Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Meiji - Splendeurs du Japon impérial
Musée national des arts asiatiques-Guimet  (Paris)  Du 17 octobre 2018 au 14 janvier 2019

Dans le cadre de l'événement "Japonismes 2018 - Les âmes en résonance" initié par le gouvernement japonais pour la célébration du 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France qui correspond également à la commémoration du 150ème anniversaire de l’Ere Meiji, le Musée national des arts asiatiques-Guimet propose, avec la collaboration de la Khalili Collection of Japanese Art, l'exposition "Meiji, splendeurs du Japon impérial" qui contitue une immersion dans la production foisonnnante de cette époque.

Le commisariat est assuré par Sophie Makariou et Michel Maucuer, respectivement présidente et conservateur audit musée, qui ont procédé à une sélection de plusieurs centaines de pièces retraçant le bouleversement artistique intervenu tant au plan national qu'international en symbiose avec la novation politique nippone.

Meiji, royaume des arts, de la tradition à la modernité

Au milieu du 19ème siècle, le déclin du shôgunat concourt à la renaissance d'un Japon impérial sous l'égide de l'empereur Mutsuhito qui ouvre la période historique de l'Ere Meiji (1868-1912) au cours de laquelle l'Etat unifié se positionne dans le monde moderne en renonçant à une autarcie séculaire.

A l'aune du soleil rayonnant qui orne son drapeau, il se lance dans une vaste entreprise expansionniste qui inclut l'industrialisation, l'ouverture au commerce international et la reconnaissance de son identité culturelle qui se traduit par le soutien de l'Etat et l'institutionnalisation des pratiques artistiques pour valoriser le patrimoine national et produire des pièces d'excellence destinées à l'exportation.

Celle-ci passe notamment par la participation assidue aux expositions universelles pour lesquelles sont réalisées des pièces de prestige et d'excellence destinées à capter l'attention et attiser la curiosité des visiteurs, marchands et collectionneurs occidentaux.

La volonté de valorisation et de diffusion des arts et artisanats traditionnels n'est pas exempte de pragmatisme commercial qui conduit à un syncrétisme éclairé par l'adoption de techniques nouvelles pour, tout en conservant les spécificités nippones, et en particulier la sophistication esthétique, s'adapter au goût du marché extérieur.

Ainsi, au plan pictural, l'accent est mis sur le renouveau de la peinture traditionnelle et le culte de l'estampe avec la réactivation de l'Ecole Rinpa, célébrée par l'exposition concomittante "Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi.

Mais également sur l'émergence d'un style pictural nouveau, le "Nihonga", qui, tout en conservant les codes de l'art de peindre à la japonaise au lavis d’encre et pigments pour élaborer des jeux de brillance et de transparence tout en intégrant des influences décoratives occidentales telle l'utilisation de la feuille d'or.

Pour un autre des beaux-arts, celui de la sculpture, à la réalisation d'objets de petit format à fonction décorative ou religieuse se substituent des œuvres monumentales commémoratives, célébrant des hauts faits guerriers, ou purement décoratives telles des brûle-parfums en forme d'aigle, de faucon ou de dragon, attestant de la virtuosité des artistes dans le travail du métal.

Quant aux artisanats de prédilection, ils sont érigés en artisanats d'art. La laque se renouvelle avec une hybridation de la peintre et du maki-e mais sa longue durée de fabrication freine sa diffusion et l'exportation concerne essentiellement les laques anciennes.

L'émail connaît un âge d'or avec la production de pièces tridimensionnelles en émail cloisonné, parfois sans cloison apparente, qui rivalisent d'exubérance décorative.

L'exposition présente un nombre important d'oeuvres en céramique qui connaît à cette époque une production intensive de luxueuses pièces de grande taille à l'esthétique épurée et sous influence des mouvements artistiques occidentaux, dont l’Art nouveau, réalisées avec une superbe déclinaison des motifs ancestraux du vocabulaire floral, dont celles sublimes réalisée avec le procédé de glaçure chinoise.

Une autre caractéristique de cette période tient à la promotion de la culture populaire du fantastique, avec fantômes, monstres et démons, véhiculée par des artistes tel Hokusaï, Kuniyoshi, auquel, en 2016, le Petit Palais a consacré une rétrospective monographique ("Fantastique ! Kuniyoshi, le démon de l'estampe") et Kyosai au style exubérant.

La production artistique de l'Ere Meiji donna naissance à la vogue du japonisme qui a induit la création de pièces "japonisantes" tant au Japon qu'en Europe.

Et, pour clore l'éblouissante monstration, les commissaires invitent le visiteur à une interactivité ludique en dissociant les cartels des oeuvres pour deviner leur provenance.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Guimet

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation du Musée Guimet


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=