Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mathieu Herzog & Ensemble Appassionato
Mozart : Les trois dernières symphonies  (Naïve)  novembre 2018

"Le vrai génie sans cœur est un non-sens. Car ni intelligence élevée, ni imagination, ni toutes deux ensembles ne font le génie. Amour ! Amour ! Amour ! Voilà l’âme du génie". W.A. Mozart (1756-1791)

Dans le livret de ce disque, le jeune chef d’orchestre Français Mathieu Herzog insiste sur le fait que : "la musique de Mozart doit être complètement vivante et continuer à évoluer avec nous".

Dire qu’ici Mozart est vivant un euphémisme. Il hurle de joie, il pleure, il crie, il s’esclaffe, il gémit. Cette superbe interprétation pleine d’énergie, d’une rare finesse et d’intensité des trois dernières symphonies de Mozart se situe dans la suite de celle d’Harnoncourt en ce qui concerne l’articulation, le phrasé mais en s’inscrivant dans une démarche esthétique avec une véritable contemporanéité : en utilisant des instruments modernes par exemple. Il y a donc une envie clairement affichée de rassembler, de réunir esprit baroque et moderne dans un même geste musical.

Mathieu Herzog est un chef d’orchestre d’une forte intelligence musicale, interprétative avec un réel geste artistique assumé et son orchestre Appassionato, qui s’est créé autour de la quarantième de Mozart et a inscrit le compositeur Viennois dans son ADN, est un ensemble d’une très grande virtuosité (ah ces timbres d’une magnifique clarté !), avec une direction musicale, un sens de l’écoute (l’orchestre s’est construit avec des musiciens chambristes) allant dans la même perception. Il y a ici l’essence même du sturm und drang. On vibre de milles couleurs, de milles dynamiques, de milles nuances. C’est enlevé, poétique, cela frappe fort autant que cela caresse avec une infinie douceur. C’est tranchant, fougueux et pleins de vie pour en revenir à la phrase de Mathieu Herzog.

Les trois symphonies sont reliées dans une sorte de triptyque et forment un tout. Composées à quelques semaines d'intervalle au cours de l’année 1788, ces trois œuvres n'ont jamais cessé d'interroger. Sont-elles le fruit d’une commande ? Dans quel sens esthétique ont-elles été composées ? Ont-elles été jouées, alors qu'on ne garde aucune trace de leur exécution en concert ? Mathieu Herzog ne force jamais le trait et construit un ensemble cohérent (dans le choix des tempi, dans les rubatos, dans la conduite des phrases, les progressions harmoniques...). Une superbe interprétation d'une ardeur presque tourmentée qui s’inscrira sans nul doute dans la durée. Indispensable dans toute discothèque Mozartienne donc.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Mathieu Herzog
Le Facebook de Mathieu Herzog
Le site officiel de Ensemble Appassionato
Le Soundcloud de Ensemble Appassionato
Le Facebook de Ensemble Appassionato


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=