Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Yeux d'Anna
Théâtre 13/Seine  (Paris)  janvier 2019

Comédie dramatique de Luc Tartar, mise en scène de Cécile Tournesol, avec Tigran Mekhitarian (ou Théo Askolovitch), Louka Meliava, Cécile Métrich, Julien Muller et Cécile Tournesol.

Anna Tombe est une fille de 15 ans, élève au Lycée professionnel Arthur Miller, aux yeux vairons et surdouée qui plus est. Deux différences qui lui attirent les foudres de ses congénères

Ceux-ci vont jusqu'à tagguer la façade de la maison familiale, ce qui fait soudain prendre conscience aux parents de la souffrance endurée par leur fille.

Toute l'action de "Les Yeux d'Anna" se joue à l'intérieur d'un cube à trois faces (scénographie de Bruno Collet) qui est principalement la maison de la famille Tombe, ouvert sur les côtés de panneaux verticaux tournants.

Séquencé comme un film à l'aide d'indications sur l'écran de fond qui indiquent le lieu de l'action ou le moment, la pièce voit se débattre des parents largués : un père qui ne sait pas voir la dérive et le mal-être de sa fille et dont la pression sociale de l'entreprise aura raison de lui (sous forme d'un licenciement).

Quant à la mère, dont on apprend qu'elle n'a même pas désiré la naissance d'Anna, elle tombe des nues en lisant le journal intime de sa fille, ce qui montre le manque de contact entre elles.

Anna ne devra son seul soutien qu'à son meilleur ami Rachid, moqué lui aussi pour son homosexualité, qui sera pourtant le seul à comprendre son mal-être et servir de bouclier contre la violence des harceleurs.

Anna, qu'on ne verra jamais mais dont on entend les mots écrits - des mots pour crier et dont l'absence prend des formes diverses (textes, images sur l'écran, évocation par les autres personnages) - hante le spectacle de sa personnalité sensible et lucide, le teintant d'une sourde émotion.

Les comédiens portent ce drame contemporain à un haut niveau de malaise. Les parents, d'abord, qui sont campés par Cécile Métrich et Julien Muller et oscillent tous deux entre grotesque et pathétique. Cécile Tournesol, elle, compose une Barbara (ex-collègue du père devenue DRH) glaçante à souhait représentant la violence de l'entreprise.

Tigran Mekhitarian (en alternance avec Théo Askololovitch) incarne un Rachid touchant et très juste. Quant à Louka Meliava, il est une vraie révélation dans le double rôle de Clémentin, l'élève harceleur et de Walter, le travesti, montrant en deux personnages, tout le désarroi d'une génération perdue.

Cécile Tournesol propose avec cette pièce une plongée dans le harcèlement ordinaire et toute la violence du monde contemporain. Le texte très "écrit" de Luc Tartar se révèle une photographie éloquente de notre époque, de son intolérance et de la déshumanisation qui s'y est insinuée, décennies après décennies.

Un spectacle fort et d'utilité publique.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=