Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Meiji - Splendeurs du Japon impérial
Musée national des arts asiatiques-Guimet  (Paris)  Du 17 octobre 2018 au 14 janvier 2019

Dans le cadre de l'événement "Japonismes 2018 - Les âmes en résonance" initié par le gouvernement japonais pour la célébration du 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France qui correspond également à la commémoration du 150ème anniversaire de l’Ere Meiji, le Musée national des arts asiatiques-Guimet propose, avec la collaboration de la Khalili Collection of Japanese Art, l'exposition "Meiji, splendeurs du Japon impérial" qui contitue une immersion dans la production foisonnnante de cette époque.

Le commisariat est assuré par Sophie Makariou et Michel Maucuer, respectivement présidente et conservateur audit musée, qui ont procédé à une sélection de plusieurs centaines de pièces retraçant le bouleversement artistique intervenu tant au plan national qu'international en symbiose avec la novation politique nippone.

Meiji, royaume des arts, de la tradition à la modernité

Au milieu du 19ème siècle, le déclin du shôgunat concourt à la renaissance d'un Japon impérial sous l'égide de l'empereur Mutsuhito qui ouvre la période historique de l'Ere Meiji (1868-1912) au cours de laquelle l'Etat unifié se positionne dans le monde moderne en renonçant à une autarcie séculaire.

A l'aune du soleil rayonnant qui orne son drapeau, il se lance dans une vaste entreprise expansionniste qui inclut l'industrialisation, l'ouverture au commerce international et la reconnaissance de son identité culturelle qui se traduit par le soutien de l'Etat et l'institutionnalisation des pratiques artistiques pour valoriser le patrimoine national et produire des pièces d'excellence destinées à l'exportation.

Celle-ci passe notamment par la participation assidue aux expositions universelles pour lesquelles sont réalisées des pièces de prestige et d'excellence destinées à capter l'attention et attiser la curiosité des visiteurs, marchands et collectionneurs occidentaux.

La volonté de valorisation et de diffusion des arts et artisanats traditionnels n'est pas exempte de pragmatisme commercial qui conduit à un syncrétisme éclairé par l'adoption de techniques nouvelles pour, tout en conservant les spécificités nippones, et en particulier la sophistication esthétique, s'adapter au goût du marché extérieur.

Ainsi, au plan pictural, l'accent est mis sur le renouveau de la peinture traditionnelle et le culte de l'estampe avec la réactivation de l'Ecole Rinpa, célébrée par l'exposition concomittante "Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi.

Mais également sur l'émergence d'un style pictural nouveau, le "Nihonga", qui, tout en conservant les codes de l'art de peindre à la japonaise au lavis d’encre et pigments pour élaborer des jeux de brillance et de transparence tout en intégrant des influences décoratives occidentales telle l'utilisation de la feuille d'or.

Pour un autre des beaux-arts, celui de la sculpture, à la réalisation d'objets de petit format à fonction décorative ou religieuse se substituent des œuvres monumentales commémoratives, célébrant des hauts faits guerriers, ou purement décoratives telles des brûle-parfums en forme d'aigle, de faucon ou de dragon, attestant de la virtuosité des artistes dans le travail du métal.

Quant aux artisanats de prédilection, ils sont érigés en artisanats d'art. La laque se renouvelle avec une hybridation de la peintre et du maki-e mais sa longue durée de fabrication freine sa diffusion et l'exportation concerne essentiellement les laques anciennes.

L'émail connaît un âge d'or avec la production de pièces tridimensionnelles en émail cloisonné, parfois sans cloison apparente, qui rivalisent d'exubérance décorative.

L'exposition présente un nombre important d'oeuvres en céramique qui connaît à cette époque une production intensive de luxueuses pièces de grande taille à l'esthétique épurée et sous influence des mouvements artistiques occidentaux, dont l’Art nouveau, réalisées avec une superbe déclinaison des motifs ancestraux du vocabulaire floral, dont celles sublimes réalisée avec le procédé de glaçure chinoise.

Une autre caractéristique de cette période tient à la promotion de la culture populaire du fantastique, avec fantômes, monstres et démons, véhiculée par des artistes tel Hokusaï, Kuniyoshi, auquel, en 2016, le Petit Palais a consacré une rétrospective monographique ("Fantastique ! Kuniyoshi, le démon de l'estampe") et Kyosai au style exubérant.

La production artistique de l'Ere Meiji donna naissance à la vogue du japonisme qui a induit la création de pièces "japonisantes" tant au Japon qu'en Europe.

Et, pour clore l'éblouissante monstration, les commissaires invitent le visiteur à une interactivité ludique en dissociant les cartels des oeuvres pour deviner leur provenance.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Guimet

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation du Musée Guimet


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=