Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Certains l'aiment chaud (Some like it hot)
Billy Wilder  janvier 2018

Réalisé par Billy Wilder. Etats Unis. Comédie. 2h01 (Sortie le 9 septembre 1959). Avec Marilyn Monroe, Tony Curtis; Jack Lemmon, George Raft, Pat O'Brien, Joe E. Brown, Nehemiah Persoff et Joan Shawlee.

Marilyn, mèche folle au coin de l'oeil, chante dans le wagon. Elle tient son petit ukulélé, ses hanches chavirent, sa voix monte en puissance. Derrière elle joue l'orchestre de jazz.

Sweet Sue and her society syncopators compte deux nouveaux membres ce soir. Deux femmes, assez grandes, bien bâties. Une saxo et une contrebasse. Deux femmes qui sont en réalité des hommes, déguisés pour passer l'hiver au chaud en Floride, mais ça personne ne le sait.

Le plan était certes un peu désespéré, mais quand on est poursuivi par Colombo-les-guêtres pour avoir été les témoins involontaires d'un meurtre, on sait choisir le moindre mal. Le projet est simple : se tenir à carreau. Mais ce n'est pas si évident pour Joe de faire profil bas quand la plus que charmante Sugar Kane lui avoue tomber immédiatement dans les bras des joueurs de saxo.

Dans "Some like it hot (Certains l'aiment chaud)", tout semble réversible. La comédie de Billy Wilder commence comme un film noir, corbillard, voitures de police et speakeasy en tête. L'auteur de "Double indemnity" et de "Sunset Boulevard" en maîtrise à la perfection tous les codes, et en livre une parodie savoureuse.

Il s'inspire notamment des grandes heures du film criminel des années 1930, redonnant à George Raft un rôle de gangster, faisant réapparaître la pièce de monnaie de Scarface, signature de son personnage, ou réinvenant, au détour d'une scène de banquet, une variante à la scène du pamplemousse de Public Enemy, de William Wellman. Wilder chamboule tous les genres, intégrant le noir à la comédie, le film de gangster au musical.

Le genre, dans ce film de travestissement, est d'ailleurs tout aussi labile. "Elles ont un ressort caché quelque part", se lamente Jerry (Jack Lemmon) en voyant les jeunes femmes progresser à pas bondissants sur le quai de gare, tandis qu'il se tord les chevilles en tentant de les suivre sur ses talons hauts.

Et puis, très vite - l'habit faisant peut-être le mâle - il devient une femme toute à fait crédible, attirant l'attention d'un milliardaire en goguette. "I'm a girl", se répète le malheureux Joe, tassé dans sa couchette et entouré de femmes en chemise de nuit ; "I'm a boy", se répète-t-il à la fin, tenté par son galant enthousiaste (Joe E.Brown).

De telles audaces, il y en a en pagaille dans cette comédie qui ne cesse de jouer avec virilité et fémininité. Déguisé en femme, Joe embrasse Sugar, Jerry rêve de se marier avec Osmond. Tony Curtis, lover boy patenté, joue les impuissants pour conquérir la candide Sugar, mais un pied qui se lève à mesure que leur baiser se prolonge dit bien le véritable état physique du séducteur.

Candide, ingénue, la jeune femme jouée par Marilyn Monroe l'est sûrement. Belle aussi, bien sûr, nimbée du halo qui semble émaner de sa chevelure et de son visage pâle, sa peau si blanche tranchant sur le noir profond de ses robes. Des robes qui sont aussi d'ombres et de lumière, entre transparences et dentelles.

"Elle était de chair, et d'une chair qui se photographiait comme de la chair. On avait l'impression qu'il suffisait de tendre la main pour la toucher*", disait d'elle Billy Wilder. Cette chair attire tous les regards, déclenchant même un jet de vapeur appréciateur et obscène de la locomotive qu'elle longe. Mais c'est également la fragilité de l'actrice qui bouleverse.

Le personnage n'est pas une ravissante idiote, pas plus qu'une croqueuse de diamants ; elle attend, elle espère, se désolant de ne pas être plus maligne, elle qui se réveille au matin abandonnée par les hommes, avec pour tout souvenir les tubes de dentifrice vides.

La comédie se joue avec elle, mais aussi contre elle, dans la mesure où elle est dupée par l'homme dont elle est en train de tomber amoureuse. Les larmes discrètes de Marilyn, chantant "I'm through with love", font glisser l'espace d'un instant la comédie vers le mélodrame.

Mais des glissements, il y en aura en cascades. Des glissades, aussi, des chutes, des courses-poursuites. Dans "Some like it hot", le rythme ne faiblit jamais. Les personnages ne cessent de se chercher les uns les autres, de se changer à toute vitesse, d'apparaître et de disparaître. L'ascenseur devient le point nodal de l'hôtel, le lieu des rencontres et des disputes.

En contrepoint au couple glamour formé par Curtis et Monroe, Wilder impose le tandem Lemmon et Brown, comique et de plus en plus crédible. Ainsi, le cinéaste brise une longue scène de baisers entre Monroe et Curtis en montant en parallèle la nuit de danse de Joe et Osmond. Il évite ainsi la censure, et laisse toute latitude au spectateur pour imaginer ce qui se passe entre les deux personnages.

Ces intermèdes comiques à la scène d'amour permettent de conserver un rythme tendu et de provoquer le rire par le contraste entre les deux couples. Mais on pourrait avancer que Wilder montre ainsi en une même nuit la constitution de deux couples, aussi légitimes l'un que l'autre.

La caméra elle-même, qui glisse en un panoramique d'une extrême rapidité, semble prendre part à cette danse. Car, après tout, comme toutes les bonnes comédies, "Some like it hot" tient aussi du ballet.

 
* Billy Wilder et Helmut Karasek, Et tout le reste est folie. Mémoires, Robert Laffont, 1993 p.366

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=