Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Treize jours
Árni Thórarinsson  (Editions Métailié)  octobre 2018

Partir vers les contrées islandaises est presque devenue une habitude quand on se lance dans un ouvrage de la collection noir des éditions Métailié. Sauf qu’ici, ce n’est pas un nouvel ouvrage d’Arnaldur Indriðason qui nous est proposé, on a chroniqué son dernier sur le site très récemment, mais celui d’un auteur que je ne connais pas, j’ai nommé Árni Thórarinsson.

L’auteur, né à Reykjavik, où il vit actuellement. Passionné par le cinéma, la musique et l’écriture, il parvient à combiner ses trois passions en devenant journaliste. Il travaille régulièrement pour la radio et la télévision, écrit des scénarios pour le cinéma et la télévision, et a déjà publié douze romans, traduits dans plus de vingt langues. Treize jours est son septième romans publié aux éditions Métailié et le premier que je lis de cet auteur.

Treize jours, c’est le délai que sa dernière petite amie, banquière recherchée par la police, a donné à Einar pour la rejoindre à l’étranger alors qu’il entretient une relation avec l’une de ses collègues.

Treize jours, c’est le temps qu’il va lui falloir pour décider s’il veut accepter la direction du grand journal dans lequel il a toujours travaillé. Le directeur du journal vient de mourir et les rapaces sont déjà sur le quai pour le remplacer.

Treize jours enfin, c’est le temps qui sera nécessaire pour trouver qui a tué la lycéenne dont le corps profané a été retrouvé dans le parc, une jeune fille qui lui rappelle sa propre fille Gunnsa, quand elle était un peu plus jeune et encore innocente. Une fille devenue photographe, qui travaille dans le même journal que lui en tant que stagiaire, qui s’intéresse de près aux adolescents paumés et ultra connectés qui fuguent ou disparaissent et qui avait rendez-vous au parc avec la jeune fille retrouvée morte. La jeune fille avait disparu et Gunnsa était rentrée en contact avec elle par l’intermédiaire de Facebook, en la demandant "en ami" pour ensuite lui donner un rendez-vous.

On va donc revivre les treize jours qui ont abouti à ce drame au travers de chapitres coupés en demi-journée, sauf le dimanche. Einar, ses collègues et sa fille vont résoudre le mystère de cette affaire tournant autours des affres de notre société numérique dans la quelle les réseaux sociaux prennent une place de plus en plus importante, notamment chez les adolescents. A cela s’ajoutent d’autres maux que dénonce l’auteur qui touchent aussi la jeunesse islandaise avec la drogue, l’alcool, la violence et le sexe tarifé.

Le livre est relativement lent, l’auteur prend soin de nous présenter petit à petit les différents personnages importants du livre, au travers d’une énigme rondement construite qui dénonce au passage de nombreux faits de société.

Nul besoin de treize jours, amis lecteurs, pour dévorer ce polar islandais qui n’a rien à envier aux autres écrits de ses compatriotes islandais. L’intrigue est bien construite, faite de rebondissements et la grande qualité de l’ouvrage, que l’on retrouve souvent dans les polars nordiques d’ailleurs, vient des personnages particulièrement travaillés, qui traversent des moments délicats dans leur vie qui influent dans l’enquête.

La dimension sociale du polar est aussi intéressante, on la retrouve aussi chez Indriðason, d’autant plus qu’elle repose en grande partie sur les réseaux sociaux, particulièrement d’actualité, et leur influence sur la jeunesse islandaise (même si c’est exactement la même chose chez nous).

Avec Treize jours, le lecteur est donc amené à réfléchir sur la société de communication qui l’entoure tout en tentant de dénouer les fils d’une enquête compliquée.

Avec Treize jours, j’ai donc découvert un auteur que je vais être amené à suivre de près dorénavant, tout en cherchant à trouver un peu de temps pour aller me balader du côté de ses livres précédents. Ma pile de livres à lire risque donc d’augmenter, pour mon plus grand plaisir.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Árni Thórarinsson


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mars 2019 : C'est le Printemps...

Heure d'été, heure d'hiver, Brexit, Gilets Jaunes... heureusement que pour se détendre il y a encore la culture. Voici notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à entendre ! C'est parti !.

Du côté de la musique :

"Tempéraments" de Malik Djoudi
Interview avec Andrew Bird autour de son nouvel album "My finest work yet"
"Ma chair, mon sang" de Mo Cushle
"Bach to the future" de Olivier Latry
"Tout va bien se passer" de The Wild Classical Music Ensemble
A shiny day" de LANE
"Love in the time of shark attacks" de Attic Lights
"Move on, A Sondheim adventure" de Cyrille Aimée
"Horse in the house" de Gilles Poizat
"Whispered songs" de Julien Dexant
et toujours :
Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef, Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Belgian Rules - Belgium rules" à la Grane Halle de la Villette
"La Trilogie de la vengeance" aux Ateliers Berthier
"Le Direktør" au Théâtre de la Bastille
"Les Chaises" au Théâtre de l'Aquarium
"Dom Juan - Le Festin de Pierre" au Théâtre de l'Union à Limoges
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"le Festival le printemps de la danse arabe" à l'Institut du Monde Arabe
des reprises:
"Opéra Panique" au Lavoir Moderne Parisien
"Les Carnets de Harry Geller" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée" au Théâtre Le Lucernaire
"Ma cuisine" au Monfort Théâtre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Synonymes" de Navad Lapid
"Styx" de Wolfang Fischer
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Animal" de Sandrine Colette
"Ce qui ne tue pas" de Rachel Abbott
Festival Quai du polar #15 avec entre autres Roberto Saviano - Elizabeth George - Michael Connelly - Ron Rash - Brian De Palma - Arturo Pérez-Reverte
"La cage" de Lilja Sigurðardóttir
"La faille du temps" de Jeannette Winterson
"La maison" de Vanessa Savage
"La punition qu'elle mérite" de Elizabeth George
"La transparence selon Irina / Une année de cendres" de Benjamin Foel / Philippe Huet
"Le chien de Madame Halberstadt" de Stéphane Carlier
"Une confession" de John Wainwright
et toujours :
"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=