Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Garçonnière (The Apartment)
Billy Wilder  (septembre 1960) 

Réalisé par Billy Wilder. Etats Unis. Comédie. 2h05 (Sortie septembre 1960). Avec Jack Lemmon, Shirley MacLaine, Fred MacMurray, Hope Holiday, Naomi Stevens, Joyce Jameson, Edie Adams et Ray Walston.

Dans la filmographie impressionnante de Billy Wilder, chacun trouvera son film préféré. "The Apartment(La Garçonnière" vient rarement à l'esprit car il n'a rien d'un "film préféré" puisqu'il est objectivement un film presque parfait, un film de premier de la classe, avec ces nombreux oscars et son sujet universel mais tellement américain.

Pourtant Billy Wilder a dit que c'était avec "The Big Carnaval" ("Le Gouffre aux chimères")... son film préféré.

En le revoyant, on comprend pourquoi : tout y est évident, simplement évident. D'ailleurs, le réalisateur l'a aussi dit et redit. Toutes les scènes s'enchaînaient sans problème (c'est la seconde collaboration de Wilder avec le scénariste I.A.L Diamond après "Some like it hot (Certains l'aiment chaud)" au point que son montage est l'un des plus fluides de l'histoire du cinéma.

Autre trait de génie de Wilder : avoir donné la vedette à Jack Lemmon alors qu'au départ c'était son partenaire de "Certains l'aiment chaud", Tony Curtis, qui devait être opposé à Shirley Mac Laine.

Lemmon est ici l'étasunien moyen infantilisé par sa hiérarchie, prêt à toutes les petites indélicatesses pour lui plaire et lui complaire. Dans les décors d'Alexandre Trauner, qui anticipent en mieux ceux de "Play TIme" Jack Lemmon vaut largement Monsieur Hulot. Et c'est vrai que Calvin Clifford Baxter annonce Mister Hulot, sans son schématisme mutique.

"La Garçonnière" de Billy Wilder a été adaptée récemment au théâtre par Judith Elmaleh et Gerald Subleyras. Elle a connu un franc succès et ce n'est pas étonnant puisque, au départ, Wilder voulait en faire une pièce de théâtre... et que c'est justement parce qu'il ne pouvait pas reconstituer au théâtre ces bureaux dans lesquels cohabitaient plusieurs dizaines de secrétaires ou de bureaucrates, qu'il a songé à un film.

Totalement synchrone avec son époque, "La Garçonnière" de Billy Wilder raconte l'ère du gigantisme américain, ses grandes corporations où l'homme moyen n'est rien et dont les têtes dirigeantes n'ont aucune morale.

Pouvant n'être vu et lu qu'en s'intéressant au face à face de Shirley MacLaine et Jack Lemmon, ces deux monstres sacrés qui se retrouveront d'ailleurs dans "Irma la Douce" du même Billy Wilder, le film n'en reste pas néanmoins une sévère satire du capitalisme décomplexé par sa puissance.

On y constatera qu'à l'orée des années 1960, extrême limite de l'âge d'or d'Hollywood, le cinéma des grands maîtres encore en activité était encore d'une ambition folle.

Derrière une comédie de pur divertissement passaient beaucoup de critiques et l'on avait presque le sentiment que Wilder aurait pu lui aussi parler de cauchemar américain.

On le disait cynique et sans réelle compassion pour ses concitoyens de fortune. "La Garçonnière" prouve tout le contraire : il faut une sacrée foi en l'homme pour sauver du naufrage un petit personnage aussi méprisable que Jack Lemmon qui, mine de rien, n'est pas loin d'être l'acteur étasunien du siècle.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=