Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un Chant de Noël
Artistic Théâtre  (Paris)  novembre 2018

Spectacle musical conçu et mis en scène par Samuel Sené, livret de Julien Mouchel, Eric Chantelauze et Vincent Merval, musique de Michel Frantz, avec Vincent Morisse, Julie Costanza, Julien Ratel, Inès Amoura, Mehdi Vigier, June van der Esch et Régis Olivier accompagnés par les musiciens Julien Mouchel, Phiippe Cadou, Jean Marc Garilli et Christophe Bruckert.

Adapté du classique de Charles Dickens, "Un Chant de Noël" relate l’intemporelle histoire du vieil et avaricieux Ebenezer Scrooge visité la nuit de Noël par un esprit qui l’amènera à explorer son passé, son présent et son futur et qui sait, trouver en lui suffisamment de bonté, amour et gentillesse pour changer sa funeste destinée.

Habité depuis un quart de siècle par l’envie de proposer sa version de ce classique de la littérature anglaise, Samuel Sené a su heureusement patienter pour réunir une bien belle et solide équipe d’auteurs, compositeurs et interprètes, afin de proposer un spectacle certes familial, mais qui satisfera par son esthétisme, son écriture et sa composition travaillée les exigences des spectateurs les plus avertis.

Car tout est pensé jusque dans les moindres détails dans cette comédie musicale construite en trois parties distinctes pour avoir chacune sa propre cohérence esthétique, lyrique et musicale.

Pour renforcer cette idée Samuel Sené n’a pas hésité à confier l’écriture des dialogues et des lyrics à trois auteurs différents, travaillant bien sûr en collaboration (Julien Mouchel pour le passé, Eric Chantelauze pour le présent et Vincent Merval pour le futur), mais ayant chacun sa plume et sa sensibilité.

La musique de Michel Frantz (directeur de la musique à la Comédie Française pendant 30 ans et à qui on doit, entre-autre, la musique de "Jack, l’éventreur de Whitechapel") infiltre ces 3 univers avec grâce mais sans coup d’éclat, pont indispensable entre le réel conté et les scènes fantasmagoriques chantées et dansées.

Le passé, le présent et le futur glissent ainsi joliment des tons sépia du passé dans les beaux décors et costumes d’Isabelle Huchet, et les lumières de François Cabanat et d’une musique très classique typée "opéra français", à un présent tout en couleur et beaucoup plus "âge d’or de Broadway" pour se conclure sur un futur gris et empreint de musiques électroniques saturées.

La mise en scène de Samuel Sené permet au spectacle de ne jamais s’essouffler grâce à l’enchainement fluide des différents tableaux chantés ou contés, entrecoupés de scènes joliement chorégraphiées par Amélie Foubert et qui s’intègrent assez naturellement, ce qui est très plaisant, dans la narration.

Le décor modulaire est lui aussi une petite trouvaille assez ingénieuse puisqu’il utilise assez largement la magie de la création vidéo grâce à un encadrement sur lequel sont projetés de petits films de Harold Simon afin de basculer en un clic d’une cosy maison bourgeoise, à la désolation d’un cimetière enneigé.

En ce qui concerne la distribution, on doit saluer la prestation du duo omniprésent tout au long du spectacle et composé de Vincent Morisse dans le rôle de Scrooge et de Julie Costanza (déjà repérée dans "Chances !") qui incarne un esprit mutin et facétieux et un Timothée des plus touchants.

Julien Ratel et Inès Amoura forment quant à eux un couple de M et Mme Cratchit assez réussi mais il faudrait citer toute la troupe car aucun des comédiens ne démérite (Medhi Vigier en Marley et Fred , June Van Der Esch en Bella et Régis Olivier en jeune Scrooge étrangement ressemblant à l’ancien…).

Quant à l’orchestre de 4 musiciens (Julien Mouchel au piano, Phiippe Cadou à la basse et contrebasse, Jean Marc Garilli aux percussions et Christophe Bruckert au violon et à la guitare électrique) il est présent sur scène tout au long du spectacle mais malheureusement caché par les décors et se devine parfois en fond de scène.

Cette comédie musicale de bonne facture et empreinte d’émotions (préparez vos mouchoirs) ravira sans aucun doute les petits et les plus grands jusqu’au dénouement connu de tous et toujours aussi optimiste et joyeux, dans la plus pure tradition des histoires de Noël.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=