Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ce qui t'appartient
Garth Greenwell  (Editions Rivages)  octobre 2018

"Ce livre a la puissance et la beauté d’une tragédie antique : à chaque page la passion, l’obsession et la lutte pour la liberté se heurtent au destin et à la violence de la société. C’est en même temps un roman radicalement contemporain qui m’a bouleversé autant par son langage rythmé, scandé, viscéral, que par sa manière de renouveler les thèmes de la mémoire, de la fuite, du désir, ou de la mélancolie. Un texte capital." Edouard Louis

Un texte capital en effet, comme nous le concède Edouard Louis, que cet ouvrage de Garth Greenwell, auteur américain qui vient de publier chez Rivages, Ce qui t’appartient. Le livre a connu un immense succès aux Etats-Unis, étant salué comme "le choc de l’année" par toute la presse internationale.

Ce qui t’appartient raconte une histoire d’amour hors du commun entre deux hommes que tout oppose. L’un est un intellectuel américain, professeur de littérature en exil à Sofia ; l’autre, Mitko, est un jeune homme bulgare, un prostitué totalement insaisissable. Leur histoire se place immédiatement sous le signe du désir, de la passion et de l’inégalité de classe aussi.

Leur histoire est construite autour de trois parties aux titres évocateurs : Mitko, Tombeau et Vérole. On suit d’abord leur rencontre, dans les toilettes du National Palace of Culture, une première rencontre tarifée. On suit ensuite l’évolution de leur histoire, faite d’éloignements et de retrouvailles.

Au travers de leur relation se dévoilent pour les deux personnages des éléments de leur personnalité et de leur histoire. Le professeur de littérature se souvient comment il a découvert son attirance pour les hommes et dévoile ses relations avec son père homophobe. Mitko, lui se rend compte qu’il n’a jamais réussi à faire le deuil de son premier amour. L’auteur prend soin de nous raconter leur histoire, particulièrement celle de l’américain, notamment au travers de sa jeunesse aux Etats-Unis, dans la seconde partie, tombeau, qui mêle honte et violences subies.

Dire que la plume de Garth Greenwell est belle est un euphémisme tant il se dégage de ce livre une beauté sidérante. Garth Greenwell fait partie de ces auteurs qui marquent le lecteur, de ces livres dont on se souviendra. Son écriture foudroyante nous dévoile des sentiments multiples qui sont exprimés de façon clinique. Des sentiments qui s’emmêlent au fil des pages, conséquence de la relation tarifée entre les deux hommes et de leur différence sociale.

De ces phrases longues et sensuelles, faites de beaux mots, de mots bulgares aussi et d’autres mots beaucoup plus crus, Garth Greenwell nous dévoile donc la profondeur de ces sentiments dans ce qu’ils ont de plus beaux mais aussi de plus sordides. Il possède aussi une écriture incroyable pour décrire le désir et la passion qui sont au cœur de ce premier roman. Les scènes de sexe, présentes dans le livre, sont aussi particulièrement belles et la fin est absolument déchirante.

C’est donc un roman poignant, un premier roman magistral que nous offre, et le mot est faible, Garth Greenwell avec ce magnifique Ce qui t’appartient. Un roman qui traite de sujets importants, de l’homosexualité à la solitude en passant par la maladie. C’est aussi un grand roman sur l’enfance et sur la relation au père.

Alors voilà un nouvel écrivain qu’il va falloir suivre avec attention, une découverte que l’on doit aux éditions Rivages.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Garth Greenwell
Le Facebook de Garth Greenwell


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 Avril 2019 :Paques au balcon, la culture dans le salon

Certes il n'y a plus de saison, le climat se réchauffe, les gens se tuent pour des histoires vieilles comme le monde et globalement, tout fout le camp. Ce n'est pas une raison pour se morfondre. Allons de l'avant et régalons nous de musique, cinéma, théâtre, bouquins, expos... Voici notre sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Jay Jay Johanson autour de son nouvel album "Kings Cross"
"A heartbeat away from the northeast" de Feu Robertson
"The grim reaper" de Harold Martinez
"Suspiros de Espana" de Quatuor Opus 333
"Grieg : Piano, Orchestral & Vocal Works, Chamber Music" par Divers artistes
"Cyclotron #3", tour d'horizon du label Partycul System qui fête ses 20 ans
"Ose Bashung" de Dirty Old Band
"1958" de Blick Bassy
Brune en concert au FGO Barbara
"Outsider" de Chine Laroche
"Dance EP" de Duke of Paris
et toujours :
"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Amour et Psyché" au Théâtre 71 à Malakoff
"La Cagnotte" au Théâtre Le Lucernaire
"Dom Juan" au Théâtre Le Ranelagh
"La démocratie de la peur" au Théâtre Aleph
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"Berlin en Seine" au Théâtre Essaion
"Anatomie de la joie" au Théâtre Essaion
des reprises:
"Une vie de pianiste" au Studio Hébertot
"La Logique des femmes" au Théâtre des Variétés
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Hey ! Modern Art et Pop Culture #4" à la Halle Saint-Pierre
"Chicago Foyer d'Art brut" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Un tramway à Jérusalem" de Amos Gitaï
"Aujourd'hui, rien" de Christophe Pellet
"Disperata" de Edoardo Winspeare
Ciné en bref avec :
"Le Vent de la liberté" de Michael Herbig
"Boy erased" de Joel Edgerton
"Blanche comme Neige" de Anne Fontaine
"Dumbo" de Tim Burton
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Allons nous sortir de l'histoire ?" de Jacques Julliard
"Comment faire mentir les cartes" de Mark Monmonier
"Les âmes englouties" de Susanne Jansson
"Presidio" de Randy Kennedy
"Silens moon" de Pierre Cendors
"Sombre avec moi" de Chris Brookmyre
"Un fruit amer" de Nicolas Koch
"Un siècle américain, tome 3 : Notre âge d'or" de Jane Smiley
et toujours :
"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=