Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Love
Ateliers Berthier  (Paris)  novembre 2018

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Alexander Zeldin, avec Waj Ali, Emily Beacock, Rosanna Beacock, Anna Calder-Marshall, Luke Clarke, Janet Etuk, Nick Holder, Mimi Malaz Bashir et Yonatan Pelé Roodner.

Au coeur d'un dispositif trifrontal, deux tables et des chaises coquilles d'une froide banalité. Au fond, des portes numérotées. D'un côté de la salle, l'entrée des sanitaires. De l'autre, un coin cuisine avec placards, évier et plan de travail.

Les premiers spectateurs seront d'ailleurs juste devant celui-ci. Un à un, les résidents de ce foyer (car on comprendra très vite où on se trouve), sortiront des chambres, évoluant entre les différents points.

Pour ce spectacle, le metteur en scène Alexander Zeldin a fait des choix forts comme par exemple celui de garder les néons de la salle allumés au dessus du public la majeure partie du spectacle. On comprend qu'il s'agisse d'abolir les frontières entre scène er salle, il n'en demeure pas moins que ce n'est pas toujours très agréable au niveau de la vision selon sa place dans la salle.

Autre parti pris : les comédiens ne joueront quasiment jamais pour le public mais ce sera à celui-ci de s'introduire dans le monde de ces résidents.

Il y parviendra au terme d'un spectacle sans grande surprise mais extrémement bien réalisé et joué par une troupe intergénérationnelle composée à la fois de professionnels et d'amateurs dirigés au cordeau dans un réalisme qui n'est évidemment pas sans rappeler les films de Ken Loach.

Dans ce lieu, foyer de transit pour des gens en attente de relogement, il y a une vieille femme et son fils, une famille recomposée dont la femme est enceinte. Autour d'eux gravitent deux autres personnages dont ils ne savent pas grand-chose : une réfugiée soudanaise énigmatique et un syrien mélomane. Des personnages secondaires pas si lointains des deux familles pourtant.... En courtes scènes, il leur donne une profondeur insoupçonnée.

La mise en scène d'Alexander Zeldin installe des silence éminemment parlants. Comme si le public faisait partie des murs, il pourra ainsi partager la vie quotienne de ces gens. Les voir évoluer autour des toilettes ou du coin cuisine, deux lieux stratégiques objets de toutes les convoitises. Au dessus du foyer, la présence d'un grand arbre confère à ce récit une dimension mystique.

Le fait de partager leurs rituels nous fait nous attacher de plus en plus à ces personnages en lutte avec le désespoir. Des portraits particulièrement poignants comme le petite fille qui rêve de Mac Donald et ne se sent bien qu'à l'école ou le couple mère-fils qui se soutiennent dans une relation parfois conflictuelle faite d'amour-haine. Des exemples révélateurs des failles de la société.

Les problèmes des résidents pour faire avancer leurs dossiers sont mis en évidence. Nous les voyons se heurter à des murs (parois de verre dans les bureaux ou répondeurs interminables...) et perdre parfois leur courage. Une détresse prégnante devant laquelle on ne peut qu'être bouleversés.

Et pourtant, malgré cette grande incertitude devant l'avenir et la concurrence entre eux pour être relogés, des gestes d'amour parviendront à naître. La solidarité finira malgré les obstacles par triompher.

Porté par des interprètes criants de vérité, "Love" est un spectacle fort qui touche au coeur et ne peut laisser indifférent.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=