Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Japon - Japonismes 1867- 2018
Musé des Arts Décoratifs  (Paris)  Du 15 novembre 2018 au 3 mars 2019

Avec l'exposition "Japon - Japonismes" inscrit dans le cadre de la célébration du 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France, le Musée des Arts Décoratifs, pionnier en matière d'art japonais depuis sa fondation en 1864 et dont il détient l'un des plus importants fonds en France, s'est engagé dans une entreprise pharaonique.

En effet, il a souhaité mettre en valeur simultanément, et sur une très large période, de 1867 à 2018, mais sans opter pour un parcours chronologique, les collections de tous ses départements - arts décoratifs, design, bijoux, mode, textile, papiers peints, publicité, graphisme et jouets - et ce, à la façon "pêle-mêle".

Ainsi la monstration riche de plus d'un millier de pièces procède à une mise en regard des pièces japonaises et japonisantes françaises, anciennes et contemporaines, selon un parcours qualifié de thématique qui s'avère dépourvu de logique et surtout de cartels permettant d'identifier les pièces exposées ce qui ne s'avère guère aisé pour le visiteur néophyte auquel il est donc conseillé une déambulation guidée par le plaisir des yeux.

Conçue sous le commissariat de Olivier Gabet et Béatrice Quette, respectivement directeur et conservatrice des collections asiatiques du musée, Noriko Kawakami, directrice de la fondation d’Issey Miyake à Tokyo, Masanori Moroyama, commissaire en chef honoraire du Musée national d’Art moderne de Tokyo et la créatrice de mode Junko Koshino, elle se déroule sur trois niveaux scénographiés par l'architecte japonais Sou Fujimoto.

S'inspirant de l'esthétisme nippon, celui-ci réalise une prouesse pour sublimer les objets présentés, à la manière du cabinet de curiosités des collectionneurs, dans les vitrines fixes des deux premiers étages en plaçant les espaces dans un éclairage feutré et les rythmant avec des supports et des inserts fabriqués avec le papier blanc utilisé pour les estampes

Japon - Japonismes : une exposition monde

L'exposition commence par une introduction rétrospective intitulée "les acteurs de la découverte" qui évoque, avec l'avènement de l'Ere Meiji, l'ouverture à l'international de l'ancestral japon autarcique avec sa participation active aux expositions universelles, époque retracée par l'exposition "Meiji - Splendeurs du Japon impérial" qui se tient concomitamment au Musée Guimet, le rôle des collectionneurs et marchands français dans le négoce d'une production destinée à l'exportation qui a entraîné la vogue du japonisme soutenu par les expositions d'art japonais.

Des retours vers le passé scandent également l'exposition avec une série de vitrines consacrées à l'art japonais antérieur à cette époque et un focus sur le style Rinpa né au 17ème siècle qui fait l'objet d'une monstration dédiée "Trésors de Kyoto - Trois siècles de peinture Rinpa" au Musée Cernushi.

Ensuite, parmi les cinq thématiques annoncées, celles de la nature, du temps et du mouvement s'avèrent redondantes dès lors qu'elles se conjuguent dans l'art japonais ancré dans la représentation de la flore, qui par essence, évolue au fil du temps et le mouvement est inhérent à celle de la faune.

Par ailleurs, d'autres vitrines regroupent des objets relatifs aux rituels et croyances ou à la cérémonie du thé, aux bibelots miniatures, aux affiches et costumes des spectacles du début du 20ème siècle et même à la mode japonisante de ce temps.

Une belle sélection de meubles et d'objets au design ultra-contemporain réalisés en métal, telles les pièces réalisées par la maison Kaikado, ou en grès clôt le deuxième niveau.

La mode est au coeur de la thématique "Innovation" qui, avec la déferlante nippone des années 80 portée notamment par Kenzo, Rei Kawabuko, Issey Miyake et Yohji Yamamoto initiant une rupture stylistique radicale en révolutionnant tous les codes avec le minimalisme et la déconstruction du vêtement.

Trois décennies après, ils tiennent toujours le haut du pavé de la mode parisienne alors qu'une nouvelle génération dont Yuima Nakazato est déjà prête à prendre la relève.

Outre la mode et le graphisme avec un hommage au au graphiste Tanaka Ikko qui hybridait la tradition japonaise et l'abstraction géométrique occidentale et a collaboré avec Issey Miyake, le troisième niveau présente un conséquent florilège d'objets d'intérieur avec des luminaires inédits et une conséquente sélection de céramiques.

Une une exposition foisonnante qui ne saurait donc se découvrir au pas de charge.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée des Arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=