Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Dama Boba
Théâtre 13/Jardin  (Paris)  janvier 2019

Comédie de Felix Lope de Vega, mise en scène de Justine Heynemann, avec Sol Espeche, Stephan Godin, Corentin Hot, Rémy Laquittant, Pascal Neyron, Lisa Perrio, Roxanne Roux et Antoine Sarrazin.

Pour les Français, Lope de Vega est le dramaturge espagnol le plus prolifique du Siècle d'or. Il a écrit des centaines d'oeuvres et seulement quelques-unes d'entre elles ont été traduites dans la langue de Molière... qui s'en serait souvent inspiré.

"La Dama Boba", sous-titrée "Celle qu'on trouvait idiote" a été écrite en 1613 et pourrait bien avoir inspiré "Les Femmes Savantes" à Jean-Baptiste Poquelin.

Comme bien d'autres comédies légères de Lope de Vega, elle n'a jamais vraiment fait l'objet d'une traduction intégrale avant celle de Benjamin Penamaria pour la version mise en scène par Justine Heynemann qui s'était déjà intéressée à Lope de Vega en 2015 avec " La Discrète amoureuse" avec succès puisque son spectacle avait été nommé aux Molières.

C'est donc avec une grande curiosité que l'on attendait cette "Dama Boba", d'autant qu'entre temps, Justine Heynemann a mis brillamment en scène " Les Petites Reines" de Les Rois de la SuèdeLes Petites Reines", l'un des spectacles les plus originaux et réussis de 2018. Et le résultat est une fois encore probant. Avec une troupe de jeunes gens concernés et dynamiques, elle permet de découvrir un auteur du 17ème siècle qui anticipe avec beaucoup d'esprit les auteurs classiques français, et bien entendu le "divin Molière".

Dans cette comédie adaptée par Benjamin Penamaria et Justine Heynemann, on se doute qu'il y a à l'origine beaucoup plus de personnages et d'intrigues les liant qu'on en verra. Mais on sent vraiment que le travail d'adaptation n'est pas ici synonyme de trahison.

On saura déjà gréé aux adaptateurs de n'avoir pas situé la pièce à son époque, ne la guindant pas dans des costumes qui lui auraient donné un petit côté "Folie des grandeurs". On lui donnera aussi quitus de ne l'avoir pas totalement modernisé.

Pas question non plus de la jouer au "second degré", même si les chansons originales qui accompagnaient ce spectacle total de Lope de Vega ont été remplacées - entre autres - par des airs de Kiss ou de Britney Spears traduits en espagnol et par un final franco-espagnol signé Manu Chao.

Comme souvent dans le théâtre de l'époque, l'argument de "La Dama Boba" repose sur le mariage d'une héritière. Dans une famille aristocratique madrilène, celle du Seigneur Otavio (Stephan Godin), il y a deux filles.

L'aînée, Nise (Sol Espeche) est une jeune fille lettrée, sa petite sœur, Finéa (Roxane Roux), est considérée à tort ou à raison comme une sotte, une "Dama Boba". Or, celle qui va hériter sera Finéa et les prétendants qui se pressent pour l'obtenir vont devoir accepter sa bêtise ou feindre de l'accepter pour obtenir la fortune qu'elle représente... Mais c'est sans compter sur Laurencio (Antoine Sarrazin), poète et bon garçon, qui va attirer par les pesetas découvrent que la jeune fille est bien moins bête qu'elle en a l'air.

Comédie des apparences, pleines de personnages duplices pris entre appât du gain et appâts de l'amour, tel le sémillant Liséo (Rémy Laquittant) ou son alter ego Duerdo (Pascal Neyron), "La Dama Boba" donne une idée de ce qu'était le théâtre de Lope de Vega et prouve sa modernité.

Peut-être que le spectacle n'a pas encore atteint son maximum, notamment au niveau du rythme, mais il est déjà un très bon spectacle, qui vaut pour une distribution sans failles, notamment grâce aux deux jeunes filles, sœurs antithétiques, mais toutes les deux pleines d'allant. Leurs prétendants ont aussi le bénéfice de l'audace de la jeunesse.

Et l'on oubliera pas non plus les personnages de domestiques qui ont survécu à l'adaption (Turin, joué par Corentin Hot, et Clara par Lisa Perrio), et qui rappellent que les pièces de Lope de Vega étaient bien plus longues et traitaient à leur manière castillane de la lutte des classes.

Spectacle à la fois musical et théâtral, cette "Dama Boba" réjouira ceux qui aiment les pièces classiques, même s'ils ne les connaissent pas, et montrera aux autres toutes la modernité de cet auteur prolifique qui fit rire, sourire et parfois grincer des dents le siècle de Charles Quint et de Philippe II.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=