Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Soeurs (Marina & Audrey)
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  novembre 2018

Duetto dramatique écrit et mis en scène par Pascal Rambert interprété par Audrey Bonnet et Marina Hands.

Alors que Marina (Marina Hands) prépare la conférence sur l'humanitaire qu'elle va donner dans quelques heures, sa soeur Audrey (Audrey Bonnet) fait irruption dans la salle avec sa valise. Et dès les premiers mots, on comprend qu'elles ne sont pas forcément heureuses de se revoir.

Trente ans plus tard, à l'occasion de la mort de la mère, dont Audrey reproche à sa soeur de ne pas l'en avoir avertie, elle est venue "tout débloquer". Démarre alors un échange d'une violence ininterrompue. Au caractère volcanique d'Audrey répond l'arrogance et l'ironie de Marina. Et l'on va assister à un immense échange de théâtre...

Après les avoir fait jouer toutes les deux dans sa précédente pièce "Actrice", écrire pour ses deux comédiennes-là est apparu comme une évidence à Pascal Rambert, tant il les a trouvées complémentaires. Et il est vrai que cet équilibre entre elles était d'une rare perfection.

L'attente était donc grande de retrouver ces deux immenses actrices partageant le plateau et l'on se demandait ce qu'il allait bien pouvoir trouver pour les réunir. On espérait que ce texte aurait la même force que celui de "Reconstitution", son précédent texte écrit pour Véro Dahuron et Guy Delamotte (du Panta Théâtre de Caen), entrant dans la vérité des êtres avec une émouvante sincérité.

Côté scénographie, rien de nouveau : on retrouve les éternels néons et les sièges de couleurs. Rien ici ne va parasiter l'échange entre les deux femmes où affleurent par bribes les blessures d'enfance.

Il y a celle qui a réussi à être une nageuse de haut niveau (Marina) et celle qui s'acharnait à l'imiter (Audrey) de manière peu concluante. La cadette a vécu des années durant dans l'ombre de sa soeur, l'enfant prodige, sorte de Shirley Temple de la famille, ce qui l'a plongée dans l'affliction.

Il est beaucoup question de la langue entre elle, héritage de leur parents pour qui cela revêtait une importance capitale. Audrey écrit maintenant, elle est critique d'art. C'est l'intellectuelle des deux. Celle qui maîtrise incontestablement mieux les mots, mais se permet pourtant quelques néologismes et dit aussi à Marina : "Si je détruis ta langue, je te détruis toi".

Soudain, à la faveur d'une musique écoutée (un remix de "Wonderful life" de Black) comme une pause, un cessez-le-feu et d'une danse partagée, elles se retrouvent adolescentes, rient ensemble, se rappelant les premiers émois à Bagdad où elles ont vécu jadis en suivant un père ethnologue.

On se dit alors que la musique a tempéré leur ardeur et qu'elles vont se réconcilier. Il n'en est rien puisque les hostilités reprendront et surviendront alors deux monologues sublimes dont le dernier dit par Marina, qui semble s'adresser autant à sa soeur qu'au monde entier, est sûrement un des plus forts du théâtre de l'auteur de "Clôture de l'amour".

A l'issue de ce duel d'une rare intensité, semblable à un combat de boxe, où la parole aura joué son rôle, on comprendra tout l'amour empêché qu'elles ont l'une pour l'autre ; cette souffrance pour chacune de son côté, que l'occasion de ce deuil a enfin permis de réunir et de partager.

Les deux comédiennes dans cet échange de haute tension se rendent coup pour coup et jouent avec une force et une variété de jeu stupéfiantes. Elles sont extraordinaires.

Pascal Rambert signe sans doute avec "Soeurs" sa plus grande pièce et offre à ces deux grandes comédiennes une partition éblouissante qui parle de l'amour et du monde. Et démontre avec éloquence que sans amour, il ne pourra être sauvé.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=