Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Utoya 22 juillet
Erik Poppe  décembre 2018

Réalisé par Erik Poppe. Norvège. Drame. 1h33 (Sortie 12 décembre 2018). Avec Andrea Berntzen, Müller Osbourne, Aleksander Holmen, Brede Fristad, Sorosh Sadat, Daniel Sang Tran et Mariann Gjerdsbakk.

Personne n'a oublié ce qui s'est passé en Norvège, le 22 juillet 2011. Dans l'île d'Utoya a lieu un camp de jeunes militants du parti travailliste. Ils sont 500 dans cette petite île pas très loin d'Oslo quand, à 17 h 22, retentissent des coups de feu.

Anders Behring Breivik donne le départ de ce qui sera l'un des plus grands massacres de tous les temps perpétré par un seul homme. Pour la première fois, l'Europe connaît l'un de ces drames qui endeuillent régulièrement les États-Unis.

"Utoya 22 juillet" d'Erik Poppe raconte le plus fidèlement possible ce qui s'est passé. Mais il a choisi la forme de la fiction et suit quasiment en temps réel une jeune fille et son entourage pris dans la fusillade.

De prime abord, on pourrait se demander quel est l'intérêt de reconstituer un "fait-divers" dont on connaît tous les tenants et les aboutissants. Comment peut-on "fictionner" une histoire forcément banale dans son déroulement et, ô combien, morbide ?

Erik Poppe a trouvé le bon angle d'attaque : on ne verra jamais l'assassin. Son film est une constante fuite éperdue des personnages qui ne savent pas d'où vient le danger. Paniqués, les uns et les autres se croisent, tentent de se cacher, de trouver un endroit idéal pour échapper à la mort.

Ils entendent des bruits mais ignorent d'où ils proviennent. Alors certains se jettent dans la gueule du loup", d'autres se protègent momentanément mais l'invisible et diabolique Breivik peut, à tout moment, changer de route et les abattre.

Quelque part, "Utoya 22 juillet" d'Erik Poppe rappelle "The Blair Witch Project". C'est un film d'horreur diffuse avec un suspense très bien menée. La caméra pourrait être totalement subjective et être les yeux de la jeune adolescente que le cinéaste suit constamment. On ressent ses peurs, ses battements de cœur plus rapides, ses moments de relâchement et ces instants d'extrême tension.

Qui plus est, on ne sait pas quel sera son sort final. Si l'on raisonne en se souvenant que Breivik a tué 69 personnes et en a blessé encore plus, on se dit qu'elle a eu un peu plus d'une chance sur deux d'en sortir indemne.

Bien entendu, on ne révèlera pas la fin du film qui s'avère haletant de bout en bout. Jamais voyeuriste ni larmoyant, il donne une vision "objective" de ce qui a dû vraiment arriver pendant ces longues minutes d'angoisse pour ces très jeunes gens. Pour parvenir à ce résultat, le réalisateur s'est entouré de rescapés qui lui ont permis de bien restituer les faits et l'état dans lequel ils se trouvaient.

"Utoya 22 juillet" d'Erik Poppe est une réussite, un vrai moment de cinéma et un hommage pudique à ses jeunes immolés sur l'autel du fanatisme.

En prenant des non-professionnels pour incarner les victimes de Breivik, le réalisateur a certainement fait le bon choix car on a l'impression qu'ils auraient pu être parmi les victimes et leur effroi et leur désarroi ne paraissent pas jouer.

En sortant de la salle, on a une pensée pour tous ceux qui sont morts figés dans l'incompréhension de ce destin absurde qu'a scellé pour eux Anders Behring Breivik.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=