Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ervart ou les derniers jours de Frédérci Nietzsche
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  janvier 2019

Comédie de Hervé Blutsch, mise en scène de Laurent Fréchuret, avec Stéphane Bernard, Jean-Claude Bolle-Reddat, James Borniche, Maxime Dambrin, Vincent Dedienne, Margaux Desailly, Pauline Huruguen, Tommy Luminet et Marie-Christine Orry.

Avec "Ervart" de Hervé Blutsch, le metteur en scène Laurent Fréchuret propose découvrir un opus inédit d'un auteur sans doute méconnu de la majorité des spectateurs et dont la teneur explique sans doute la raison pour laquelle il était, jusqu'à présent, resté dans les cartons.

Laurent Fréchuret indique dans sa note d'"intuition" qu'il appréhende la partition comme "un poème organique" relatant l’histoire d’un archétype nouveau, celui du "super héros d’aujourd’hui" décliné en "Jaloux fantastique", et écrite comme une machine à jouer par un dramaturge pratiquant le théâtre comme "un génial bricolage".

De fait, "Ervart" présente comme un exercice de style qui, tel un patchwork pataphysicien qui flirte avec l'anti-théâtre, télescope tous les registres théâtraux, du vaudeville à l'absurde, et des situations diverses à la cohérence dramaturgique ténue - la jalousie conjugale - avec des personnages archétypaux dépourvus de toute psychologie s'agitant dans des situations parodiques.

Ainsi "Ervart" ressemble-t-elle une auberge espagnole : selon la sensibilité de chacun, et le large spectre interprétatif induit par une structure qui évoque le procédé de l'hyperfiction, ce salmigondis sera perçu comme une pantalonnade potache ou un rébus subtil pour amateur éclairé tel l'historien du théâtre Robert Abirached pour qui "Ervart est le Soulier de satin de l'absurde".

Les passionnés de cogitation intellectuelle seront ravis par le décryptage auquel invite ce décryptage de ce carambolage en forme de jeu de piste regorgeant d'instillations elliptiques, ainsi avec le chef des services secrets en fauteuil roulant calqué sur le "Mère Grand" du feuilleton-culte "The Avengers".

Mieux encore avec le sous-titre "Les derniers jours de Frédéric Nietzsche" qui entre en résonance avec la présence cartoonesque du philosophe allemand entendu comme un terroriste métaphysique dont les opus majeurs ne sont plus que des bombinettes faisant "pschitt" dans la poubelle urbaine de l'histoire, évoque le trio de vaudeville érigé en trinité spirituelle qu'il formait avec Paul Rée et Lou-Andréas Salomé, cette dernière figurant, sur une photo de Jules Berne de 1882 en cocher à cravache avec les deux hommes attelés et renvoie au cheval qui a précipité sa décompensation psychotique.

Toutefois, pour excitante qu'elle puisse être pour l'esprit et nonobstant la virtuosité des officiants, cette approche, de surcroît élitiste et conjuguée à l'empilement méta-théâtral, résiste mal à la durée de deux heures du spectacle.

Au jeu, dans une scénographie de portes sur roulettes de Alain Deroo et Laurent Fréchuret, ce dernier a réuni autour de Vincent Dedienne dans le rôle-titre, une troupe motivée qui s'évertue sans démériter.

Des comédiens aguerris - Jean-Claude Bolle-Reddat en impassible majordome ionescien, Stéphane Bernard en agent secret zoophile, Marie-Christine Orry épatante en comédienne sans emploi qui s'incruste sur le plateau - et la jeune génération avec Pauline Huruguen (l'épouse femme fatale de roman noir), Maxime Dambrin (le psychanalyste-citationniste), James Borniche (l'ombre de l'amant), Thomas Luminet (Nietzsche) et Margaux Desailly (l'enfant).

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=