Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ce qui t'appartient
Garth Greenwell  (Editions Rivages)  octobre 2018

"Ce livre a la puissance et la beauté d’une tragédie antique : à chaque page la passion, l’obsession et la lutte pour la liberté se heurtent au destin et à la violence de la société. C’est en même temps un roman radicalement contemporain qui m’a bouleversé autant par son langage rythmé, scandé, viscéral, que par sa manière de renouveler les thèmes de la mémoire, de la fuite, du désir, ou de la mélancolie. Un texte capital." Edouard Louis

Un texte capital en effet, comme nous le concède Edouard Louis, que cet ouvrage de Garth Greenwell, auteur américain qui vient de publier chez Rivages, Ce qui t’appartient. Le livre a connu un immense succès aux Etats-Unis, étant salué comme "le choc de l’année" par toute la presse internationale.

Ce qui t’appartient raconte une histoire d’amour hors du commun entre deux hommes que tout oppose. L’un est un intellectuel américain, professeur de littérature en exil à Sofia ; l’autre, Mitko, est un jeune homme bulgare, un prostitué totalement insaisissable. Leur histoire se place immédiatement sous le signe du désir, de la passion et de l’inégalité de classe aussi.

Leur histoire est construite autour de trois parties aux titres évocateurs : Mitko, Tombeau et Vérole. On suit d’abord leur rencontre, dans les toilettes du National Palace of Culture, une première rencontre tarifée. On suit ensuite l’évolution de leur histoire, faite d’éloignements et de retrouvailles.

Au travers de leur relation se dévoilent pour les deux personnages des éléments de leur personnalité et de leur histoire. Le professeur de littérature se souvient comment il a découvert son attirance pour les hommes et dévoile ses relations avec son père homophobe. Mitko, lui se rend compte qu’il n’a jamais réussi à faire le deuil de son premier amour. L’auteur prend soin de nous raconter leur histoire, particulièrement celle de l’américain, notamment au travers de sa jeunesse aux Etats-Unis, dans la seconde partie, tombeau, qui mêle honte et violences subies.

Dire que la plume de Garth Greenwell est belle est un euphémisme tant il se dégage de ce livre une beauté sidérante. Garth Greenwell fait partie de ces auteurs qui marquent le lecteur, de ces livres dont on se souviendra. Son écriture foudroyante nous dévoile des sentiments multiples qui sont exprimés de façon clinique. Des sentiments qui s’emmêlent au fil des pages, conséquence de la relation tarifée entre les deux hommes et de leur différence sociale.

De ces phrases longues et sensuelles, faites de beaux mots, de mots bulgares aussi et d’autres mots beaucoup plus crus, Garth Greenwell nous dévoile donc la profondeur de ces sentiments dans ce qu’ils ont de plus beaux mais aussi de plus sordides. Il possède aussi une écriture incroyable pour décrire le désir et la passion qui sont au cœur de ce premier roman. Les scènes de sexe, présentes dans le livre, sont aussi particulièrement belles et la fin est absolument déchirante.

C’est donc un roman poignant, un premier roman magistral que nous offre, et le mot est faible, Garth Greenwell avec ce magnifique Ce qui t’appartient. Un roman qui traite de sujets importants, de l’homosexualité à la solitude en passant par la maladie. C’est aussi un grand roman sur l’enfance et sur la relation au père.

Alors voilà un nouvel écrivain qu’il va falloir suivre avec attention, une découverte que l’on doit aux éditions Rivages.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Garth Greenwell
Le Facebook de Garth Greenwell


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 novembre 2018 : Pas de frein pour consommer la culture

Si certains estiment que l'on consomme toujours trop et toujours plus, il n'en est pas de même pour la culture. Jamais assez de livres, de musiques, de films... Voici de quoi découvrir cette semaine encore avec notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Amir" de Tamino
"We are not merchandise" de Jean Michel Jarret
"Action" de Inuit
"Vanités" de Liz Van Deuq
"Longue distance" de Miegeville
My Baby et Electro Deluxe dans une sélection de EP
et toujours :
Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Iinflammation du verbe vivre" au Théâtre de la Colline
"Dans le pays d'hiver" à la MC93 à Bobigny
"L'Arche" au Théâtre 13/Seine
"Cyrano" au Théâtre de la Tempête
"Abeilles" au Théâtre de Belleville
"Le Cabaret des Trois soeurs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Ce qu'on attend, ce qu'on a déjà" au Lavoir Moderne Parisien
"L'Autre fille" à la Comédie de Béthune
"Mémoire de fille" à la Comédie de Béthune
"Femme(s)" au Théâtre Trévise
"J'aime Brassens" au Théâtre Trévise
les reprises :
"La Double Inconstance" au Théâtre des Béliers parisiens
"En avant sur les cendres" au Théâtre du Rond-Point
"Moi, Dian Fossey" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Viel chante Brel" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"La Fabrique à Kifs" au Théâtre de l'Oeuvre
"Le Cabaret extraordinaire" à la Nouvelle Eve
et la chronique des autres spectacles de novembre

Expositions avec :

"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"Jômon - Naissance de l'art dans le Japon préhistorique" à la Maison de la Culture du Japon

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le départ" de Jerzy Skolimowki en version restaurée
et la chronique des autres sorties de novembre

Lecture avec :

"Au coeur de la folie" de Luca d'Andrea
"Les contes du réveil matin" de Michel Bussi
"Munkey diaries (1957-1982)" de Jane Birkin
"Où vivre" de Carole Zalberg
et toujours :
"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=