Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Confins du monde
Guillaume Nicloux  novembre 2018

Réalisé par Guillaume Nicloux. France. Drame. 1h43 (Sortie le 5 décembre 2018). Avec Gaspard Ulliel Gaspard, Guillaume Gouix, Lang-Khê Tran, Gérard Depardieu, Jonathan Couzini, Kevin Janssens, Anthony Paliotti et François Négret.

En y repensant quelques semaines après l'avoir vu, "Les Confins du monde" de Guillaume Nicloux reste un film mystérieux, un film trivial ou fantasmatique, une plongée documentée dans la jungle indochinoise au début du conflit qui oppose les Français aux communistes de Ho Chi Minh ou une épopée cauchemardesque d'un homme sous opium...

Pour son déjà seizième film, Guillaume Nicloux revisite un genre un peu oublié du cinéma français, celui du film "d'aventures" qui a lieu dans l'Empire colonial français.

Même s'il croit s'être mis dans les pas de la "317ème Section" de Pierre Schoendoerffer, c'est-à-dire d'un film de guerre tellement au plus près des hommes qu'il finit par devenir un documentaire, il reprend le chemin d'un cinéma où tout paraît tourner et reconstituer en studio.

On y sue, on y croupit dans la boue et les eaux fangeuses, on y contracte le paludisme et le mal de la métropole et l'on y déserte pour répondre à l'appel de prostituées si belles dans la lumière chromo de bordels sordides et kitschs.

Les références de Guillaume Nicloux sont des films pas forcément reluisants des années 1930 ou 1950 qui n'ont d'intérêt que pour leur atmosphère lourde, leurs figures d'expatriés au bout du rouleau. On pense aux "Pirates de la nuit" de Christian-Jacque ou aux "Orgueilleux" d'Yves Allégret et aux "Héros sont fatigués" d'Yves Ciampi.

Symptomatique de ce cinéma d'antan est le personnage magnifiquement composé par Guillaume Gouix. Ce faux parigot qui sent Paris dans un ticket de métro conservé à dix-mille kilomètres de la ligne 4 s'est fait la tête d'un Raymond Cordy, semi vedette des films de René Clair.

Pareillement, Gaspard Ulliel, en militaire meurtri, poursuivant une vengeance personnelle dans une guerre qui devient de jour en jour plus opaque, tente d'incarner un héros au-delà du bien et du mal, dont l'horizon final est aussi brumeux et crépusculaire que les paysages qu'il traverse en zombie.

Gaspard Ulliel n'a jamais été aussi bien que dans ces "Confins du monde" de Guilaume Nicloux. La souffrance qu'il s'est infligé pour jouer au petit soldat qui porte cette non-guerre sur ses épaules est vraiment palpable et sa composition vaut celle des acteurs survantés des films américains.

Ses relations avec la belle Lang-Khé Tran, loin de n'être qu'une plastique, et celles avec un Gérard Depardieu totalement juste dans la peau d'un écrivain en chemise ouverte qui manipule l'action, voire est en train de l'écrire, alternent avec le combat qu'il mène contre soi-même.

Cette narration circulaire, saturée d'éléments signifiants, prend peu à peu de la consistance, s'éloigne des anecdotes des films dont elle se nourrit, et parvient grâce aux acteurs, à l'intense photo de David Ungaro et à la musique étonnante de Shannon Wright, à prendre la forme d'une fresque sur un sujet peu et mal traité.

"Aux confins du monde" de Guillaume Nicloux devra attendre quelques passages de télé pour qu'il devienne ou non un film référence. Pour l'heure, il faut le voir comme une tentative de sortir le cinéma français de son petit bain habituel.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=