Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ervart ou les derniers jours de Frédérci Nietzsche
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  janvier 2019

Comédie de Hervé Blutsch, mise en scène de Laurent Fréchuret, avec Stéphane Bernard, Jean-Claude Bolle-Reddat, James Borniche, Maxime Dambrin, Vincent Dedienne, Margaux Desailly, Pauline Huruguen, Tommy Luminet et Marie-Christine Orry.

Avec "Ervart" de Hervé Blutsch, le metteur en scène Laurent Fréchuret propose découvrir un opus inédit d'un auteur sans doute méconnu de la majorité des spectateurs et dont la teneur explique sans doute la raison pour laquelle il était, jusqu'à présent, resté dans les cartons.

Laurent Fréchuret indique dans sa note d'"intuition" qu'il appréhende la partition comme "un poème organique" relatant l’histoire d’un archétype nouveau, celui du "super héros d’aujourd’hui" décliné en "Jaloux fantastique", et écrite comme une machine à jouer par un dramaturge pratiquant le théâtre comme "un génial bricolage".

De fait, "Ervart" présente comme un exercice de style qui, tel un patchwork pataphysicien qui flirte avec l'anti-théâtre, télescope tous les registres théâtraux, du vaudeville à l'absurde, et des situations diverses à la cohérence dramaturgique ténue - la jalousie conjugale - avec des personnages archétypaux dépourvus de toute psychologie s'agitant dans des situations parodiques.

Ainsi "Ervart" ressemble-t-elle une auberge espagnole : selon la sensibilité de chacun, et le large spectre interprétatif induit par une structure qui évoque le procédé de l'hyperfiction, ce salmigondis sera perçu comme une pantalonnade potache ou un rébus subtil pour amateur éclairé tel l'historien du théâtre Robert Abirached pour qui "Ervart est le Soulier de satin de l'absurde".

Les passionnés de cogitation intellectuelle seront ravis par le décryptage auquel invite ce décryptage de ce carambolage en forme de jeu de piste regorgeant d'instillations elliptiques, ainsi avec le chef des services secrets en fauteuil roulant calqué sur le "Mère Grand" du feuilleton-culte "The Avengers".

Mieux encore avec le sous-titre "Les derniers jours de Frédéric Nietzsche" qui entre en résonance avec la présence cartoonesque du philosophe allemand entendu comme un terroriste métaphysique dont les opus majeurs ne sont plus que des bombinettes faisant "pschitt" dans la poubelle urbaine de l'histoire, évoque le trio de vaudeville érigé en trinité spirituelle qu'il formait avec Paul Rée et Lou-Andréas Salomé, cette dernière figurant, sur une photo de Jules Berne de 1882 en cocher à cravache avec les deux hommes attelés et renvoie au cheval qui a précipité sa décompensation psychotique.

Toutefois, pour excitante qu'elle puisse être pour l'esprit et nonobstant la virtuosité des officiants, cette approche, de surcroît élitiste et conjuguée à l'empilement méta-théâtral, résiste mal à la durée de deux heures du spectacle.

Au jeu, dans une scénographie de portes sur roulettes de Alain Deroo et Laurent Fréchuret, ce dernier a réuni autour de Vincent Dedienne dans le rôle-titre, une troupe motivée qui s'évertue sans démériter.

Des comédiens aguerris - Jean-Claude Bolle-Reddat en impassible majordome ionescien, Stéphane Bernard en agent secret zoophile, Marie-Christine Orry épatante en comédienne sans emploi qui s'incruste sur le plateau - et la jeune génération avec Pauline Huruguen (l'épouse femme fatale de roman noir), Maxime Dambrin (le psychanalyste-citationniste), James Borniche (l'ombre de l'amant), Thomas Luminet (Nietzsche) et Margaux Desailly (l'enfant).

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L"Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=