Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Assassin's Creed Odyssey
PlayStation 4 - Xbox One - Microsoft Windows  (Ubisoft)  octobre 2018

A peine un an après la sortie de l’excellent Assassin's Creed Origins, Ubisoft nous soigne, joueurs invétérés que nous sommes avec un nouvel opus dans la série, j’ai nommé le superbe Assassin's Creed Odyssey. Quittant l’Egypte antique et ses décors magnifiques, le jeu nous embarque cette fois dans le monde grec durant l’antiquité.

Le jeu s’appuie sur le gameplay du précédent opus, notamment pour les combats (même si ceux-ci nous offrent une plus grande variété de coups spéciaux) mais il nous offre une véritable aventure, beaucoup moins linéaire que celle d’Origins, toujours dans un monde ouvert incroyable de réalisme et de beauté.

On y trouve un triple arbre de compétences autour de trois axes : chasseur, guerrier et assassin avec des points de compétences que l’on obtient en fonction des missions principales et secondaires réussies. Les armes sont nombreuses, on les récupère sur des hommes que l’on tue, des mercenaires qui nous pourchassent que l’on doit éliminer mais aussi dans les trésors des lieux que l’on visite. Toutes armes, offensives et défensives sont évolutives à condition de se rendre chez des forgerons, présents dans certaines villes et certains villages, pour qu’ils nous les gravent contre de l’argent et des objets.

Dans ce nouvel opus, on doit au départ choisir le héros que l’on incarnera, un homme ou une femme, Alexios ou Kassandra et on ne pourra plus le changer au cours du jeu. Le personnage choisi, pour moi ce fut Kassandra, va alors rencontrer de nombreuses personnes, effectuer de nombreux dialogues (c’est nous qui décidons de la conversation) qui offriront des résolutions de quêtes différentes.

Notre héros peut décider de prendre des décisions radicales comme tuer celui qu’il a en face de lui ou l’épargner en instaurant un dialogue. Les quêtes secondaires sont nombreuses et variées et l’on est souvent contraint de les effectuer, pour le plaisir du jeu tout d’abord mais aussi pour accumuler de l’expérience qui permettra de faire évoluer nos armes et de nous rendre plus fort face à des ennemis de plus en plus redoutables.

Parmi nos ennemis qui ne nous veulent pas du bien, on trouve tout un tas de soldats plus ou moins coriaces et aussi un très grand nombre d’animaux qui déambulent dans ce monde ouvert, eux aussi plus ou moins dangereux et coriaces à battre. Kassandra doit affronter des chiens, des lions, des tigres, des loups, des ours et des serpents notamment.

La quête principale tourne autour d’une mercenaire, prise entre la guerre de sparte et Athènes qui recherche sa mère. Elle doit affronter une terrible confrérie, gérer un navire et recruter des marins. Elle croise des personnages importants du monde Grec comme Hérodote et Périclès et parcourt des lieux nombreux et variés d’une rare beauté.

Le monde ouvert proposé par Assassin's Creed Odyssey est tout simplement gigantesque. Plusieurs dizaines d’heures sont nécessaires pour parcourir tous les lieux qui s’offrent à nous et compléter la quête principale. Avec les quêtes secondaires très nombreuses, la durée de vie s’avère encore beaucoup plus longue d’autant plus que ces quêtes secondaires sont souvent très intéressantes et pas toujours simples à réaliser.

A cela s’ajoutent des déplacements en mer, assez nombreux car le monde grec de l’époque était composé de nombreuses îles. Et qui dit déplacements en mer dit évidemment aussi combats en mer qui sont aussi nombreux et pas toujours simples à gérer.

La grande qualité du jeu, au-delà de l’histoire et de son gameplay parfait repose sur les territoires traversés par notre héroïne. Les graphismes sont magnifiques, de jour comme de nuit, les villages, les sites historiques sont d’un réalisme bluffant et on espère du coup la mise en place future d’un mode discovery tour comme celui existant pour le précédent Assassin's Creed. L’arrivée dans Athènes, à peu près au milieu de l’aventure est juste bluffant. On se prend au jeu de parcourir la ville juste pour l’admirer, de l’Agora à la Pnyx en passant par l’acropole et le Parthénon. On s’amuse à grimper en haut d’une statue pour observer le magnifique panorama. Les nombreux dialogues nous expliquent une partie du fonctionnement du monde grec autour de la pythie, des oracles mais aussi de l’ostracisme.

Vous l’avez donc compris, ce nouvel opus de la série Assassin's Creed s’avère être une excellente surprise et un superbe jeu. Son monde ouvert est immense et magnifique et son histoire particulièrement travaillée avec un scenario digne de grands livres d’histoire.

Alors foncez, Assassin's Creed Odyssey fait partie de ces jeux video que tout amateur doit avoir dans sa collection.

 
\r\n

En savoir plus :
\r\n Le site officiel de Assassin's Creed Odyssey
\r\n Le Facebook de Assassin's Creed Odyssey


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=