Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce No society
Christophe Guilluy  (Editions Flammarion)  octobre 2018

Voilà donc un petit ouvrage particulièrement érudit, hautement d’actualité, dont on commence à entendre de plus en plus parler qui vient de sortir chez Flammarion. Son auteur, Christophe Guilluy, est un géographe éminent, déjà auteur de deux essais très remarqués, La France périphérique et Le crépuscule de la France d’en haut. Son titre, No society, tout droit sorti d’une phrase de Margaret Thatcher en octobre 1987, "there is no society".

Il y a donc trente ans, la premier ministre britannique n’avait pas peur d’annoncer que la société, ça n’existe pas. Depuis, son message a été entendu par l’ensemble des classes dominantes occidentales. Il a pour conséquence la grande sécession du monde d’en haut qui, en abandonnant le bien commun, plonge les pays occidentaux dans le chaos de ce que l'auteur appelle la société relative.

La crise de la représentation politique, l’atomisation des mouvements sociaux, la citadellisation des bourgeoisies, le marronnage des classes populaires et la communautarisation sont autant de signes de l’épuisement d’un modèle qui ne fait plus société. La vague populiste qui traverse le monde occidental n’est que la partie visible d’un soft power des classes populaires qui contraindra le monde d’en haut à rejoindre le mouvement réel de la société ou bien à disparaître.

La thèse de l’ouvrage de Christophe Guilluy est claire, nous allons irrémédiablement vers la fin de la classe moyenne occidentale. Son argumentation et sa démonstration sont percutantes, construites autour de trois parties passionnantes. La première partie nous montre tout d’abord qu’il émerge un monde de périphérie, construit sur les ruines de la classe moyenne, mettant en place une nouvelle géographie sociale et politique. Trois espaces se détachent : les métropoles mondialisées et riches, la banlieue d’immigration et la périphérie prolétaire. L’auteur nous montre que le processus de disparition de l’ancienne classe moyenne est engagé, quel que soit le contexte économique.

La seconde partie nous explique qu’avec la disparition de la classe moyenne occidentale, la lutte des classes est révolue, gagnée depuis longtemps par les riches. La bourgeoisie se replie et fait front face aux vagues populistes, amenant au pouvoir nos présidents. Elle crée les conditions de l’impuissance des pouvoirs publics, plébiscite un modèle fondée sur la division internationale du travail et feint de déplorer l’explosion du chômage et de la précarité. Elle crée un chaos tranquille dans lequel les revendications catégorielles, individuelles et communautaires ne sont plus vraiment un danger tout simplement car le bien commun n’est plus un objectif.

La troisième partie vient rompre avec le fatalisme des parties précédentes. L’auteur montre que les classes populaires, dans lesquelles se fondent les classes moyennes reviennent au premier plan en utilisant un soft power, le populisme, pure produit de la disparition de la classe moyenne et non pas de la propagande ou du talent de quelques tribuns.

Vous l’avez donc compris, le dernier ouvrage de Christophe Guilluy est un formidable ouvrage pour mieux comprendre les sociétés occidentales dans leur fonctionnement et leurs modifications. En s’appuyant sur de nombreux exemples issus de nombreux pays, dont la France, il nous explique de façon particulièrement didactique les mouvements de nos sociétés.

Les élections à venir, particulièrement les européennes, valideront peut-être, les théories développées par l’auteur. En attendant, je vous invite vivement à lire ce formidable ouvrage qui risque de vous ouvrir les yeux avant d’aller voter.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Christophe Guilluy


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=