.

André Marcon enfin, collant à merveille à l'univers de Yasmina Reza est un formidable Ariel Chipman dont la drôlerie ne fait que masquer l'angoisse. Une prestation éclatante.

Au final, le texte fait en creux le portrait d'une génération qui, dans une société de plus en plus consumériste et débarrassée des conventions d'usage, prend avec violence conscience de sa finitude. Symbole de cette déchéance, Ariel Chipman en chute libre, ne pourra qu'esquisser un dernier baroud d'honneur avant de jeter les armes.

Emmené par ce quatuor d'exception, "Dans la luge d'Arthur Schopenhauer" est une brillante fable contemporaine, subtile et éloquente, sur la vie qui s'étiole.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=