Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jômon - Naissance de l'art dans le Japon préhistorique
Maison de la Culture du Japon  (Paris)  Du 17 octobre au 8 décembre 2018

Dans le cadre de l'événement "Japonismes 2018 - Les âmes en résonance" initié par le gouvernement japonais pour la célébration du 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France, le Japon présente, au plan muséal, une sélection exceptionnelle des Trésors des collections impériales du Japon.

Après la présentation du chef d'oeuvre de la peinture japonaise du 18ème siècle avec l'éblouissante série d'estampes peintes au 18ème siècle par Ito Jakuchu ("Jakuchu - Le Royaume coloré des êtres vivants"), l'exposition "Jômon - Naissance de l'art dans le Japon préhistorique" propose un spectaculaire retour dans le temps à la période néolithique pour découvrir les origines de l’esthétique japonaise.

Sise à la Maison de la Cuture du Japon à Paris, elle est organisée par la Fondation du Japon, le Musée national de Tokyo et l’Agence pour les affaires culturelles du Japon sous le commissariat de Yoshiya Shinagawa, Directeur du département des recherches archéologique, et de Masayuki Harada, directeur de recherche spécialisé en archéologie, respectivement au musée et à l'agence précités.

Ils ont opté pour un parcours thématique qui permet d'appréhender l'évolution esthétique d'une production unique au plan mondial sur une période de dix mille ans avec un florilège de pièces exceptionnelles, dont six trésors nationaux et trente-trois classées biens culturels importants, mises en valeur par la scénographie de Véronique Dollfus et la dynamique des vitrines offrant une vue panoramique des oeuvres.

Jômon, aux sources de l'art du pays du Soleil levant

La première salle dédiée aux poteries subjugue et fascine d'autant plus le regard par le savoir-faire et la maîtrise des artisans-potiers que ces pièces, telles les jarres de grande taille, qui constituent les vestiges millénaires de populations devenues sédentaires à la fin de la période glaciaire, ont été réalisées sans tour ni four avec la technique du colombin et la cuisson sous braises

A l'approche, se dégagent des caractéristiques communes qui vont constituer le socle des fondamentaux de l'art japonais, à l'exception de la calligraphie car la culture Jômon était dépourvue d'écriture, et notamment l'épure avec une pureté des lignes et l'élaboration d'un répertoire de formes qui a conduit à l'élaboration de canons transmis au fil des âges.

La seconde constatation tient au souci esthétique car à la perfection des formes initiales s'ajoute le goût du beau qui, guidant la main de l'artisan-artiste, a conduit à la prévalence de l’aspect décoratif avec une profusion et une diversité de motifs réalisés depuis de simples protubérances, poterie à mamelons, à la décoration flamboyante de la poterie dite "en forme de flamme".

La diversification et la complexification de motifs ne semble pas connaître de limite, depuis l'apposition de cordon lisse en argile, l'impression en creux par apposition de matériaux tels les coquillages ou la corde, par incisions ou dessins gravés au décor en haut-relief avec l'ajout de motifs ornementaux.

La sophistication décorative correspond également à une modification de la fonctionnalité de ces objets à l'origine essentiellement à usage utilitaire et domestique pour la conservation et la cuisson des denrées alimentaires qui intègrent le corpus des objets rituels notamment funéraires en devenant objets votifs placés dans la sépulture ou même urne funéraire.

Parmi les objets investis d'une charge spirituelle, ordonnés autour de la "Vénus Jomon" et la "Figurine à lunettes de neige" en argile lustrée, outre des masques de facture réaliste, de sublimes statuettes de petite taille, une vingtaine de centimètres, en argile cuite nommées "dogu" représentant des figures à majorité féminine caractérisées par une étonnante hybridation en l'aspect anthropomorphe et l'apposition de motifs abstraits.

Oeuvres polysémiques, elles interviennent comme offrandes funéraires, ossuaires, symboles de protection et objets d'intercession auprès des divinités dans des rituels de fécondité et de fertilité liés à un culte animiste.

En symétrie, existait un culte phallique lié également au culte de la fertilité avec les "sekibô", représentations réalistes du sexe masculin mais en taille démesurée.

Le même souci l'élégance et de raffinement préside à la confection de bijoux et d'accessoires de parure, épingles à cheveux, boucles d'oreille, pendentifs, réalisés en argile ou en os ou corne animale comme le polissage de la pierre pour les outils et armes dans leur fonction d'objet de prestige ou de cérémonie cultuelle.

Enfin, le visiteur découvre que la plus ancienne tradition de laque, technique nippone d'excellence, date de l'époque Jômon avec des objets de culte en terre cuite recouverte de laque mélangée d'ocre rouge avec un décor à base de suie ou de charbon.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Maison de la Culture du Japon

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la Maison de la Culture du Japon


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=