Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un cadenas sur le coeur
Laurence Teper  (Quidam Editeur)  janvier 2019

Il est de ces non-dits ancestraux qui font l’effet d’une enclume, un poids invisible qui plane en permanence sur les têtes des aïeux, que les plus jeunes croient être le fantôme d’un arrière-papy, et qui est au fond la traînée de la honte née d’un choix révolu…

Laurence Teper a créé sa propre maison d’éditions après avoir enseigné le français dans un lycée parisien. Et c’est par une froide nuit de septembre qu’elle décida de s’y coller aussi, à l’écriture of course (je suppose que l’envie d’écrire ne lui a pas poussé d’un coup mais j’aime l’image de l’ampoule qui s’allume au-dessus du crâne comme une connectique inspirée…).

Son premier roman s’intitule Un cadenas sur le cœur, une bien douce formule pour illustrer précisément cette présence ectoplasmique des secrets de famille. Et non, il ne s’agit pas de l’ingrédient secret pour décoller du papier peint sans galérer, mais bien d’un gros machin enfoui dans les méandres des mémoires âgées aux bouches désormais scellées.

Années 60, une famille ordinaire, Claire Meunier sautille avec insouciance dans l’enfance d’une banlieue quelconque dont le nom m’échappe, quelque part en France. Claire ne comprend pas ses parents qui ne semblent pas éprouver ce que les couples sont sensés éprouver. Claire en a sa claque de l’échelle sociale et des convenances.

Elle est adolescente, spectatrice des conversations des adultes vieillissants, elle réfléchit beaucoup et se demande souvent ce qu’elle fait là, parfois pourquoi elle y est. Puis elle vieillit, elle aussi, quitte le nid familial et fonde sa propre famille. Rien de moins qu’une vie ordinaire dans un coin ordinaire. En apparence seulement.

Derrière ce qui semblent être les réactions d’un personnage irascible au caractère susceptible et franchement pénible, se cache un irrépressible besoin de comprendre son entourage. C’est exactement là que se trouve le talent de l’auteur, qui réussit la prouesse de nous décrire avec pudeur la fragilité derrière les mines boudeuses.

Claire aime profondément sa famille, à la manière un peu bourrue qu’affectionnent le plus souvent les hommes et leurs accolades préhistoriques. Couche après couche, question après question, elle gratte lentement les superpositions de mensonges allègrement colportés par les anciens jusqu’à sortir de sa caverne et d’être aveuglée par la réalité des faits.

Un cadenas sur le cœur est un roman intelligent sur la quête acharnée de la vérité. Laurence Teper décrit l’accouchement d’un esprit lié à une histoire familiale engoncée dans les tabous et les mensonges, une maïeutique en trois actes, le puzzle d’une vie lentement constitué.

 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=