Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Soeurs (Marina & Audrey)
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  novembre 2018

Duetto dramatique écrit et mis en scène par Pascal Rambert interprété par Audrey Bonnet et Marina Hands.

Alors que Marina (Marina Hands) prépare la conférence sur l'humanitaire qu'elle va donner dans quelques heures, sa soeur Audrey (Audrey Bonnet) fait irruption dans la salle avec sa valise. Et dès les premiers mots, on comprend qu'elles ne sont pas forcément heureuses de se revoir.

Trente ans plus tard, à l'occasion de la mort de la mère, dont Audrey reproche à sa soeur de ne pas l'en avoir avertie, elle est venue "tout débloquer". Démarre alors un échange d'une violence ininterrompue. Au caractère volcanique d'Audrey répond l'arrogance et l'ironie de Marina. Et l'on va assister à un immense échange de théâtre...

Après les avoir fait jouer toutes les deux dans sa précédente pièce "Actrice", écrire pour ses deux comédiennes-là est apparu comme une évidence à Pascal Rambert, tant il les a trouvées complémentaires. Et il est vrai que cet équilibre entre elles était d'une rare perfection.

L'attente était donc grande de retrouver ces deux immenses actrices partageant le plateau et l'on se demandait ce qu'il allait bien pouvoir trouver pour les réunir. On espérait que ce texte aurait la même force que celui de "Reconstitution", son précédent texte écrit pour Véro Dahuron et Guy Delamotte (du Panta Théâtre de Caen), entrant dans la vérité des êtres avec une émouvante sincérité.

Côté scénographie, rien de nouveau : on retrouve les éternels néons et les sièges de couleurs. Rien ici ne va parasiter l'échange entre les deux femmes où affleurent par bribes les blessures d'enfance.

Il y a celle qui a réussi à être une nageuse de haut niveau (Marina) et celle qui s'acharnait à l'imiter (Audrey) de manière peu concluante. La cadette a vécu des années durant dans l'ombre de sa soeur, l'enfant prodige, sorte de Shirley Temple de la famille, ce qui l'a plongée dans l'affliction.

Il est beaucoup question de la langue entre elle, héritage de leur parents pour qui cela revêtait une importance capitale. Audrey écrit maintenant, elle est critique d'art. C'est l'intellectuelle des deux. Celle qui maîtrise incontestablement mieux les mots, mais se permet pourtant quelques néologismes et dit aussi à Marina : "Si je détruis ta langue, je te détruis toi".

Soudain, à la faveur d'une musique écoutée (un remix de "Wonderful life" de Black) comme une pause, un cessez-le-feu et d'une danse partagée, elles se retrouvent adolescentes, rient ensemble, se rappelant les premiers émois à Bagdad où elles ont vécu jadis en suivant un père ethnologue.

On se dit alors que la musique a tempéré leur ardeur et qu'elles vont se réconcilier. Il n'en est rien puisque les hostilités reprendront et surviendront alors deux monologues sublimes dont le dernier dit par Marina, qui semble s'adresser autant à sa soeur qu'au monde entier, est sûrement un des plus forts du théâtre de l'auteur de "Clôture de l'amour".

A l'issue de ce duel d'une rare intensité, semblable à un combat de boxe, où la parole aura joué son rôle, on comprendra tout l'amour empêché qu'elles ont l'une pour l'autre ; cette souffrance pour chacune de son côté, que l'occasion de ce deuil a enfin permis de réunir et de partager.

Les deux comédiennes dans cet échange de haute tension se rendent coup pour coup et jouent avec une force et une variété de jeu stupéfiantes. Elles sont extraordinaires.

Pascal Rambert signe sans doute avec "Soeurs" sa plus grande pièce et offre à ces deux grandes comédiennes une partition éblouissante qui parle de l'amour et du monde. Et démontre avec éloquence que sans amour, il ne pourra être sauvé.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=