Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Premières solitudes
Claire Simon  novembre 2018

Réalisé par Claire Simon. France. Documentaire. 1h40 (Sortie le 14 novembre 2018).

Premières solitudes. Réalisé par Claire Simon. Documentaire. France. Sortie le 14 novembre 2018. Le matin, ils arrivent au lycée. Les baskets aux pieds, le téléphone à la main, les écouteurs dans les oreilles. Ils rentrent dans le bâtiment par petites grappes.

On les voit de haut. Qui sont-ils, tous ces adolescents réunis, le temps de quelques années, entre les mêmes murs ? Cette question, quelques élèves du cours de cinéma du lycée Romain-Rolland d’Ivry se la posent entre eux, filmés par la caméra de Claire Simon qui a monté avec eux ce projet d’introspection collective.

Les élèves se mettent en scène, souvent deux à deux, dans des décors choisis, sans doute, par leurs soins. Le grand espace un peu triste du lycée qui leur est si familier devient peu à peu un espace intime, où ils s’approprient un bout de couloir, un carré de pelouse. La caméra et la discussion créent ces petites zones de sécurité où la parole se déploie.

On est loin, dans "Premières solitudes", des images traditionnelles ou alarmistes autour des lycéens. Il n’y a pas ici de type ou de clichés, simplement des jeunes gens qui apprennent à dire leurs craintes et leurs espoirs.

Chacun a sa manière de raconter son histoire. La parole est souvent fluide ; elle déborde parfois, à l’image de Hugo qui s’effondre en parlant de la relation difficile qu’il entretient avec un père distant. Ces histoires sont souvent lourdes, et les parents en sont le centre : divorces compliqués, impossibilité à communiquer, adoption. La première interrogatrice du film est l’infirmière scolaire, à qui une jeune élève vient confier ses difficultés ; plus tard dans le film, elle rend visite à son père sur son lieu de travail, un père avec lequel elle avoue avoir du mal à partager.

Et pourtant, le sourire de son papa, tout fier de voir sa fille, dit également l’amour, même muet, qui existe entre ces deux-là. Mais les figures d’adulte existent surtout au travers des récits, et les parents demeurent dans la grande majorité des cas sans visage.

Ce sont souvent des récits de manque. Les adolescents apprennent à se débrouiller tout seul, à créer un monde pour pallier l’absence. Il y a une grande nostalgie chez ces tout jeunes gens, le souvenir des moments de bonheur imprimés sur les photographies, bien rangées dans les albums de famille, le souvenir de liens faciles, évidents avec leurs parents, le temps des vacances ou d’un Noël. Ils ne savent plus très bien comment les renouer, ces liens, face à des adultes qui semblent souvent débordés par leur propre vie.

Pourtant, devant toutes ces histoires si intimes, ces confessions, on ne ressent jamais d’impression d’intrusion. Le spectateur ne se sent pas de trop, pas voyeur. Peut-être est-ce dû au fait que ce soit les adolescents qui s’interrogent entre eux. On voit rarement, au cinéma, la bienveillance, la compassion qui peut exister entre les adolescents.

Dans "Premières solitudes", tous ces jeunes gens prouvent qu’ils savent merveilleusement écouter, laisser parler. Sans se départir de leur humour, parfois mal à l’aise devant ce qu’ils découvrent les uns des autres, ils forment à chaque fois un auditoire attentif. Le spectateur se sent comme eux, respectueux de la parole parfois difficile, ému aux larmes devant cette tendresse.

Les élèves se rassemblent par groupe de plus en plus nombreux, créant de nouvelles dynamiques de parole. Peu à peu, le film s’éloigne du lycée pour conquérir la ville, Ivry d’abord, puis Paris. La parole peut naître partout, au fond d’un bus ou dans le Marais. Des amitiés réelles sont nouées, qui se poursuivent au-delà des murs du lycée.

Claire Simon filme souvent ces adolescents en mouvement : elle conserve les prises où on les voit parcourir le lycée ou les rues de Paris, les escaliers qu’on dévale en riant, les instants de grâce comme cette danse Bollywood qu’une jeune fille exécute avant de l’apprendre, vers la fin du film, à ses amies.

Même si le passé occupe une large place dans ce récit, le spectateur n’oublie jamais qu’il se trouve face à des êtres en train de se faire, en train d’aller, avec plus ou moins de peur, vers leur avenir. Des expériences de leur passé, ils tentent de tirer les leçons, de comprendre ce que signifie aimer, éduquer. Quoiqu’il en soit, ces enfants parfois trop vite grandis avancent avec résolution.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=