Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Confins du monde
Guillaume Nicloux  novembre 2018

Réalisé par Guillaume Nicloux. France. Drame. 1h43 (Sortie le 5 décembre 2018). Avec Gaspard Ulliel Gaspard, Guillaume Gouix, Lang-Khê Tran, Gérard Depardieu, Jonathan Couzini, Kevin Janssens, Anthony Paliotti et François Négret.

En y repensant quelques semaines après l'avoir vu, "Les Confins du monde" de Guillaume Nicloux reste un film mystérieux, un film trivial ou fantasmatique, une plongée documentée dans la jungle indochinoise au début du conflit qui oppose les Français aux communistes de Ho Chi Minh ou une épopée cauchemardesque d'un homme sous opium...

Pour son déjà seizième film, Guillaume Nicloux revisite un genre un peu oublié du cinéma français, celui du film "d'aventures" qui a lieu dans l'Empire colonial français.

Même s'il croit s'être mis dans les pas de la "317ème Section" de Pierre Schoendoerffer, c'est-à-dire d'un film de guerre tellement au plus près des hommes qu'il finit par devenir un documentaire, il reprend le chemin d'un cinéma où tout paraît tourner et reconstituer en studio.

On y sue, on y croupit dans la boue et les eaux fangeuses, on y contracte le paludisme et le mal de la métropole et l'on y déserte pour répondre à l'appel de prostituées si belles dans la lumière chromo de bordels sordides et kitschs.

Les références de Guillaume Nicloux sont des films pas forcément reluisants des années 1930 ou 1950 qui n'ont d'intérêt que pour leur atmosphère lourde, leurs figures d'expatriés au bout du rouleau. On pense aux "Pirates de la nuit" de Christian-Jacque ou aux "Orgueilleux" d'Yves Allégret et aux "Héros sont fatigués" d'Yves Ciampi.

Symptomatique de ce cinéma d'antan est le personnage magnifiquement composé par Guillaume Gouix. Ce faux parigot qui sent Paris dans un ticket de métro conservé à dix-mille kilomètres de la ligne 4 s'est fait la tête d'un Raymond Cordy, semi vedette des films de René Clair.

Pareillement, Gaspard Ulliel, en militaire meurtri, poursuivant une vengeance personnelle dans une guerre qui devient de jour en jour plus opaque, tente d'incarner un héros au-delà du bien et du mal, dont l'horizon final est aussi brumeux et crépusculaire que les paysages qu'il traverse en zombie.

Gaspard Ulliel n'a jamais été aussi bien que dans ces "Confins du monde" de Guilaume Nicloux. La souffrance qu'il s'est infligé pour jouer au petit soldat qui porte cette non-guerre sur ses épaules est vraiment palpable et sa composition vaut celle des acteurs survantés des films américains.

Ses relations avec la belle Lang-Khé Tran, loin de n'être qu'une plastique, et celles avec un Gérard Depardieu totalement juste dans la peau d'un écrivain en chemise ouverte qui manipule l'action, voire est en train de l'écrire, alternent avec le combat qu'il mène contre soi-même.

Cette narration circulaire, saturée d'éléments signifiants, prend peu à peu de la consistance, s'éloigne des anecdotes des films dont elle se nourrit, et parvient grâce aux acteurs, à l'intense photo de David Ungaro et à la musique étonnante de Shannon Wright, à prendre la forme d'une fresque sur un sujet peu et mal traité.

"Aux confins du monde" de Guillaume Nicloux devra attendre quelques passages de télé pour qu'il devienne ou non un film référence. Pour l'heure, il faut le voir comme une tentative de sortir le cinéma français de son petit bain habituel.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=