Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bérénice Paysages
Théâtre de Belleville  (Paris)  décembre 2018

Monologue dramatique d'après l'oeuvre de Jean Racine interprété par Mathieu Montanier dans une mise en scène de Frédéric Fisbach.

Quoi de plus intime que la loge d’un artiste ? Cet endroit où le comédien quitte rôle et costume pour redevenir individu ? C’est dans cette intimité que débute et emmène "Bérénice Paysages".

Le choix du metteur en scène de présenter un comédien, Mathieu Montanier, répétant son texte sur plateau script en mains avant qu’il ne l’abandonne, la matière inerte du texte prenant bientôt une substance bouleversante par le corps, marque la beauté inédite de cette création.

Appuyée par des jeux de lumières de Léa Maris accompagnants le parcours du comédien à travers le texte, la scénographie moderne de Charles Chauvet sert une compréhension résolument contemporaine de la poésie tragique de "Bérénice".

Vingt ans après avoir monté "Bérénice", le metteur en scène Frédéric Fisbach retourne à cette tragédie de Racine par "amour de cette langue". Dans cette mise en abyme du comédien au travail sur scène perché sur une table d’où il se démaquille, se lave, se change, le texte de Racine est d’abord murmuré et parfois hésitant sur fond de musique classique. Le murmure s’amplifie alors que le personnage/comédien intègre les mots et le sens des tirades qu’il récite avant que son corps ne s’anime à mesure qu’il les vit.

Alternant des tirades de Titus, Bérénice et Antiochus, les choix d’extraits du "Bérénice" original concentrent l’intention de cette création sur la souffrance créée par la séparation d’êtres qui s’aiment. Là réside le tragique universel de cette pièce de Racine qu’expose cette création ; dans ce déchirement dont la douleur nous parvient ici d’une seule voix.

Les personnages se confondent alors que le comédien semble de plus en plus possédé par les émotions terribles, les tourments physiques qu’expriment, dans le texte, ceux qu’il incarne tour à tour.

"Everybody wants to be loved". Cette musique, choix qui accompagne avec pertinence "Bérénice Paysages", ramène aux fondamentaux humains exprimés dans le texte remanié de Racine, autant que dans la richesse du jeu de Mathieu Montanier.

Tout le monde veut être aimé, c’est cette vérité qui heurte le sensible. Quand le texte incarné prend toute son ampleur dans la compréhension viscérale du comédien des mots qu’il déclame, leur portée n’en est que plus forte pour le public qui vie avec lui la violence et la douleur de ce que ces mots transportent, animés par une voix humaine.

La symbiose finale des trois personnages dans le corps seul du comédien renvoie à l’humanité universelle contenue dans cette tragédie racinienne. Face au public dans un halo de lumière ne découvrant que son visage, la beauté terrible de la langue dont les émotions sont réellement vécues par le personnage/comédien nous sont livrées dans une sobriété totale. Une dernière confession où les yeux et la voix seules concentrent, dans une tension fulgurante avec le public, les transports si humains des personnages de Racine.

Une expérience artistique mémorable dans cette création où le sens et le tragique de "Bérénice" parviennent dans une limpidité inédite. La poésie de Racine et son universalité n’ont jamais été aussi intelligibles.

J. Wattel

 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2024 : Garder le cap !

Musique, cinéma, théâtre, création artistique en général, Froggy's Delight est toujours là pour vous proposer ses coups de coeur, en attendant d'aller faire un tour à Avignon !
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Love changes everything" de Dirty Three
"Miss flower" de Emiliana Torrini
"Fauréver (A Tribute to Gabriel Fauré)" de Enrico Pieranunzi, André Ceccarelli, Diego Imbert
Présentation des Vieilles Charrues #32
"Hubble" de Hubble
"Ambiance agile" de L'Étrangleuse
"Les ravissements" de Maud Lübeck
"Précipice" de Maudits
"Eden, fall" de Melaine Dalibert
"Barbara Vol.1 (Plastèque planet)" de Nouriture
"Aero" de Persuasive
"Melancolia felice" de Sunshade
Sonic Winter, Snatcher, Hum Hum, L'Ambulancier, little Odetta et quelques autres clips à découvrir
et toujours :
"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)
et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=