Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Asako I & II
Ryusuke Hamaguchi  janvier 2018

Réalisé par Ryusuke Hamaguchi. Japon/France Comédie dramatique. 1h59 (Sortie le 2 janvier 2019). Avec Masahiro Higashide, Erika Karata, Koji Seto, Daichi Watanabe, Sairi Itô, Kôji Nakamoto, Misako Tanaka et Rio Yamashita.

Pour le cinéma japonais, l'année 2018 aura été une grande année. Que ce soit du côté de l'animation, avec quelques chefs-d'oeuvre de plus comme "Mirai, ma petite sœur", ou de la fiction avec évidemment la Palme d'Or accordée à Hirokazu Kore-Eda pour "Une affaire de famille".

Elle aura été aussi la confirmation du grand talent de Masahiro Higashide, dont on avait pu voir il y a quelques mois le film fleuve "Senses".

Asako, c'est une jeune fille japonais, qui tombe amoureuse de Baku, un garçon mystérieux, un mélange de "bad boy" et de "Rimbaud". Quelqu'un de pas conventionnel du tout à l'heure qui électrise Asako à l'heure où elle termine ses études et qui pourrait l'entraîner dans une vie pas commune, loin de ce qu'on attend d'une gentille fille bonne élève.

Mais ce qu'il lui avait prédit advint : il disparaît du jour au lendemain... La laissant seule avec un amour énorme devenu un vide énorme.

Au point qu'elle quitte Osaka pour Tokyo et qu'elle fait formellement son deuil de l'amour perdu qu'elle n'arrive pas à retrouver, mais qu'elle se sent incapable de vivre autre chose... Sauf qu'un jour, après de longues années, elle tombe sur le "double" de Baku, le double "gentil", voire banal, en la personne de Ryohei.

Va-t-elle tomber amoureuse de cette réplique apparemment lisse ? Que se passerait-il alors si Baku, comme il lui avait dit aussi, finissait irrémédiablement par revenir ? Comment s'en sortirait-elle ?

"Asako I & II" de Ryusuke Hamaguchi pourrait n'être qu'un film à l'eau de rose tiré d'un roman d'amour, mais c'est sans compter sur la patte brillante d'un réalisateur qui sait parler d'un âge que l'on ne voit que rarement dans les films nippons, celui des jeunes adultes proches de la trentaine. Ceux pour qui les portes sentimentales se referment et qui doivent accepter la position que le sort leur a accordé.

Le dilemme qu'Asako va soudain vivre n'est pas donné à tout le monde au Japon. Elle peut choisir, ou croit pouvoir choisir, entre un Rimbaud devenu Kurt Cobain, et un garçon ordinaire pour qui elle ne sera pas une muse mais une compagne dans la vie, celle qui sera avec lui dans les joies et les épreuves du quotidien.

Chosira-t-elle l'aléa au risque d'y laisser corps et âme, ou la rectitude d'une vie semblable à bien des vies...

Prenant, émouvant, discernant bien ce qu'être jeune peut être quand la gravité de l'existence se fait tout à coup, "Asako" de Ryusuke Hamaguchi est un film fort qui vaut aussi par le couple formé par Erika Karata et Masahiro Higashide.

La réunion d'une comédienne encore débutante, et parfaite pour le rôle, et d'un comédien expérimenté déjà starifié n'était pas évidente, d'autant que Masahiro Higashide devait jouer les deux personnages semblables mais très différents se succédant dans le cœur d'Erika Karata.

À l'instar de quelques réalisateurs coréens, Ryusuke Hamaguchi se réclame d'Eric Rohmer et l'on ressent effectivement une parenté diffuse entre le maître français et le jeune cinéaste nippon dont le cinéma n'en est qu'à ces prémisses.

Si l'on peut voir ici quelques réminiscences de "Ma Nuit chez Maud", reste à savoir si l'oeuvre à venir du jeune japonais emboîtera le pas de l'auteur des "Contes Moraux" vers un cinéma délicatement cérébral et espièglement joueur. On l'espère !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=