Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Julia Holter
Aviary  (Domino Record)  octobre 2018

"What I’ve come to realize is all music is political (…) It’s not like I’m inserting politics into my songs, it’s just there, just like it’s inherently personal (…) But parts of me are in it, when people ask if my work is "political" or "personal", yes it’s both of those things, as is all art, all art is political and personal whether it wants to be or not." Julia Holter

Il y a des disques dont on sait dès la première écoute qu’il en faudra de très nombreuses autres pour l’apprécier pleinement, le comprendre et le goûter à sa juste valeur. Cet Aviary en fait partie. Mais c’est quelque chose de récurrent chez la chanteuse Américaine, c’est même une marque de fabrique : un univers sonore sophistiqué n’oubliant jamais d’être mélodique, s’affichant comme la digne fille spirituelle de Laurie Anderson et de Kate Bush, de celles qui concilient avant-garde, musiques ambitieuses et émotions.

Telle une prêtresse, d’une sensibilité évanescente et irradiante confinant parfois à un abandon des sens, entre rock, pop, "classique", jazz, folk, musiques traditionnelles ou médiévales (elle entretient des liens resserrés avec la littérature et la musique du Moyen Age) et polyphonies vocales, elle semble souvent survoler de sa voix les chansons, entre instruments terrestres et voix aériennes, rythmes et percussions comme un cœur battant.

Elle travaille sur les timbres, le grain sonore, les atmosphères, les différentes dynamiques et harmoniques. Tout un monde lointain. Elle va jusqu’au bout de ses idées, les chansons ne peuvent pas durer deux minutes trente, elles affichent donc en majorité le double voire le triple. De toute façon, une fois le disque lancé, le temps n’a plus d’emprise sur l’auditeur. 90 minutes environ, c’est le temps de cet Aviary. 90 minutes où les formes et les structures traditionnelles sont constamment renversées. 90 minutes où il faut autant avoir une vue d’ensemble sur ce disque que sur ces nombreux détails.

Chaque instrument est agencé en fonction de ses qualités sonores, de la façon dont il accompagnera les autres, du monde qu’il développe (la harpe Ravélienne dans "Voce Simul" est un exemple parmi beaucoup d’autres) avec forcément une noblesse dans la recherche de couleur et de sonorités magiciennes. En cela, elle n’est pas si éloignée d’Olivier Messiaen avec ces couleurs et cette musique qui évoque le chant des oiseaux.

Le titre de l'album provient d'une réplique d'une nouvelle de Etel Adnan : "I found myself in an aviary full of shrieking birds". Et c’est peut-être là le sommet de ce disque, cette profondeur de son avec des arrangements aussi éclatants qu’élégants, au-delà d’une écriture parfois nébuleuse pourtant d’une rare finesse, dans sa conception contrapuntique notamment, mais que l’on retrouve dans ses paroles qui ont tendance à être parsemées de références historiques et de citations ésotériques. Ce n’est pas un hasard donc si on a souvent l’impression de planer, comme en apesanteur. Un disque dont il ne faudra absolument pas se priver !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Julia Holter en concert au Festival La Route du Rock #26 (dimanche 14 août 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Julia Holter
Le Bandcamp de Julia Holter
Le Soundcloud de Julia Holter
Le Facebook de Julia Holter


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=